December 13, 2018 / 9:26 AM / 5 months ago

Italie-Budget/Le financement des réformes revu à la baisse-Galli

ROME/PARIS, 13 décembre (Reuters) - Le gouvernement italien va réduire de “quelques milliards” d’euros l’enveloppe financière allouée à ses deux réformes sociales phares, afin d’atteindre le nouvel objectif de déficit budgétaire pour 2019 qu’il a proposé à la Commission européenne, a déclaré jeudi le vice-ministre de l’Industrie, Dario Galli.

La coalition au pouvoir à Rome a proposé mercredi de contenir à 2,04% du PIB son objectif de déficit budgétaire pour 2019, afin d’éviter des sanctions de la part de l’Union européenne.

Le projet de budget initial soumis par Rome à la Commission prévoyait un creusement du déficit à 2,4% du PIB l’an prochain; la Commission l’a rejeté le mois dernier et a lancé un processus disciplinaire susceptible d’aboutir à des sanctions contre l’Italie pour “déficit excessif”.

“Quelques milliards (d’économies) par rapport aux prévisions initiales, telle sera la conséquence d’une mise en oeuvre réaliste des mesures les plus signifiantes, d’un point de vue politique”, a déclaré à la chaîne La7 Dario Galli, qui faisait allusion aux deux réformes phares du gouvernement: l’abaissement de l’âge de la retraite et la création d’un “revenu de citoyenneté”, destiné à apporter un revenu aux plus démunis.

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, a salué une “volonté de coopérer” des autorités italiennes au vu de la nouvelle proposition budgétaire.

“Je constate – et salue - une volonté de coopérer renforcée de la part des autorités italiennes, qui semblent prêtes à trouver des moyens pour réduire la dette publique, et d’ailleurs il y a eu une annonce hier qui a été faite par le président (du Conseil Giuseppe) Conte que le déficit soumis ne serait plus de 2,4% mais 2,04%, ce qui est un pas dans la bonne direction”, a dit Pierre Moscovici jeudi matin lors d’une audition par les commissions des Affaires européennes et des Finances du Sénat, à Paris.

“Je veux toutefois dire ici que nous n’y sommes pas encore, il reste encore des pas à faire, peut-être de part et d’autre”, a-t-il nuancé.

“Car nous ne pouvons pas transiger avec les règles, nous pouvons les appliquer de manière intelligente, subtile mais nous ne pouvons pas y déroger et donc nous cherchons le moyen de rendre compatibles des choix politiques qui sont ce qu’ils sont et qui sont légitimes avec des règles qui sont des règles communes que tout le monde suit et qui sont, je le dis, les mêmes pour tous”, a continué le commissaire européen. (Giselda Vagnoni à Rome et Myriam Rivet à Paris; Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below