December 7, 2018 / 6:02 AM / 3 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 06H00 GMT (07/12)

FRANCE-L’EXÉCUTIF TENTE DE FAIRE BAISSER LA PRESSION AVANT SAMEDI

PARIS - En amont d’une nouvelle mobilisation des “Gilets jaunes” potentiellement “très violente”, le gouvernement est monté au front jeudi pour tenter de faire baisser la pression en promettant qu’aucune hausse de la fiscalité écologique n’aurait lieu en 2019 et que les Gafa seraient taxés dès l’an prochain.

Après les violents incidents qui ont fait 263 blessés samedi dernier, l’exécutif espère ainsi éviter de nouveaux débordements à Paris et en province lors d’un week-end crucial pour les commerçants, à deux semaines des fêtes de fin d’année.

Signe d’une certaine inquiétude au sommet de l’Etat, Emmanuel Macron a appelé mercredi, pour la première fois de son quinquennat, les forces politiques, syndicales et le patronat à lancer un appel au calme, dénonçant “le silence coupable” de ceux qui cherchent à “attaquer la République”.

A l’Elysée, on évoque des “informations” remontant du terrain qui font craindre “une très grande violence” avec “un noyau dur de plusieurs milliers de personnes” qui viendraient à Paris “pour casser et pour tuer”.

Quelque 89.000 membres des forces de l’ordre seront mobilisés en France samedi, jour de la prochaine manifestation des “Gilets jaunes”, afin de ne pas “laisser les mains libres” aux potentiels casseurs, a annonce le Premier ministre Edouard Philippe.

LE SOUTIEN DES FRANÇAIS AUX “GILETS JAUNES” FLÉCHIT

PARIS - Le soutien des Français au mouvement des “Gilets jaunes” faiblit pour la première fois depuis le 17 novembre, date de la première mobilisation contre la hausse du prix du carburant, selon un sondage Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio, publié vendredi.

Près de 66% des Français ont exprimé leur soutien ou leur sympathie envers le mouvement des “Gilets jaunes”, d’après le sondage réalisé entre le 5 et le 6 décembre, soit une baisse de six points par rapport au sondage réalisé entre le 3 et le 4 décembre derniers.

En début de semaine, 72% des Français avaient dit soutenir ou bien avoir de la sympathie pour le mouvement. Ils étaient 71% les 27 et 28 novembre et 66% les 20 et 21 novembre.

La cote de popularité d’Emmanuel Macron est ailleurs tombée ce mois-ci à 23%, soit un point de moins que François Hollande à la même période de son quinquennat, selon un sondage Elabe pour les Echos et Radio Classique paru jeudi.

LE POINT SUR LA CRISE DES “GILETS JAUNES”:

—-

NOMBREUSES INTERPELLATIONS LORS DE BLOCAGES DE LYCÉES

PARIS - Des dizaines de lycées ont encore été perturbés ou bloqués jeudi par des lycéens qui dénoncent la réforme du baccalauréat et Parcoursup, dans un mouvement dénoncé comme d’une “extrême violence” par le ministre de l’Education nationale, et marqué par de nombreuses interpellations.

Selon le ministère, il y avait jeudi environ 200 lycées bloqués, auxquels s’ajoutaient plusieurs dizaines d’établissements perturbés, ce qui fait craindre une convergence avec le mouvement des “Gilets jaunes” qui ont annoncé une nouvelle mobilisation nationale samedi. La France compte quelque 4.200 lycées.

Près de 90 établissements étaient bloqués ou perturbés à la mi-journée en région parisienne, dont sept à Paris, 47 dans l’académie de Créteil et 32 dans celle de Versailles.

—-

SOS MÉDITERRANÉE ET MSF RENONCENT À AFFRÉTER L’AQUARIUS

PARIS - SOS Méditerranée et Médecins sans frontières ont annoncé jeudi avoir renoncé à affréter l’Aquarius, bateau avec lequel elles portaient secours aux immigrants qui tentent la traversée vers l’Europe.

“Après avoir secouru près de 30.000 personnes en 34 mois, SOS Méditerranée, en partenariat avec Médecins Sans Frontières (MSF), a été contrainte de prendre la décision de mettre fin à l’affrètement du navire l’Aquarius”, ont-elles dit dans un communiqué.

L’Aquarius, qui était le dernier navire humanitaire actif en Méditerranée, est bloqué à Marseille depuis la perte de son pavillon panaméen, le 23 septembre, pour non-respect des “procédures juridiques internationales en matière de secours” aux réfugiés. Il a plus récemment été mis sous séquestre à la demande de la justice italienne qui accuse l’équipage de tri non conforme des déchets du navire. SOS Méditerranée y voit une nouvelle “attaque politique” destinée à éviter la reprise de ses sauvetages.

—-

ALLEMAGNE-NOUVELLE ÈRE À LA CDU AVEC LA SUCCESSION DE MERKEL

HAMBOURG - Les délégués de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), réunis en congrès à Hambourg, élisent vendredi le successeur d’Angela Merkel à la présidence du parti, après que la chancelière allemande a décidé en octobre d’abandonner la tête de la CDU à la suite de mauvais résultats électoraux.

Deux personnalités aux projets opposés se sont largement détachées pour succéder à Angela Merkel, 64 ans, qui occupe la présidence du parti depuis 2000, et se placer ainsi en pole position pour la remplacer à la tête du gouvernement allemand.

Il s’agit de l’actuelle secrétaire générale de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, protégée de Merkel considérée comme la candidate de la continuité, et Friedrich Merz, rival de longue date de Merkel, qui promet un changement plus radical.

—-

LE VOTE DU PARLEMENT BRITANNIQUE SUR LE BREXIT MAINTENU LE 11 DÉCEMBRE

LONDRES - Le vote du Parlement britannique sur l’accord de Brexit que le gouvernement de Theresa May a négocié avec Bruxelles aura bien lieu mardi prochain, ont indiqué jeudi les services de la Première ministre.

Selon le journal The Times, plusieurs ministres souhaitaient que ce vote soit repoussé pour éviter un échec trop cuisant susceptible d’entraîner la chute du gouvernement.

A la veille de ce scrutin décisif, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) dira si le Royaume-Uni a le droit de renoncer à sortir de l’UE sans demander l’avis des autres pays membres.

—-

ONU-REJET DU PROJET DE RÉSOLUTION AMÉRICAIN CONDAMNANT LES VIOLENCES DU HAMAS

NATIONS UNIES - Un projet américain de résolution visant à condamner les violences perpétrées par le mouvement islamiste palestinien Hamas contre Israël en novembre a échoué jeudi à recueillir suffisamment de votes pour être adopté par l’Assemblée générale des Nations unies.

Le Mouvement de la résistance islamique (Hamas), qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007, a lancé mi-novembre une offensive contre Israël après la mort d’un de ses chefs, tué par des commandos israéliens. Plus de 400 roquettes ou obus de mortier ont été tirés en deux jours sur l’Etat hébreu.

Une médiation de l’Egypte a permis une trêve entre Gaza et Israël après les échanges de tirs les plus violents depuis l’opération “Bordure protectrice” en 2014.

Dans une lettre qu’elle leur avait envoyée lundi, l’ambassadrice américaine à l’Onu avait appelé les pays membres à voter en faveur de ce projet de résolution. “Les Etats-Unis prennent l’issue de ce vote très au sérieux”, avait averti Nikki Haley, qui quittera ses fonctions à la fin du mois.

—-

YÉMEN: OUVERTURE DES POURPARLERS DE PAIX PARRAINÉS PAR L’ONU

STOCKHOLM - Les délégués du gouvernement yéménite et ceux des rebelles houthis se sont mis d’accord jeudi sur la libération de milliers de prisonniers, à l’ouverture de pourparlers de paix sous l’égide des Nations unies en Suède.

Lors d’une conférence de presse, l’émissaire de l’Onu pour le Yémen, Martin Griffiths, a salué ce “bon départ” des discussions, porteur d’espoir. Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), au moins 5.000 prisonniers devraient être libérés.

Les négociations se tiennent au château de Johannesberg, près de Stockholm, mais les deux parties ne négocieront vraisemblablement pas face à face, laissant Martin Griffiths et son équipe faire la navette entre les délégations.

—-

GHOSN DEVRAIT ÊTRE INCULPÉ LUNDI PAR LE PARQUET DE TOKYO

TOKYO - L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, accusé d’avoir sous-évalué ses revenus, devrait être inculpé pour malversations financières par le parquet de Tokyo lundi, date à laquelle doit prendre fin son incarcération, rapporte vendredi le journal Nikkei, citant des sources non identifiées.

L’ancien conseiller de Carlos Ghosn chez le constructeur automobile japonais, Greg Kelly, devrait aussi être inculpé, ajoute le journal, de même que le groupe Nissan pour n’avoir pas su prévenir les fraudes supposées.

Ghosn est accusé d’avoir, avec l’aide de Kelly, déclaré environ la moitié des quelque 10 milliards de yens (78 millions d’euros) de sa rémunération perçue sur une période de cinq ans allant jusqu’à 2010.

Les deux hommes ont été arrêtés le 19 novembre. Leur incarcération a été prolongée vendredi dernier jusqu’au 10 décembre, date butoir à laquelle les procureurs doivent décider d’inculper, de relâcher ou d’arrêter à nouveau les suspects sur de nouvelles accusations.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below