December 20, 2018 / 11:06 AM / a month ago

LEAD 1-Suède-Première hausse de taux depuis 2011, malgré les risques

* Le taux directeur relevé à -0,25%

* La prochaine hausse prévue pour le 2e semestre 2019

* La couronne monte

* (Actualisé avec contexte, commentaire d’analyste)

STOCKHOLM, 20 décembre (Reuters) - La banque centrale suédoise a relevé jeudi son principal taux d’intérêt pour la première fois depuis plus de sept ans tout en soulignant que les incertitudes sur la croissance mondiale et sur l’évolution de l’inflation allaient l’obliger à adopter une attitude plus prudente.

Le taux des prises en pension (repo) est relevé de 25 points de base à -0,25%. Deux tiers des économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient un maintien du taux directeur à -0,5%, les autres anticipant un resserrement.

“La nécessité d’une politique monétaire fortement expansionniste a légèrement diminué”, a déclaré la Riksbank dans un communiqué. Mais elle a ajouté que la prochaine hausse de taux interviendrait probablement plus tard que prévu jusqu’à présent, soit au second semestre de l’an prochain.

“Le fait que l’inflation ait été inférieure aux attentes récemment montre qu’il existe des incertitudes sur la vigueur des pressions inflationnistes”, explique-t-elle.

Sur le marché des changes, la couronne suédoise s’appréciait fortement face à l’euro après ces annonces: vers 10h45 GMT, elle prenait 0,75% contre la monnaie unique à 10,2690.

La hausse de taux annoncée jeudi est la première en Suède depuis juillet 2011. A l’époque, alors que la zone euro se débattait avec la crise de la dette grecque, la Riksbank avait été taxée d’avoir pris une décision précipitée.

De fait, elle avait dû rapidement changer son fusil d’épaule afin de combattre le ralentissement des prix, ce qui l’a conduite à ramener en 2016 son taux directeur à -0,50%, son plus bas niveau historique.

Cette stratégie a fait repartir la croissance, et avec elle les prix immobiliers, tout en affaiblissant la couronne, permettant de ramener l’inflation à 2%, l’objectif de la banque centrale, un niveau auquel elle se situe depuis environ deux ans.

De nombreux observateurs estiment cependant que cette politique ultra-accommodante a favorisé la formation d’une bulle du crédit immobilier susceptible de menacer la stabilité économique.

Certains reprochent aussi à la Riksbank d’avoir pris du retard en matière de resserrement monétaire, au risque de manquer de moyens d’actions en cas de crise économique.

L’Institut national d’études économiques (NIER) prévoit une croissance économique limitée à 1,3% l’an prochain.

Pour Annika Winsth, chef économiste de la banque Nordea, la banque centrale n’avait de toute façon pas d’autre choix que de relever son taux directeur.

“Mais du point de vue économique, il est trop tard”, ajoute-t-elle.

Simon Johnson et Johan Sennero; Marc Angrand pour le service français, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below