December 11, 2018 / 10:13 AM / 5 months ago

LEAD 2-La direction d'Engie confirme choisir le statu quo sur Suez

* Engie confirme voulor rester l’actionnaire de référence de Suez

* Rumeurs récurrentes sur la participation depuis 2013 (Actualisé avec confirmation d’Engie)

par Benjamin Mallet

PARIS, 11 décembre (Reuters) - Engie a confirmé mardi son intention de rester l’actionnaire de référence de Suez et s’est dit prêt à renforcer les coopérations industrielles et commerciales entre les deux groupes.

“Le conseil d’administration d’Engie confirme sa volonté de soutenir activement le développement de Suez en conservant son niveau actuel de participation”, a précisé le groupe dans un bref communiqué, confirmant ainsi des informations obtenues précédemment par Reuters.

Engie détient actuellement 32% du capital de Suez.

“La position de la direction, c’est le statu quo”, avait indiqué auparavant une source à Reuters, précisant que cette position figurait telle quelle à l’ordre du jour du conseil, qui se réunissait dans l’après-midi.

“C’est une décision par défaut car Engie n’a pas vraiment les moyens d’acheter. Malgré le désendettement, il y a pas mal d’interrogations sur ses marges de manoeuvre”, a commenté cette même source.

A 17h00, l’action Suez se repliait de 2,6764% à 12 euros pendant qu’Engie gagnait 2,4% à 12,275 euros.

Ces annonces interviennent alors qu’Engie a prévu de présenter un nouveau plan stratégique vers la fin du mois de février et que Suez se cherche une nouvelle direction pour succéder à Gérard Mestrallet et Jean-Louis Chaussade, respectivement président du conseil et directeur général, atteints par les limites d’âges l’an prochain.

Les rumeurs autour des 32% d’Engie au capital de Suez sont récurrentes depuis que le groupe dirigé par Isabelle Kocher a laissé expirer un pacte d’actionnaires sur le contrôle de la société en 2013.

Le scénario d’une reprise du contrôle de Suez comptait toujours ses partisans, qui prônaient la création d’un vaste pôle regroupant à la fois le spécialiste de l’eau et des déchets et les services énergétiques d’Engie (ex Cofely), mais plusieurs observateurs ont exprimé ces derniers mois des doutes sur l’intérêt stratégique d’un rapprochement.

Dans le même temps, l’hypothèse d’une sortie d’Engie de Suez et d’une prise de contrôle de ce dernier par son grand rival Veolia - après une tentative de rapprochement avortée en 2012 - est réapparue dans des notes d’analystes.

Engie a pour sa part régulièrement indiqué qu’il était satisfait de sa participation au capital de Suez et s’est contenté de souscrire à hauteur de sa participation à l’augmentation de capital de l’entreprise lancée au printemps 2017 dans le cadre du rachat de GE Water.

Au cours de clôture de lundi, les 32% d’Engie au capital de Suez étaient valorisés à près de 2,4 milliards d’euros. (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below