December 18, 2018 / 8:43 AM / in 5 months

Recours de France nature environnement contre ArcelorMittal

MARSEILLE, 18 décembre (Reuters) - L’association France nature environnement (FNE) a confirmé mardi avoir intenté un recours judiciaire contre ArcelorMittal pour infraction aux règles de l’environnement.

FNE accuse le site de Fos-sur-Mer du groupe sidérurgique d’être à l’origine de 36 infractions environnementales sur cinq ans ayant pour conséquence de “nombreuses pollutions de l’air” autour de Marseille.

L’association a déposé plainte le 23 novembre devant le tribunal de grande instance d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) afin d’obtenir “l’arrêt immédiat des infractions responsables de la pollution de l’environnement”, indique un communiqué de l’association, confirmant une information révélée par le journal Le Monde.

“Benzène, oxyde d’azote, dioxyde de souffre, particules fines (...), l’usine sidérurgique rejette un cocktail de substances présentant des effets directs sur la santé”, ajoute le communiqué.

“Malgré des dizaines d’infractions environnementales, ArcelorMittal fait preuve d’inaction dans la mise en conformité du site”, ajoute le texte.

“ArcelorMittal a une haute responsabilité dans les taux élevés de pollution de l’air autour de Marseille, où la perte d’espérance de vie due à la mauvaise qualité de l’air est estimée à 7,5 mois”, accuse le communiqué.

L’association souligne que, depuis 2013, les inspecteurs de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) ont relevé 36 violations des normes en vigueur.

“Déjà en 2013, les associations ont obtenu la condamnation d’ArcelorMittal Méditerranée pour pollution des eaux et non-respect des règles préventives en matière d’émissions de polluants dans l’air. Cinq ans plus tard, la situation n’est toujours pas satisfaisante”, souligne la directrice de FNE Paca, Nathalie Chaudon.

“On s’interroge vivement sur la capacité de l’Etat à faire respecter ses propres décisions”, dit-elle.

Dans une réaction au journal Le Monde, le groupe sidérurgique, qui affirme avoir investi plus de 100 millions d’euros depuis 2012 sur son site provençal, estime “qu’il n’y a pas d’activité humaine, industrielle ou autre, sans impacts sur l’environnement”.

“Nous en sommes conscients et la politique de notre entreprise est de les réduire au minimum en utilisant les technologies les plus efficaces”, ajoute ArcelorMittal.

L’industriel affirme avoir réduit de 50% les émissions de dioxyde de soufre (SO2) et diminué de 4% celles des oxydes d’azote entre 2007 et 2017. (Jean-François Rosnoblet édité par Danielle Rouquié)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below