November 26, 2018 / 11:30 PM / 13 days ago

LEAD 1-L'Italie attend encore avant de revoir son projet de budget

* La coalition attend une estimation du coût de ses mesures phares

* Un abaissement de la prévision de déficit reste sur la table-sources

* Regain d’espoir sur les marchés (Actualisé avec précisions et contexte)

ROME, 26 novembre (Reuters) - Le gouvernement italien a déclaré lundi s’en tenir aux principaux objectifs de son projet de budget 2019 dans l’attente d’une évaluation de l’impact de ses mesures phares mais il n’a pas fermé la porte à une révision à la baisse de sa prévision de déficit, point d’achoppement de ses discussions avec la Commission européenne.

Le président du Conseil, Giuseppe Conte, s’est entretenu avec ses deux vice-présidents, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, pour étudier les conséquences de la décision de la Commission européenne de proposer l’ouverture d’une procédure pour déficit excessif si Rome ne révisait pas son budget.

“Les objectifs qui ont déjà été fixés sont confirmés”, ont déclaré les trois hommes dans un communiqué commun.

“Pour ce qui est des discussions en cours avec les institutions européennes, nous nous sommes mis d’accord pour attendre l’analyse technique des propositions de réformes qui ont l’impact social le plus important, pour en quantifier le coût avec précision”, ont-ils ajouté.

Ils ont expliqué que tout financement supplémentaire que pourrait mettre au jour cette analyse technique serait consacré en priorité à l’augmentation des investissements.

Toutefois, la possibilité de revoir à la baisse la prévision de déficit pour 2019 reste sur la table, a-t-on appris de deux sources gouvernementales.

Un peu plus tôt dans la journée, deux sources avaient déclaré à Reuters que la coalition pourrait ramener la prévision de déficit pour l’an prochain à 2% du produit intérieur brut (PIB) contre 2,4% prévu jusqu’à présent, afin d’éviter la mise en oeuvre par Bruxelles de la procédure pour déficit excessif.

La Commission européenne a en effet franchi la semaine dernière le premier pas vers cette procédure, susceptible d’aboutir à des sanctions financières.

LA BOURSE DE MILAN EN NETTE HAUSSE, LE “SPREAD” EN BAISSE

L’espoir d’un assouplissement de la position de Rome dans ce dossier a favorisé la hausse des Bourses européennes et la baisse des rendements des emprunts d’Etat italiens lundi.

L’écart de rendement (“spread”) entre les obligations souveraines à dix ans italiennes et allemandes est ainsi revenu à son plus bas niveau depuis plus d’un mois, autour de 279 points de base, et la Bourse de Milan a fini la journée sur une progression de 2,77%, grâce entre autres aux valeurs bancaires.

Dimanche, Matteo Salvini, chef de file de la Ligue (extrême droite) avait laissé entendre dimanche qu’il n’était pas hostile à l’idée de légères modifications concernant l’objectif de déficit 2019.

Lundi, avant la réunion avec le président du Conseil, il a dit avoir eu des “retours positifs” à ce sujet de la part de Bruxelles.

Pour Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 Etoiles (M5S, “antisystème”), réduire l’objectif de déficit budgétaire italien n’est pas un problème du moment que les mesures prévues - instauration d’un revenu de citoyenneté et abaissement de l’âge de la retraite - restent en place.

“L’important c’est que le budget contienne les objectifs que nous avons établis”, a-t-il ajouté. “Ensuite, si la négociation signifie que le déficit (prévisionnel) doit être revu à la baisse, pour nous, ce n’est pas très important.”

Le Trésor n’a pas encore chiffré le coût du revenu de citoyenneté et de l’abaissement de l’âge de la retraite, les deux mesures phares du projet de budget. De source gouvernementale, on expliquait toutefois lundi que ces réformes pourraient au final coûter moins cher que prévu initialement.

Une source parlementaire a expliqué que la coalition envisageait de retarder l’application des deux mesures au mois d’avril au lieu de février ou mars, ce qui permettrait d’économiser plusieurs milliards d’euros. (Giuseppe Fonte et Crispian Balmer, avec Giancarlo Navach à Milan et Balazs Koranyi à Francforts; Marc Angrand pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below