January 24, 2019 / 3:10 PM / 3 months ago

ECLAIRAGE-Les 12 travaux d'Hercule de la nouvelle direction de Renault

PARIS, 24 janvier (Reuters) - Renault a finalement emboîté le pas à Nissan et Mitsubishi et tourné la page Carlos Ghosn un peu plus de deux mois après l’arrestation de son PDG au Japon.

Le conseil d’administration du groupe au losange a confié jeudi les commandes à un nouveau tandem Jean-Dominique Senard-Thierry Bolloré qui devra sans tarder se battre sur des fronts multiples pour relancer une entreprise ébranlée par la disgrâce brutale de celui qui l’a incarnée pendant une quinzaine d’années.

1 LA GOUVERNANCE

Après le scandale Ghosn, la nouvelle direction devra donner des gages sur la gouvernance, comme l’a décidé aussi Nissan, et accompagner l’examen de conscience du conseil d’administration, qui n’a rien vu venir.

Elle devra également remédier à l’opacité qui entoure le fonctionnement de la holding RNBV.

2 LE DIALOGUE AVEC NISSAN

Depuis l’arrestation de Carlos Ghosn, le camp japonais est très remonté contre l’ancien sauveur de Nissan. Pour le bon fonctionnement de l’alliance Renault-Nissan, les deux partenaires doivent renouer les fils du dialogue, et Renault ne pas se cantonner à une posture juridique.

Il faudra aussi trouver un terrain d’entente sur la direction de l’alliance, une des multiples casquettes qu’avait jusqu’à présent Carlos Ghosn.

3 LE RENFORCEMENT DE L’ALLIANCE

Avant son arrestation, Carlos Ghosn avait pour dernière mission de renforcer l’alliance afin qu’elle survive à la génération de ses fondateurs. Le chantier, qui bute chaque fois sur la question de l’équilibre des influences françaises et japonaises dans le partenariat, reste à ce jour inachevé.

4 L’ENQUÊTE INTERNE

La mission interne de Renault n’a découvert à ce jour aucune fraude ou absence de conformité des éléments de rémunération des dirigeants de Renault sur les exercices 2017 et 2018. L’enquête continue sur les exercices antérieurs et la nouvelle direction doit se préparer à gérer la découverte d’éventuelles failles.

5 LE PLAN STRATÉGIQUE

L’industrie automobile est une course à départ lancé, et le tandem devra s’approprier en route les objectifs ambitieux du nouveau plan stratégique de Renault, déjà enclenché l’an dernier. L’année 2019 sera notamment marquée par plusieurs lancements de véhicules, dont le renouvellement de la Clio, la voiture du groupe Renault la plus vendue dans le monde.

6 LE WLTP

Renault compte parmi les constructeurs qui ont peiné à faire homologuer l’ensemble de leur gamme dès le 1er septembre dernier, date d’entrée en vigueur de nouvelles normes d’homologation plus strictes. Le groupe français n’a ainsi fêté en interne que fin novembre 2018 la bascule de ses modèles vers les nouvelles normes. Les retards n’ont pas empêché toutefois ses ventes mondiales de progresser de 3,2% sur l’année 2018 et d’atteindre un nouveau record.

7 LE DIESELGATE

Le calibrage a minima des moteurs diesel de Renault explique que plusieurs véhicules du groupe ont été particulièrement montrés du doigt pour leurs émissions d’oxyde d’azote, qui ont très largement dépassé les valeurs d’homologation lors des tests sur route menés après le “dieselgate” de Volkswagen.

Ces choix technologiques ont depuis été remis en question, avec l’adoption accélérée de la SCR (réduction catalytique sélective) pour laquelle le groupe PSA avait par exemple opté dès le début. Mais la nouvelle direction devra gérer les conclusions de la justice française lorsque celle-ci aura bouclé son enquête.

8 L’ÉLECTRIFICATION

Pionnier de l’électrique, Renault prévoit de doubler sa gamme ZE d’ici 2022 pour la porter à huit véhicules. Mais ses premiers hybrides, principale alternative au diesel pour une utilisation extra-urbaine, n’arriveront qu’en 2020, un calendrier relativement serré alors que les normes d’émissions de CO2 vont considérablement se durcir dès 2021.

9 LES VENTS CONTRAIRES

Le plus international des constructeurs automobiles français (50,6% des ventes hors d’Europe en 2018) souffre actuellement de la volatilité observée sur plusieurs de ses grands marchés mondiaux. S’il peut espérer réussir son pari russe, avec la reprise tant attendue de son deuxième marché mondial, l’Inde et la Turquie lui donnent quelques soucis. Or, Carlos Ghosn a placé la barre très haut en faisant de l’alliance à trois le premier ensemble automobile mondial par les ventes, pour la première fois en 2017.

10 LE SPECTRE DE GHOSN

Carlos Ghosn a tellement incarné Renault et l’alliance avec Nissan que la nouvelle direction devra s’émanciper de cette statue du commandeur, gérer les relations avec les derniers fidèles du PDG déchu et ... ses éventuelles velléités de retour au terme de la séquence judiciaire actuelle.

11 LES LIENS AVEC L’ETAT

Héritage inconscient de l’époque où Renault était la “Régie”, les représentants de l’Etat français ont toujours entretenu une relation particulière avec le groupe au losange, alors que PSA, même si l’Etat en est également actionnaire, est davantage considéré comme une entreprise par définition privée.

La crise de la délocalisation de la Clio 4, ou celle des droits de vote double, ont rappelé que les rapports peuvent être houleux. Les choses changeront peut-être si la présence de l’Etat au capital est remise en question pour favoriser un approfondissement de l’alliance avec le partenaire japonais.

12 REMOBILISER

La chute brutale de l’homme fort de Renault a ébranlé les salariés du groupe. La nouvelle direction devra leur redonner une vision et remobiliser un encadrement qui s’est déjà étonné de la récente vague de départs de dirigeants, notamment en direction de PSA. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below