January 10, 2019 / 10:37 PM / in 5 months

Marie Brizard-Une association de minoritaires saisit l'AMF

(Actualisé avec le communiqué de MBWS)

* Colette Neuville, mandatée par Asamis, écrit à l’AMF

* Elle conteste l’accord conclu avec la Cofepp en décembre

* MBWS annonce la nomination d’un expert indépendant

* B. Hérault quittera le groupe après l’augmentation de capital

* Le groupe renonce à céder des marques

*

PARIS, 10 janvier (Reuters) - L’association d’actionnaires minoritaires Asamis a mandaté Colette Neuville pour saisir l’Autorité des marchés financiers (AMF) concernant les modalités d’un accord conclu entre Marie Brizard Wine & Spirit (MBWS) et son actionnaire principal, la Cofepp.

Le conseil d’administration de MBWS, réuni jeudi en fin de journée, a annoncé la nomination d’un expert indépendant chargé de rendre une attestation d’équité sur le projet d’augmentation de capital réservée à la Cofepp dévoilé le 24 décembre.

Le groupe annonce aussi la démission prochaine de son président du conseil Benoît Hérault et ajoute avoir décidé, “en l’état actuel des choses”, de mettre fin au projet de cession de certaines de ses marques.

Dans un communiqué diffusé à la veille de Noël, la Cofepp, propriétaire du groupe de vins et spiritueux La Martiniquaise, a annoncé son intention d’accorder à MBWS un crédit relais de 25 millions d’euros afin de lui fournir l’oxygène nécessaire en attendant le produit des cessions d’actifs programmées.

Ce plan prévoit que ce prêt soit remboursé par anticipation une fois que l’assemblée générale des actionnaires se sera prononcée le 31 janvier prochain pour l’une ou l’autre des options qui lui seront présentées concernant une augmentation de capital.

La première option, privilégiée par le groupe, prévoit de procéder à une augmentation de capital de 37,7 millions d’euros réservée à Cofepp qui aurait pour conséquence de faire passer sa participation de 29,5% actuellement à un niveau de l’ordre de 37 à 47%. La seconde option repose sur une augmentation de capital de 35 millions d’euros avec maintien du droit préférentiel de souscription (DPS).

Colette Neuville, qui s’est illustrée dans plusieurs dossiers de défense des droits des actionnaires minoritaires, a écrit à l’AMF pour demander une expertise indépendante afin de vérifier le caractère équitable des modalités des augmentations de capital.

“L’information financière donnée par la société durant les dernières années fait l’objet d’interrogations, voire de suspicions, sur son exactitude et sa sincérité”, écrit Colette Neuville, qui dit être mandatée par l’Asamis et des investisseurs institutionnels.

Dans sa lettre au gendarme boursier, elle évoque également la “révocation” du directeur général Jean Noël Reynaud en mars 2018 et estime que le fait que la Cofepp soit un concurrent de MBWS pourrait constituer une situation de conflit d’intérêt.

“(....) en convenant d’une augmentation de capital qui lui serait réservée, la Cofepp aurait une participation comprise entre 37% et 47%, sous condition de bénéficier d’une dérogation à l’obligation de mettre en œuvre une OPA : il apparaît ainsi que la Cofepp entend prendre le contrôle de MBWS, mais sans payer le prix”, indique-t-elle en s’inquiétant également d’un risque d’inégalité d’informations entre les actionnaires.

Dans son communiqué, MBWS indique avoir accepté à la demande de son actionnaire BDL Capital Management de mettre en place un comité ad hoc composé d’administrateurs indépendants qui sera chargé d’interagir avec l’expert indépendant et de rendre un avis au conseil d’administration.

“Le rapport de l’expert indépendant sera mis à disposition des actionnaires avant l’assemblée générale convoquée pour le 31 janvier”, écrit-il.

Lors du conseil d’administration, Benoît Hérault, qui assurait les fonctions de directeur général par intérim, a annoncé son intention de démissionner de son mandat de président du conseil et d’administrateur à l’issue de la réalisation de l’accord. “Un nouveau plan stratégique sera présenté dans le courant du premier trimestre 2019 et l’adossement de notre groupe à un industriel solide ouvre un nouveau chapitre pour Marie Brizard Wine & Spirits”, a-t-il expliqué, cité dans le communiqué.

Le groupe a par ailleurs mis fin au projet de cession de certaines de ses marques, dont l’objectif était de couvrir les pertes de l’exercice 2018. “Les différents processus menés n’ont pas permis, dans le temps imparti, de recueillir des offres nécessaires à l’atteinte de cet objectif, menant le conseil d’administration à rechercher une autre solution pour faire face à sa situation financière. Cette solution s’est matérialisée par l’accord ferme signé avec la Cofepp”, lit-on dans le communiqué.

“Néanmoins, le groupe confirme poursuivre l’étude de cessions d’actifs dont la vente ne viendrait pas limiter sa capacité à se développer et à exécuter sa stratégie.”

Gwénaëlle Barzic et Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below