December 10, 2018 / 10:06 AM / 5 months ago

Gilets jaunes-Pas de retour en arrière sur la CSG, dit Le Maire

PARIS, 10 décembre (Reuters) - Bruno Le Maire a exclu lundi de revenir sur la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour les retraités et écarté une nouvelle fois l’hypothèse d’un rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), malgré les appels en ce sens des “Gilets jaunes”.

Interrogé par un auditeur de RTL sur une éventuelle annulation de la hausse de 1,7 point de la CSG appliquée depuis le 1er janvier 2018 pour les retraités, le ministre de l’Economie et des Finances a rejeté cette option.

“Je vais vous décevoir, mais la réponse sera non”, a-t-il déclaré en rappelant que “la hausse de la CSG, c’est ce qui permet de financer l’augmentation des salaires nets de tous ceux qui travaillent”.

“Notre priorité absolue c’est que tous ceux qui travaillent puissent vivre dignement de leur travail”, a-t-il ajouté en soulignant avoir “parfaitement conscience de l’effort important qui a été demandé aux retraités”.

Bruno Le Maire a également réaffirmé l’opposition de l’exécutif au rétablissement de l’ISF, une autre revendication des “Gilets jaunes” désireux d’une meilleure répartition de la charge fiscale.

“Est-ce que l’ISF (...) a permis de réduire la pauvreté de notre pays, est-ce que ça a permis de réduire la dette, la dépense publique ? Non”, a-t-il dit en réaffirmant sa volonté d’”aller chercher de l’argent” en mettant en place une taxation des géants du numérique.

Le ministre avait annoncé la semaine dernière que la France mettrait en place en 2019 une taxation des géants du numérique à l’échelle nationale si les pays européens ne parvenaient pas à s’accorder sur le sujet.

Il a également exclu l’hypothèse d’un moratoire sur le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier prochain.

“Ne commençons pas à détricoter une par une les décisions qui ont été prises. Le prélèvement à la source est un élément de simplification, ne détricotons pas ce qui a été fait, regardons comment est-ce que nous pouvons mettre plus de justice dans ce que nous faisons”, a-t-il résumé.

Il a une nouvelle fois plaidé pour une “accélération de la baisse des impôts”, qui devra s’accompagner d’une baisse des dépenses publiques selon une trajectoire qui devra être précisée dans le cadre de la “grande concertation” qui doit s’ouvrir dans les semaines à venir.

Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below