January 15, 2019 / 11:21 AM / 3 months ago

LEAD 1-France-Le déficit budgétaire s'est creusé à €76,1 mds en 2018

    * Déficit budgétaire 2018 inférieur aux prévisions
    * Mais supérieur à celui de 2017
    * Recettes moins pénalisées qu'attendu par la croissance ralentie

 (Actualisé tout du long avec précisions, citations de Gérald Darmanin)
    PARIS, 15 janvier (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français s'est
établi à 76,1 milliards d'euros en 2018, se dégradant de 8,4 milliards par
rapport à 2017 sous l'effet du coût des baisses de prélèvements obligatoires
mises en oeuvre l'an dernier, dont la diminution de la taxe d'habitation, de
l'impôt sur les sociétés ainsi que des cotisations salariales, selon les données
publiées mardi par le ministère de l'Action et des Comptes publics.
    Il s'inscrit en revanche bien en deçà de la prévision de 80,0 milliards
d'euros inscrite dans la loi de finances rectificative de fin d'année, notamment
du fait "d'un rendement meilleur qu'espéré des recettes fiscales", en dépit de
la croissance morose de l'année dernière, est-il précisé dans le communiqué
diffusé par Bercy.
    "C'est à peu près quatre milliards (...) de bonnes nouvelles, entre des
dépenses en moins et des recettes en plus", a déclaré le ministre de l'Action et
des Comptes publics Gérald Darmanin lors d'une conférence de presse, en
soulignant que cette amélioration par rapport aux dernières prévisions devrait
permettre "d'atteindre les 2,6% de déficit". 
    Le déficit de l'Etat est la principale composante du déficit public, qui
agrège aussi les soldes des comptes des administrations de sécurité sociale et
des collectivités locales. Il sera connu fin mars.
    Initialement prévu à 2,6%, le déficit public avait été revu en légère hausse
dans la loi de finances pour 2019 publiée fin décembre, à 2,7%, tablant sur une
érosion des recettes fiscales sur fond de croissance ralentie. 
    Le déficit public 2018 devrait dans tous les cas s'établir sous le seuil de
3% du produit intérieur brut (PIB    ) pour la deuxième année consécutive.
    Il devrait en revanche rebondir à 3,2% en 2019, sous l'effet combiné des dix
milliards d'euros mobilisés par le gouvernement pour tenter d'apaiser la crise
des "Gilets jaunes" en soutenant le pouvoir d'achat, ainsi que de l'impact
ponctuel de la bascule du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et
l'emploi) en baisse de charges pérenne.
    
    VERS UN "EFFET RETARD" SUR LES RECETTES ?
    L'an dernier, l'objectif de dépenses fixé dans la loi de finances initiale a
été "strictement tenu", à 425,4 milliards d'euros, "malgré une révision à la
hausse en cours d’année de la charge de la dette et de notre contribution au
budget européen", souligne le ministère dans son communiqué. 
    Côté recettes, les rentrées fiscales ont dépassé la dernière prévision du
gouvernement de 2,1 milliards d'euros, avec notamment une amélioration de 1,4
milliard d'euros des recettes de l'impôt sur les sociétés.
    Si les recettes fiscales n'ont pour l'instant pas été affectées par les
répercussions économiques de la crise des "Gilets jaunes", Gérald Darmanin a
cependant mis en garde lors d'une conférence de presse sur le fait qu'"il y a
toujours un effet retard". 
    Le déficit budgétaire avait reflué en 2017 à un plus bas depuis 2008, à 67,7
milliards d'euros. Même s'il est reparti en nette hausse, il s'avère bien
inférieur à la prévision de 85,7 milliards d'euros inscrite dans la loi de
finances initiale pour 2018. 
    Dans les faits, le déficit budgétaire 2018 aurait dû être encore supérieur
au montant affiché. Il a en effet été faussé par la comptabilisation d'une
recette de 1,5 milliard d'euros de droits de mutation à titre gratuit (taxes
acquittées lors des successions et donations) qui a été encaissée mais pas
comptabilisée en 2017. 
    Cette anomalie, liée à des problèmes survenus lors d'un changement de
logiciel au sein de l'administration fiscale, avait été soulignée par la Cour
des comptes en juin dans son rapport sur l'exécution du budget de l'Etat en
2017.
    Le gouvernement avait révisé en baisse sa prévision de déficit à deux
reprises à l'automne: le projet de loi de finances (PLF) pour 2019, présenté fin
septembre, tablait sur un déficit budgétaire de 81,3 milliards d'euros au titre
de 2018 et ce chiffre a finalement été revu à 80,0 milliards d'euros dans la loi
de finances rectificative de fin d'année. 
    
 Le point sur la conjoncture française                       
 Graphique: Les chiffres clés de l'économie  tmsnrt.rs/2B7G9qP
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)
  
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below