December 4, 2018 / 5:51 PM / 7 days ago

ENCADRE-Réactions du monde économique aux annonces de Philippe

PARIS, 4 décembre (Reuters) - Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mardi la suspension pour six mois de trois mesures fiscales qui devaient entrer en vigueur au 1er janvier prochain, dont la hausse de la taxe carbone, à l’origine du mouvement des “Gilets jaunes”.

Voici les principales réactions des professionnels à ces annonces.

* MEDEF

L’organisation patronale a salué dans un communiqué les annonces du Premier ministre et dit espérer “que ce moratoire de six mois sur les hausses de taxes prévues au 1er janvier va permettre de mettre fin aux blocages inacceptables que connaît l’économie française.”

“La France vit quasiment en état d’urgence économique”, a estimé le Medef en appelant à la levée des blocages pour “permettre à notre économie de se relancer”.

* U2P (Union des entreprises de proximité)

Pour cette organisation, qui fédère principalement des artisans, des commerçants et des professionnels libéraux, “le moratoire portant sur la hausse de la fiscalité applicable au prix des carburants, de l’énergie et du gazole non routier (GNR) devrait contribuer à apaiser la situation et à débloquer l’activité économique”.

Les mesures annoncées par le gouvernement “doivent mettre fin au blocage de l’économie et aux pertes déjà subies par nos entreprises qui doivent au plus vite retrouver une activité normale”, souligne son président Alain Griset, cité dans un communiqué.

L’U2P prévient cependant que les consultations décentralisées à venir sur le pouvoir d’achat et la fiscalité écologique ne pourront pas aboutir à un “alourdissement de la charge des entreprises”.

* FFB (Fédération française du bâtiment)

La FFB a salué par voie de communiqué les annonces du Premier ministre, notamment la suspension de six mois de la mesure sur le gazole non routier (GNR).

L’arrêt de cette niche fiscale “se serait traduit en hausse brutale de 500 millions d’euros de la fiscalité supporté par les entreprises”, note la fédération.

Elle espère que “la courte période de moratoire (sera) mise à profit pour trouver une voie de sortie supportable par les entreprises et le budget de l’Etat, au profit de la transition écologique”.

* CAPEB (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment)

A l’instar des autres organisations professionnelles, la Capeb accueille favorablement les annonces du Premier ministre, en particulier le gel temporaire de la mesure sur le gazole non routier (GNR).

Elle espère également que “ces mesures d’apaisement s’accompagneront d’un retour au calme”, précisant que “les entreprises du bâtiment commençaient à subir une gêne d’approvisionnement dommageable pour leur activité et pour l’économie de proximité dans son ensemble.”

Mais l’organisation, qui a contesté les choix du gouvernement sur l’évolution du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), estime dans un communiqué que même si le moratoire sur les taxes “est une bonne nouvelle”, “le gouvernement doit désormais s’engager durablement et prendre des mesures constructives”.

“L’une des premières étapes est de ‘réussir’ la nouvelle version du CITE: le dispositif d’aides aux travaux, que ce soit sous la forme de prime ou de crédit d’impôt, doit être élargi aux fenêtres et ainsi sanctuarisé”, note la Capeb dans son communiqué.

Pour son président Patrick Liébus, cité dans le communiqué “l’urgence à agir pour la transition énergétique dans le bâtiment est triple”: écologique, économique et sociale. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below