January 10, 2019 / 9:32 PM / 2 months ago

POINT MARCHÉS-Wall Street enchaîne une cinquième séance de hausse (actualisé)

(Actualisé avec volumes, autres marchés)

* Le Dow gagne 0,51%, le S&P-500 0,45%, le Nasdaq 0,42%

* Cinq hausses d’affilée pour le S&P, comme en septembre

* Powell redit que la Fed sera patiente et réactive

* 10 des 11 indices sectoriels S&P en hausse

* Les détaillants à la peine après leurs chiffres de Noël

* Le dollar remonte face à l’euro et au yen

*

10 janvier (Reuters) - La Bourse de New York a fini en hausse jeudi pour la cinquième séance d’affilée, aidée par des propos du président de la Réserve fédérale qui a une nouvelle fois promis patience et réactivité de la part de la banque centrale.

L’indice Dow Jones a gagné 122,80 points, soit 0,51%, à 24.001,92 et le S&P-500, plus large, a pris 11,68 points ou 0,45% à 2.596,64, terminant tout près de son plus haut du jour.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 28,99 points (0,42%) à 6.986,07.

La séance avait auparavant été hésitante et les principaux indices ont oscillé entre hausse et baisse, creusant même momentanément leurs pertes quand Jerome Powell a évoqué le bilan de la Fed qui, a-t-il dit, continuera d’être réduit.

Les indices sont ensuite repartis de l’avant, les investisseurs voulant surtout retenir que la Fed pourrait faire une pause dans ses hausses de taux, comme Jérôme Powell l’avait déjà laissé entendre le 4 janvier, contribuant à déclencher le mouvement de rebond à Wall Street.

Le S&P-500, soutenu également par l’accalmie dans les tensions commerciales, a repris quelque 10% depuis son plus bas de 20 mois touché autour de Noël. Sa série de cinq hausses consécutives est la plus longue depuis septembre.

Le rebond reste fragile cependant à l’approche de la saison des résultats du quatrième trimestre, qui occupera les esprits à partir de la semaine prochaine. Les analystes prévoient en moyenne une hausse de 14,5% des bénéfices sur cette période mais pour 2019 leur prévision est désormais de +6,4%, au lieu de 7,3% le 1er janvier, selon IBES Refinitiv.

“Ce sera probablement un bon trimestre mais avec des prévisions prudentes pour la suite tant qu’il ne sortira rien des négociations commerciales”, dit Kurt Brunner, a gérant chez Swarthmore Group à Philadelphie. “Il reste beaucoup d’incertitudes.”

Quelque 7,3 milliards d’actions ont changé de mains, à comparer à une moyenne de 8,9 milliards sur les 20 dernières séances.

VALEURS

Les grands magasins et autres valeurs de la distribution ont pesé sur la tendance après de multiples publications faisant état d’un faiblesse des ventes lors des fêtes de fin d’année. Macy’s notamment a chuté de 17,69% après un avertissement sur ses résultats et Kohl’s a perdu 4,81% après la publication de ventes décevantes. Target a surpris au contraire avec de bons chiffres mais a reculé de 2,85% dans le sillage de ses concurrents.

L’indice S&P des biens de consommation discrétionnaire a cédé 0,23%, le seul des 11 grands indices sectoriels S&P à finir dans le rouge.

A la hausse, les valeurs industrielles (+1,44%) ont continué de profiter de l’accalmie dans les tensions commerciales sino-américaines, même si trois jours de discussions à Pékin, saluées par le président Trump, n’ont semble-t-il produit que peu de résultats.

Boeing, porté aussi par l’annonce d’un contrat militaire et un relèvement de recommandation de Morgan Stanley, a pris 2,55% pour signer la meilleure performance du Dow Jones, devant Caterpillar (+2,07%).

Plus forte hausse du S&P, Constellation Brands a rebondi de 5,89% après sa chute de 12% la veille, aidé par Goldman Sachs qui a relevé son conseil à “achat” sur le propriétaire de la bière Corona.

Egalement en vue, Twitter s’est adjugé 2,60% en réaction à un relèvement de recommandation de Bank of America, désormais à l’achat sur la valeur.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué plus que prévu aux Etats-Unis la semaine dernière, de 17.000 à 216.000, confirmant la vigueur du marché du travail. Les économistes attendaient en moyenne un nombre de 225.000.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes avaient auparavant fini sur une note mitigée, au terme d’une séance là aussi hésitante. À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,17% à 4.805,66 points, après un gain de 4,38% en quatre séances. Le Footsie britannique a pris 0,52% et le Dax allemand a progressé de 0,26%.

L’indice EuroStoxx 50 a gagné 0,18%, le FTSEurofirst 300 a grignoté 0,20% et le Stoxx 600 0,34%.

TAUX

Les rendements de la dette américaine ont fléchi après les déclarations de Jerome Powell, qui ont coïncidé avec une adjudication de 16 milliards de dollars d’emprunts à 30 ans.

Le rendement des Treasuries à 10 ans revenait à 2,719% en fin de séance contre 2,728% mercredi soir. L’écart de rendement avec les obligations à deux ans, les plus sensibles aux taux de la Fed, s’est élargi à 16 points de base contre 13 mercredi matin.

Les rendements avaient auparavant touché un plus haut du jour lorsque l’adjudication des emprunts à 30 ans a produit un rendement de 3,035%, le plus faible pour cette échéance depuis le mois de juillet.

CHANGES

Le dollar a retrouvé des couleurs et atteint des plus hauts du jour en réaction aux propos de Jerome Powell sur le bilan de la Fed appelé à être “nettement réduit.”

“Avec M. Powell c’est toujours le verre à moitié plein et à moitié vide mais (...) ses propos sur le bilan signifient que la Fed maintiendra une politique restrictive, ce qui est positif pour le dollar”, commente Joe Manimbo, analyste chez Western Union Business Solutions à Washington.

L’indice dollar, qui avait baissé lors de quatre des six dernières séances, a repris 0,36% à 95,563 après avoir touché en début de séance à un plus bas de trois mois de 95,029.

L’euro a abandonné similairement 0,36% à 1,1499 dollar et le billet vert s’est apprécié de 0,30% contre le yen à 108,48.

OR

Le rebond du dollar a entraîné un repli de l’or, en baisse de 0,5% à 1.286,22 dollars en fin de journée après être monté auparavant jusqu’à 1.297,08.

“L’or poursuit sa consolidation sous le niveau psychologique de 1.300 dollars”, note David Meger, directeur du négoce sur les métaux chez High Ridge Futures. “Le fait que la Fed soit moins encline à poursuivre ses hausses de taux apporte un soutien, mais en même temps le rebond des actions réduit l’attrait des valeurs refuges.”

PÉTROLE

Les cours du pétrole ont terminé en hausse modérée sur le marché new-yorkais Nymex, revenant en territoire positif en toute fin de séance, dans le sillage de Wall Street, après avoir subi des prises de bénéfice.

Le contrat février sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 0,44%, à 52,59 dollars le baril et le Brent de mer du Nord 0,39% à 61,68 dollars.

Il s’agit pour les deux contrats d’une neuvième séance consécutive de hausse, ce qui ne s’était plus vu depuis septembre 2007 pour le Brent tandis que le WTI a battu un record datant de 2010.

A SUIVRE VENDREDI :

Parmi les indicateurs du jour, le plus suivi sera celui des prix à la consommation aux Etats-Unis en décembre. (avec Noel Randewich et Sruthi Shankar, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below