January 4, 2019 / 8:19 AM / in 18 days

Bayer/Glyphosate-Un juge US limite le recours aux preuves

4 janvier (Reuters) - Un juge fédéral américain chargé du dossier des actions en justice suivant lesquelles le Roundup, un herbicide à base de glyphosate commercialisé par Monsanto, filiale de Bayer, provoque le cancer, a rendu une décision susceptible de limiter radicalement le recours aux preuves pour les plaignants.

L’action a ouvert en hausse de 2,4% à la suite de cette décision. En 2018, elle avait plongé de près de 41% - contre -2,7% pour l’indice regroupant les valeurs pharmaceutiques européennes et -15,6% pour celui de la chimie sur la période - en raison des craintes de voir se multiplier des procédures judiciaires liées au Roundup.

Vince Chhabria, juge de district de San Francisco, a donné suite jeudi à la demande de Monsanto de scinder en deux phases un procès prévu pour le mois prochain.

A ce stade, la décision du juge interdit aux avocats d’Edwin Hardeman, l’un des plaignants qui attaquent Monsanto en justice, de présenter des preuves montrant que l’entreprise aurait tenté d’influencer les autorités de régulation et de manipuler l’opinion publique.

Toujours selon cette décision, ces preuves ne seraient autorisées que s’il était établi que le glyphosate est effectivement la cause du cancer d’Edwin Hardeman, dont le dossier passera en jugement à partir du 25 février.

Dans une procédure similaire, le 13 août, Bayer avait perdu un dixième de sa capitalisation boursière en une seule séance après une condamnation en première instance de Monsanto, alors condamné à verser 289 millions de dollars (253 millions d’euros) à un jardinier qui accuse le Roundup d’être la cause de son cancer.

Depuis, les dommages et intérêts ont été fortement réduits mais un premier appel de Monsanto a été rejeté, la procédure faisant l’objet d’un nouvel appel déposé par Bayer.

Monsanto, que Bayer a racheté récemment pour 62,5 milliards de dollars (54,8 milliards d’euros), est confronté à plus de 9.300 procédures liées au Roundup aux Etats-Unis.

Bayer, qui dément que le glyphosate provoque le cancer, a salué la décision du juge Vince Chhabria.

“La décision du tribunal de concentrer le procès sur les nombreuses données scientifiques liées à la santé est un développement encourageant”, poursuit l’entreprise.

Aimee Wagstaff, l’une des avocates d’Edwin Hardeman, déclare dans un communiqué avoir confiance dans le fait que les jurés vont arriver à la conclusion que le Roundup est à l’origine du cancer de son client, ce qui permettra de passer à la deuxième phase définie par le juge. (Tina Bellon, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below