January 9, 2019 / 10:09 AM / 5 months ago

GB/Indicateurs-La croissance salariale à un pic de 10 ans

(.)

LONDRES, 22 janvier (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques britanniques publiés depuis le début du mois:

* CROISSANCE SALARIALE À UN PIC DE 10 ANS, CHÔMAGE DE 4%

22 janvier - La croissance des salaires au Royaume-Uni a atteint un nouveau plus haut de 10 ans sur les trois mois à fin novembre et l’emploi a augmenté bien plus que prévu, témoignant d’un marché du travail toujours robuste malgré les incertitudes liées au Brexit.

Le salaire moyen hebdomadaire, primes comprises, a augmenté de 3,4% sur un an, plus forte hausse depuis la mi-2008, a annoncé l’Office national de la statistique (ONS). Les économistes prévoyaient en moyenne une progression de 3,3%.

Hors primes, la croissance salariale ressort à 3,3% sur les trois mois à fin novembre, comme attendu. En données ajustées de l’inflation, il s’agit de la plus forte hausse depuis deux ans.

Le nombre de personnes ayant un emploi a augmenté dans le même temps de 141.000 à 32,535 millions, plus forte hausse depuis les trois mois à avril 2018 et un total qui est le plus élevé jamais enregistré, a ajouté l’ONS. Les économistes anticipaient en moyenne une hausse de 85.000.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits a augmenté de 20.800 en décembre à 1,016 million, au plus haut depuis juin 2014, mais le taux de chômage calculé selon les normes du Bureau international du travail (BIT) est resté stable à 4,0%, comme attendu.

Le consensus donnait 20.000 demandeurs d’emploi supplémentaires le mois dernier. Pour novembre, le chiffre a été révisé à +24.800 après 21.900 initialement annoncé.

Tableau

* DÉFICIT BUDGÉTAIRE SUPÉRIEUR AUX ATTENTES EN DÉCEMBRE

22 janvier - Le déficit budgétaire a été plus important que prévu en décembre, du fait d’une hausse de la contribution au budget de l’Union européenne, selon des données publiées mardi par l’ONS.

Le déficit a atteint 2,976 milliards de livres (3,379 milliards d’euros) contre 2,674 milliards un an plus tôt et 1,9 milliard attendu par les économistes interrogés par Reuters.

Sur la période avril-décembre, le déficit budgétaire a diminué de 26,7% en revanche, à 35,9 milliards de livres.

La dette publique, hors secteur bancaire et programme de stimulation économique de la Banque d’Angleterre, représentait 75,4% du produit intérieur brut (PIB) en décembre.

Tableau

* VENTES AU DÉTAIL -0,2% AU DERNIER TRIMESTRE 2018

18 janvier - Les ventes au détail ont baissé pour la première fois depuis mars durant le dernier trimestre de 2018, confirmant un ralentissement des dépenses de consommation à l’approche du Brexit.

Ces ventes ont baissé de 0,2% en volume après une hausse de 0,2% sur une période de trois mois à fin novembre, a annoncé l’Office national de la statistique (ONS) vendredi.

Sur le seul mois de décembre, les ventes ont baissé de 0,9% par rapport à novembre mais ont augmenté de 3,0% par rapport à décembre 2017.

La baisse mensuelle est le plus forte depuis mai 2017. En novembre, les ventes avaient augmenté de 1,3% mensuellement et de 3,4% annuellement.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient respectivement pour décembre une baisse mensuelle de 0,8% et une hausse annuelle de 3,6%.

Tableau:

* LE TAUX D’INFLATION A RALENTI À 2,1% EN DÉCEMBRE

16 janvier - Le taux d’inflation britannique a décéléré à 2,1% en décembre, un chiffre conforme aux attentes qui résulte notamment de la baisse des prix de l’énergie.

Le taux d’inflation revient ainsi à son plus bas niveau depuis janvier 2017, selon les données publiées mercredi par l’Office national de la statistique. Il était de 2,3% en novembre.

D’un mois sur l’autre, les prix ont augmenté de 0,2%, comme en novembre, un chiffre là aussi conforme aux attentes des économistes interrogés par Reuters.

“L’inflation a principalement ralenti à cause d’une forte baisse de l’essence, conséquence de la chute des cours du pétrole ces derniers mois”, a commenté Mike Hardie, statisticien à l’ONS. “Les tarifs aériens ont aussi contribué à faire baisser le taux (...). Cela a été partiellement compensé par de légères hausses dans l’hôtellerie et la téléphonie mobile.”

Sur l’ensemble du quatrième trimestre, les prix à la consommation ont augmenté de 2,27% par rapport aux trois derniers mois de 2018, soit une hausse plus faible que celle de 2,47% projetée en novembre par la Banque d’Angleterre (BoE) sur la base du maintien de son taux de base à 0,75%.

Dans son scénario du pire en cas de sortie sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne dans deux mois et demi, la BoE anticipe un plongeon de la livre jusqu’à la parité avec le dollar, une envolée de plus de 6% des prix à la consommation et une contraction de 8% du produit intérieur brut.

Tableau

* PIB EN HAUSSE DE 0,3% SUR 3 MOIS À FIN NOVEMBRE

11 janvier - L’économie a décéléré sur une période de trois mois à fin novembre, à son rythme le moins soutenu depuis six mois, avec une industrie soumise à un contexte économique international défavorable.

Le Produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,3% par rapport à la période de trois mois précédente, grâce surtout aux services et au BTP, après une croissance de 0,4% sur les trois mois à fin octobre. Sa hausse est conforme au consensus Reuters.

L’industrie a subi sa plus longue période de baisse de la production depuis la crise financière, en raison d’un tassement de la demande extérieure, a expliqué l’Office national de la statistique (ONS) vendredi.

Cette statistique, à la suite d’autres, suggère un ralentissement net de la croissance après le bon taux de 0,6% dégagé au troisième trimestre. La Banque d’Angleterre prévoit 0,2% de croissance au quatrième trimestre.

Par rapport à la période comparable de 2017, la croissance est de 1,4%. Sur le seul mois de novembre, l’économie a crû de 0,2%, plus que le consensus (+0,1%).

La production industrielle a diminué de 0,8% sur trois mois à fin novembre, sa plus forte baisse depuis mai 2017, tandis que celle des services a augmenté de 0,3%. Sur le seul mois de novembre, la production industrielle a chuté de 1,5%, son recul le plus vif depuis août 2013.

Par ailleurs, le déficit commercial a augmenté contre toute attente en novembre, à 12 milliards de livres contre 11,95 milliards en octobre et 11,4 milliards attendus. Il est le plus élevé depuis août en raison, entre autres, d’importations pétrolières au plus haut depuis septembre 2014.

Tableau PIB:

Tableau commerce extérieur:

* LA PRODUCTIVITÉ DU T3 À UN CREUX DE DEUX ANS

9 janvier - La croissance de la productivité est tombée à son plus bas niveau depuis deux ans sur les trois mois à fin septembre, a annoncé mercredi l’Office national de la statistique (ONS).

La croissance annuelle de la productivité horaire a ralenti à 0,2% contre 1,6% au deuxième trimestre, soit son niveau le plus faible depuis le troisième trimestre 2016, selon les données définitives de l’ONS.

D’un trimestre sur l’autre, elle a reculé de 0,4%.

En estimation rapide, l’ONS avait annoncé une hausse de 0,1% sur un an et un recul de 0,4% par rapport au deuxième trimestre.

Le coût unitaire du travail a parallèlement augmenté de 2,8% en rythme annuel contre 2,1%, enregistrant sa plus forte hausse depuis le premier trimestre 2017.

L’affaiblissement de la productivité reflète une hausse du nombre d’heures travaillées supérieure à celle de la production, a ajouté l’ONS.

Les indicateurs publiés en décembre (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below