December 17, 2018 / 9:56 AM / a month ago

BOURSE-Sopra et Worldline chutent, Morgan Stanley à sous-pondérer

PARIS, 17 décembre (Reuters) - La société de conseil et de services informatiques Sopra Steria et le groupe de paiement Worldline, filiale d’Atos, figurent parmi les plus fortes baisses de l’indice SBF 120 de la Bourse de Paris lundi, Morgan Stanley ayant abaissé sa recommandation sur les deux titres.

Dans une étude sectorielle, la banque est passée de “pondération en ligne” à “sous-pondération” sur les deux valeurs.

Vers 09h50 GMT en Bourse de Paris, l’action Sopra Steria perd 6,38% à 81,4 euros et Worldline recule de 6,54% à 43,12 euros.

Après l’avertissement de Sopra Steria en octobre sur ses perspectives 2018, Morgan Stanley estime que l’année 2019 devrait être marquée par les mêmes facteurs d’incertitude pour le groupe, qui ne devrait pas atteindre ses objectifs 2020.

Quant à Worldline, les analystes jugent que le groupe a moins de marge de manoeuvre en termes de fusions et acquisitions alors que la valorisation du titre est déjà élevée.

Dans le secteur technologique en Europe, l’éditeur français de logiciels de conception et de fabrication Dassault Systèmes et le groupe allemand de paiement électronique Wirecard sont les valeurs préférées de la banque pour 2019.

Dassault Systèmes devrait bénéficier d’une accélération de la croissance de ses résultats à la suite d’importantes acquisitions réalisées depuis un peu plus d’un an (Exa, Centric Software et No Magic), tandis que Wirecard est jugé très attractif du fait de ses perspectives de croissance et de sa valorisation relative dans le secteur des services de paiement.

Dans les services informatiques, Capgemini et Netcompany sont les valeurs préférées de la banque.

L’ensemble du segment technologique en Europe est néanmoins très dépendant de la conjoncture mondiale en 2019, qui reste particulièrement incertaine, soulignent les analystes de Morgan Stanley

“Le défi pour 2019 est que les perspectives de ces sociétés dépendent lourdement des perspectives macroéconomiques que nous jugeons les plus incertaines depuis plusieurs années. Nous basons notre choix de valeurs sur un scénario de léger ralentissement - mais sans récession. Nous pensons que l’investissement informatique restera robuste (...).” (Juliette Rouillon pour le service français, édité par Blandine Hénault)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below