January 3, 2019 / 11:24 PM / 19 days ago

ENCADRE-Après Celgene, quelle sera la prochaine biotech à saisir ?

3 janvier (Reuters) - L’annonce par Bristol-Myers Squibb d’une offre de 74 milliards de dollars (62 milliards d’euros) sur Celgene a relancé les spéculations sur une vague de consolidation dans le secteur pharmaceutique. Voici quelques noms qui ont circulé sur les marchés jeudi.

INCYTE

L’échec d’un traitement d’immunothérapie d’Incyte en combinaison avec le Keytruda de Merck & Co l’an dernier dans un essai clinique sur le mélanome avait fait chuter le titre de la biotech. Mais les analystes pensent que le Jakafi, un traitement des troubles de la moelle osseuse, peut représenter une nouvelle opportunité pour la société. Avec sa capitalisation boursière de 15 milliards de dollars, Incyte pourrait intéresser des acteurs de plus grande taille comme Sanofi ou Gilead Sciences. Brian Abrahams, analyste chez RBC, a écrit dans une note de recherche jeudi que la société constitue une cible dans la mesure où elle est sous-valorisée et spécialisée dans l’oncologie. Le titre a fini en hausse de 7,08% sur le Nasdaq.

GILEAD SCIENCES

Sa capitalisation boursière de 85 milliards de dollars fait de Gilead une cible potentielle pour les seuls plus gros laboratoires. Son portefeuille de produits concerne aussi bien le VIH, l’hépatite C, le cancer, les maladies inflammatoires et respiratoires ou les états cardiovasculaires. Le groupe s’est récemment trouvé un nouveau directeur général en la personne de Daniel O’Day, recruté chez Roche Holdings et dont on attend qu’il renforce le profil international de Gilead et son expertise dans les traitements des maladies du foie. L’action a pris 2,85% jeudi.

ALEXION PHARMACEUTICALS.

Alexion, spécialisé dans les maladies rares et naguère la cible de pressions du fonds activiste Elliott Management, pourrait intéresser des groupes comme Amgen ou Pfizer . Les gros laboratoires cherchent en effet à mettre la main sur des traitements très chers de maladies ultra-rares. L’action Alexion a gagné 2,20% jeudi.

MADRIGAL PHARMACEUTICALS ET INTERCEPT PHARMACEUTICALS

Dans une note, les analystes de Raymond James jugent possible une opération de fusion-acquisition cette année visant des laboratoires qui développent des produits contre la stéatohépatite non alcoolique, une pathologie du foie connue sous son acronyme Nash (non-alcoholic steatohepatitis) et qui n’a pas encore de traitement commercialisé. Madrigal Pharmaceuticals et Intercept Pharmaceuticals sont bien placés sur ce segment de marché qui pourrait à terme représenter 30 milliards de dollars. En 2016, Allergan avait racheté Tobira pour son traitement expérimental du Nash et avait alors déboursé 1,8 milliard de dollars, 19 fois la valeur boursière de sa cible.

Madrigal et Intercept n’ont pas bénéficié des spéculations jeudi, cédant respectivement 6,93% et 2,22%. (Liana B. Baker à New York, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below