November 26, 2018 / 2:38 PM / 17 days ago

GESTION 2019-Morgan Stanley passe à "sous-pondérer" sur les actions américaines

* Morgan Stanley se méfie des actions américaines

* L’intermédiaire préfère le reste du monde aux USA

* Les actions “value” préférées aux valeurs de croissance

* Les rendements américains et européens convergeraient

PARIS, 26 novembre (Reuters) - Morgan Stanley prévoit un environnement de marché compliqué en 2019 et invite les investisseurs à se méfier en particulier des actions américaines.

Dans sa note de stratégie pour l’an prochain, la banque américaine dit préférer le reste du monde aux Etats-Unis, et le Japon et les marchés émergents à l’Europe.

L’intermédiaire passe à “sous-pondérer” sur les actions américaines et remonte sa recommandation sur les actions émergentes de deux crans, à “surpondérer contre “sous-pondérer”.

Le “bear market”, qui se caractérise par un repli de 20% par rapport à un pic d’un an, est pratiquement achevé pour les marchés émergents, estime l’intermédiaire, qui voit en revanche la situation se dégrader pour les actions américaines, en raison notamment de valorisations extrêmement tendues.

“Le monde reste confronté à un ralentissement de la croissance, à une hausse de l’inflation et à des politiques (monétaires, ndlr) plus restrictives et 2019 devrait marquer un tournant dans ce scénario, plus spécifiquement en ce qui concerne les Etats-Unis comparés au reste du monde”, écrivent les analystes de Morgan Stanley.

La banque américaine dit continuer de préférer les actions de type “value” aux valeurs de croissance et parie sur les matériaux comme le secteur à privilégier en 2019.

LE 10 ANS AMÉRICAIN VU À 2,75% FIN 2019

MS voit le S&P-500 à 2,750 points fin 2019, soit une progression de 4,5% par rapport à la clôture de vendredi, à comparer à des progressions annuelles de 19,42% en 2017 et de 9,54% en 2016.

Cet indice est en repli de 1,54% du début de l’année à la clôture de vendredi, à 2.632,56 points. Il est entré vendredi en phase de correction pour la deuxième fois de l’année, avec un recul de plus de 10% par rapport à son plus haut de clôture du 20 septembre.

Sur le front obligataire, MS voit les taux américains et européens converger en raison des effets conjugués du ralentissement de la croissance et de la divergence des politiques monétaires.

L’intermédiaire voit le rendement des emprunts d’Etat américains redescendre à 2,75% à fin 2019, contre autour de 3,07% lundi.

Pour le pétrole, MS voit le baril de Brent à 80 dollars fin 2019, contre autour de 60 dollars lundi, mais se montre prudent en disant que cela dépendra de ce que décidera l’Opep la semaine prochaine.

La chute des cours du brut, qui ont perdu plus de 30% depuis leur point haut de début octobre, s’explique à la fois par une offre abondante, alimentée notamment par les Etats-Unis, et par les signes de ralentissement de la demande mondiale. La situation devrait pousser les pays de l’Opep à agir lors de leur réunion du 6 décembre.

Patrick Vignal, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below