January 10, 2019 / 4:21 PM / in 8 days

Mur-Trump répète avoir le droit de décréter l'état d'urgence

WASHINGTON, 10 janvier (Reuters) - Donald Trump a répété jeudi être prêt à recourir à l’état d’urgence si le Congrès refuse de débloquer les crédits qu’il réclame pour construire un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, principale promesse de sa campagne électorale en 2016.

Le président américain doit se rendre dans la journée à McAllen, localité du Texas à la frontière mexicaine, afin de démontrer une nouvelle fois le bienfondé de ses demandes budgétaires.

Ce déplacement présidentiel intervient après une nouvelle rencontre entre Donald Trump et les dirigeants démocrates qui s’est soldée mercredi soir par un échec, le locataire de la Maison blanche ayant quitté la réunion face à l’opposition de ses interlocuteurs.

S’exprimant devant la presse avant de quitter Washington, Trump a affirmé avoir “absolument le droit de déclarer l’état d’urgence”. “Je ne suis pas prêt à le faire pour l’instant mais je le ferai s’il le faut. Si on ne trouve pas une solution, je vais probablement le faire”, a-t-il affirmé.

Cela fait plusieurs jours que, face à l’impasse dans laquelle se trouvent les discussions entre la présidence et les parlementaires démocrates, Donald Trump brandit la menace d’un recours à l’état d’urgence.

Trump demande 5,7 milliards de dollars pour le financement d’une barrière en métal - et non plus d’un mur en béton comme promis lors de la campagne présidentielle - afin de résoudre ce qu’il qualifie de crise sécuritaire et humanitaire à la frontière sud des Etats-Unis.

N’obtenant pas satisfaction, le président américain a décidé de ne pas ratifier plusieurs budgets fédéraux provoquant la fermeture d’environ 25% des administrations américaines depuis le 22 décembre.

Ce shutdown deviendra vendredi le plus long de l’histoire des Etats-Unis, à égalité avec celui de 1995 qui avait duré 21 jours lors du premier mandat de Bill Clinton.

Si Donald Trump a recours à l’état d’urgence, il est probable qu’il décide d’affecter certains crédits alloués au département de la Défense à la construction de la barrière frontalière.

Une telle initiative risque d’entraîner un recours constitutionnel des démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants après leur victoire lors des élections de mi-mandat.

Un tel scénario aurait pour conséquence de déplacer le bras de fer que se livrent Trump et les démocrates sur le terrain judiciaire et permettrait de clore le “shutdown”. (Pierre Sérisier pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below