December 4, 2018 / 2:01 PM / 14 days ago

GESTION 2019-La Fed contre le reste du monde pour Ostrum AM

* La Fed devrait relever encore les taux, juge Ostrum

* La BCE pas pressée de lui emboîter le pas

* L’Italie, risque principal pour la zone euro

PARIS, 4 décembre (Reuters) - Les grandes banques centrales ne devraient pas se précipiter pour resserrer leur politique en 2019, à l’exception de la Réserve fédérale américaine, qui continuera de durcir le ton, dit on chez Ostrum Asset Management.

La Fed poursuivra sur la voie de la normalisation pour limiter les risques de déséquilibres résultant de la politique budgétaire expansionniste de l’administration Trump, prédit Philippe Waechter, directeur de la recherche économique pour la société de gestion d’actifs.

La Banque centrale européenne (BCE) et la Banque du Japon (BoJ) n’ont en revanche, selon lui, pas de raison de normaliser rapidement leur stratégie. Quant à la Banque d’Angleterre (BoE), le cap qu’elle choisira dépendra de l’évolution de la situation entourant le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, fait-il valoir.

“La BCE va maintenir une politique monétaire accommodante en 2019 alors que la Fed va continuer ses taux”, affirme Philippe Waechter.

“En zone euro, la BCE ne normalisera pas. L’absence d’inflation ne justifie pas des taux d’intérêt plus élevés qui pourraient pénaliser la croissance.”

L’actualité sera chargée en Europe l’année prochaine avec le Brexit, et une situation qui pourrait devenir plus complexe en cas de rejet de l’accord avec l’UE par le Parlement, mais aussi l’Italie, avec un risque de volatilité de la dette souveraine, sans oublier les élections européennes de mai.

DES RISQUES SUR TOUTES LES CLASSES D’ACTIFS

Ce scrutin permettra, selon l’économiste d’Ostrum AM, de mesurer l’influence respective de “ceux qui veulent davantage d’intégration et ceux qui n’acceptent pas toutes les contraintes”.

L’Italie reste le principal facteur de risque sur les marchés en zone euro avec le ralentissement économique, juge pour sa part Axel Botte, responsable de la stratégie actions et taux chez Ostrum AM.

Les risques seront également globaux avec les prix du pétrole, mesure des tensions politiques, mais aussi le différend entre la Chine et les Etats-Unis.

Au-delà du conflit commercial, les deux premières puissances économiques livrent bataille pour la suprématie mondiale, selon Philippe Waechter.

“La Chine a pris une avance considérable et ne compte pas s’arrêter là”, dit-il. “Donald Trump, avec le soutien des industriels américains, n’accepte pas ce nouveau partage du monde.”

Les incertitudes politiques impacteront toutes les classes d’actifs, estime Axel Botte, qui prévoit la poursuite de la surperformance des valeurs défensives dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale.

Voir aussi :

LE POINT sur les perspectives de marché 2019 des gérants et stratèges

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below