December 20, 2018 / 4:12 PM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 16H00 GMT (20/12)

SYRIE-TRUMP JUSTIFIE LE RETRAIT AMÉRICAIN, LES KURDES INQUIETS

BEYROUTH/WASHINGTON - Donald Trump a justifié jeudi sa décision, annoncée la veille, de retirer les forces américaines de Syrie, une initiative diversement accueillie et qui inquiète notamment les alliés kurdes de Washington.

Le président américain a proclamé la défaite de l’Etat islamique (EI) en Syrie, rappelant qu’il s’agissait du seul objectif poursuivi par les forces américaines sur place. Il a annoncé le début immédiat du rapatriement des quelque 2.000 soldats américains stationnés dans le nord de la Syrie.

“Est-ce que les Etats-Unis veulent être les gendarmes du Moyen-Orient, n’obtenant RIEN en contrepartie mais perdant des vies précieuses et des milliards de dollars en protégeant des gens qui, dans presque tous les cas, n’apprécient pas à sa juste valeur tout ce que nous faisons ? Voulons nous rester là-bas pour toujours ? Il est enfin temps que les autres entrent en lice”, a-t-il déclaré.

Pour les Forces démocratiques syriennes (FDS), les alliés kurdes des Etats-Unis dans le nord de la Syrie, le retrait américain va permettre aux djihadistes de se regrouper alors qu’il serait au contraire nécessaire d’intensifier les opérations pour porter l’estocade à Daech dans cette phase “décisive” du combat.

Les miliciens kurdes, considérés comme des terroristes par Ankara, craignent en outre de se retrouver pris dans un étau entre l’armée turque et les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés.

A Paris, la ministre des Armées Florence Parly a estimé que l’EI n’était pas définitivement vaincu et annoncé la poursuite des opérations militaires françaises en Syrie.

—-

GILETS JAUNES-ADOPTION DÉFINITIVE DU BUDGET 2019

PARIS - Le Parlement français a définitivement adopté le projet de loi de finances (PLF) 2019, un texte revu en toute fin de marathon budgétaire automnal pour intégrer une partie des concessions consenties par le gouvernement pour tenter d’enrayer la crise des “Gilets jaunes”.

Ce texte, qui a reçu le soutien des députés de la majorité présidentielle (La République en marche et Modem), a été adopté par 182 voix contre 52.

Certaines des mesures annoncées la semaine dernière par Emmanuel Macron (heures supplémentaires, baisse de CSG et primes exemptes de prélèvements obligatoires) figurent dans le projet de loi “mesures d’urgence économique et sociale” qui doit être adopté d’ici la fin de la semaine.

—-

CASTANER APPELLE À L’ARRÊT DES MANIFESTATIONS

PARIS/BORDEAUX - Le bilan des décès en marge du mouvement des “Gilets jaunes” est passé à neuf personnes jeudi, a annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, appelant à l’arrêt des blocages.

“Il y a eu un neuvième mort, ce matin à Agen (Lot-et-Garonne), sur un rond-point, un Gilet jaune qui manifestait en dehors de tout protocole de sécurité”, a déclaré Christophe Castaner à la presse.

L’homme âgé de 61 ans, un des leaders des “Gilets jaunes” de Villeneuve-sur-Lot participait à un barrage filtrant sur un rond-point proche de l’accès à l’A62 près d’Agen (Lot-et-Garonne). Il est mort après avoir été percuté par un poids lourd, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

—-

CASTANER LANCE LE CHANTIER DU TEMPS DE TRAVAIL DES POLICIERS

PARIS - Trois syndicats de policiers ont signé mercredi soir avec le gouvernement un protocole d’accord qui prévoit notamment une revalorisation de leurs salaires et une réorganisation du temps de travail dans la police nationale. Si cet accord a été salué par les signataires - Unité SGP Police-Fo, Alliance, et Unsa Police -, il n’a pas apaisé d’autres syndicats et l’association Mobilisation des policiers en colère (MPC), qui a appelé à manifester jeudi soir à Paris. L’annonce de cet accord, conclu après deux soirées de négociations au ministère de l’Intérieur, est tombée à pic pour Christophe Castaner, qui présidait jeudi la cérémonie d’accueil de 1.282 nouveaux agents de la préfecture de police de Paris.

—-

LA SNCF VA SUPPRIMER PLUS DE 2.000 POSTES EN 2019

PARIS - La SNCF prévoit de supprimer quelque 2.090 postes en 2019, selon le projet de budget présenté mercredi aux organisations syndicales du groupe ferroviaire, qui ont toutes rendu un avis défavorable, a-t-on appris de sources syndicales.

Le groupe, engagé dans une vaste réforme depuis l’adoption de la loi “pour un nouveau pacte ferroviaire” en juin, prévoit de supprimer environ 2.260 postes, principalement dans sa branche mobilité, et de recruter près de 170 personnes au sein de SNCF Réseau, ont dit à Reuters les dirigeants de l’UNSA Ferroviaires et de la CFDT Cheminots.

—-

MACRON AU TCHAD POUR SOUTENIR LES FORCES FRANCAISES PARIS - Emmanuel Macron sera samedi et dimanche au Tchad pour rencontrer avant Noël le millier de militaires français déployés à N’Djamena dans le cadre de l’opération Barkhane dans un contexte de menaces djihadistes persistantes dans la région.

“Ce déplacement s’inscrit dans la continuité de l’engagement du président sur la lutte contre le terrorisme au Sahel et en particulier de la mise en place de la force du G5 Sahel”, souligne-t-on à l’Elysée. “Le Tchad est l’un des piliers de la force conjointe et a vu son rôle renforcé avec la nomination en juillet d’un Tchadien au poste de chef d’état-major adjoint”.

Le chef de l’Etat, qui s’efforce depuis le début de son quinquennat de mobiliser la communauté internationale autour de la force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), avait déjà réveillonné l’an dernier avec les troupes françaises présentes à Niamey, au Niger voisin.

—-

L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE VA ÊTRE REPOUSSÉE EN RDC

KINSHASA - Le scrutin présidentiel prévu dimanche en République démocratique du Congo va être repoussé, a-t-on appris jeudi auprès de plusieurs candidats informés par la commission électorale (CENI).

Cette élection, qui devait initialement se tenir en 2016, doit désigner le successeur de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, atteint par la limitation du nombre de mandats.

La commission électorale a convoqué les candidats dans la foulée de la publication d’informations de presse qui faisaient état d’un report du scrutin.

—-

PARIS - Les forces armées françaises ont mené mercredi soir une attaque contre un groupe armé djihadiste au Mali, tuant au moins six de ses membres, a annoncé jeudi le porte-parole de l’état-major des armées.

Le raid, qui a entraîné une frappe aérienne, est intervenu dans le cadre d’une opération conjointe de Barkhane avec les forces armées maliennes et burkinabées actuellement en cours dans la zone des “Trois frontières” (Mali-Niger-Burkina Faso) à l’ouest du Liptako, à environ 150 km au sud de Gao.

—-

BREXIT-REPRISE DES DÉBATS AUX COMMUNES LE 9 JANVIER

LONDRES - La Chambre des communes reprendra le 9 janvier ses débats sur l’accord de Brexit négocié par Theresa May, a annoncé jeudi la ministre chargée des Relations avec le Parlement, Andrea Leadsom.

Ces débats devaient se tenir en décembre mais ils ont été interrompus lorsque la Première ministre a décidé de ne pas faire voter le Parlement, redoutant d’essuyer un échec.

Andrea Leadsom a dit jeudi que les débats se tiendront le 9 et le 10 janvier, peut-être le 11.

—-

TOKYO - Un tribunal de Tokyo a rejeté jeudi l’appel du parquet contre son refus de prolonger la détention de Carlos Ghosn, rapporte la chaîne NHK.

Carlos Ghosn a été arrêté au Japon le 19 novembre pour des soupçons de malversations financières chez Nissan 7201.T. Un tribunal a rejeté jeudi une demande de prolongation de sa détention, une décision inattendue qui pourrait entraîner une remise en liberté rapide, contre versement d’une caution, du PDG de Renault. Le parquet de Tokyo avait fait appel de cette décision.

—-

LA CNIL INFLIGE UNE AMENDE DE 400.000 EUROS À UBER

PARIS - La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a annoncé jeudi avoir infligé une amende de 400.000 euros à Uber à la suite du vol des données de 1,4 million d’utilisateurs en France.

La Cnil juge que le spécialiste américain des véhicules de transport au chauffeur (VTC) a “manqué à son obligation de sécurité des données personnelles”.

Uber a lui-même révélé en 2017 que les données de 57 millions de ses utilisateurs avaient été dérobées un an auparavant.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below