December 3, 2018 / 4:45 PM / 11 days ago

"Gilets jaunes"-A l'Assemblée, l'opposition demande un report de vote

PARIS, 3 décembre (Reuters) - Différents groupes d’opposition à l’Assemblée ont réclamé lundi un report du vote du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019, jugeant l’adoption de ce texte impossible alors que le gouvernement n’a pas encore fait connaître les réponses qu’il comptait apporter pour tenter de répondre aux revendications des “Gilets jaunes”.

“Nous ne pouvons pas faire comme si de rien n’était”, a lancé le député Les Républicains Marc Le Fur, des termes repris quelques minutes plus tard par le député socialiste David Habib.

“Nous avons un devoir, c’est d’apporter déjà une réponse à celles et ceux qui nous ont interpellés : si le président de la République a fait le choix d’être muet, nous ne sommes pas obligés d’en faire autant”, a poursuivi l’élu des Pyrénées-Atlantiques.

Même son de cloche du côté du groupe UDI, Agir et Indépendants, au nom duquel Francis Vercamer a jugé impossible d’envisager un vote définitif sur les textes budgétaires avant que le gouvernement ne fasse connaître ses propositions.

L’adoption de ces textes consisterait selon lui à adresser “une fin de non-recevoir” aux “Gilets jaunes” et au mécontentement qu’ils expriment.

“Comment peut-on imaginer une seconde de (...) voter le PLFSS en ignorant ce qui se passe dans le pays, c’est absolument impossible”, a déclaré ce député.

Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a lui aussi réclamé de surseoir à ce vote “pour montrer que le débat est ouvert, qu’on peut faire des changements, qu’on peut discuter et que ça sert à quelque chose”.

Mais ces demandes sont restées lettre morte auprès du président du groupe La République en Marche à l’Assemblée, Gilles Le Gendre, comme du président de l’Assemblée Richard Ferrand, qui dirigeait les débats.

Le début de la discussion a été animé par de nombreux rappels au règlement, plusieurs suspensions de séance et les quelques députés Les Républicains présents ont quitté l’hémicycle au début du discours de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below