November 26, 2018 / 9:13 AM / 18 days ago

LEAD 2-Le gouvernement italien pourrait réduire son objectif de déficit 2019

(Actualisé avec Salvini, Praet, marchés financiers)

ROME, 26 novembre (Reuters) - Le gouvernement de coalition italien discute d’une possible réduction de l’objectif de déficit 2019 autour de 2,0% au lieu de 2,4% afin d’éviter une procédure disciplinaire de Bruxelles, a-t-on appris lundi de source gouvernementale.

Le gouvernement, issu d’une coalition de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement cinq étoiles (M5S, anti-système) se réunit lundi soir à ce sujet, a indiqué une autre source.

Rome s’expose à une procédure disciplinaire de la part de ses partenaires européens pour avoir présenté un projet de budget avec des prévisions de déficit revues à la hausse par rapport aux objectifs acceptés par le précédent gouvernement.

Le précédent gouvernement avait fixé un objectif de 0,8% du PIB pour le projet de loi de finances 2019.

Les deux vice-présidents du Conseil ont tenu des propos conciliants sur le thème de la réduction des déficits ces dernières 24 heures.

Réduire l’objectif de déficit budgétaire italien n’est pas un problème du moment que les mesures prévues - instauration d’un revenu de citoyenneté et abaissement de l’âge de la retraite - restent en place, a déclaré lundi Luigi Di Maio, chef de file du M5S.

“Comme nous l’avons déjà dit, les citoyens importent plus que les chiffres”, a-t-il déclaré sur Radio Radicale.

“L’important c’est que le budget contienne les objectifs que nous avons établis”, a-t-il ajouté. “Ensuite, si la négociation signifie que le déficit (prévisionnel) doit être revu à la baisse, pour nous, ce n’est pas très important.”

L’autre vice-président du Conseil, Matteo Salvini, qui est également ministre de l’Intérieur et secrétaire fédéral de la Ligue, a laissé entendre dimanche qu’il n’était pas hostile à l’idée de légères modifications concernant l’objectif de déficit 2019.

Lundi, il a dit avoir eu des “retours positifs” à ce sujet de la part de Bruxelles.

Les signes de détente sur ce dossier sensible favorisent un repli des rendements obligataires italiens. En milieu de journée, le taux à deux ans recule de 18 points de base, à 0,75%, après avoir perdu dans la matinée jusqu’à 30 points de base, à un plus bas depuis la mi-septembre. Le taux à dix ans perd quant à lui 17 points de base, à 3,23%.

L’écart de rendement entre le BTP à dix ans et le Bund allemand de même échéance retombe ainsi à 287 points de base, contre un pic à 336 vendredi.

L’économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), Peter Praet, a rappelé lundi qu’une hausse des coûts d’emprunt italiens effacerait tout le bénéfice attendu par le gouvernement de l’augmentation des dépenses publiques.

En Bourse, les banques italiennes gagnent entre 5 et 6%, ce qui permet à la Bourse de Milan de grimper de près de 2,8%.

Sur le marché des changes, l’euro regagne 0,2% face au dollar, à 1,1365. (Giuseppe Fonte et Steve Scherer; Véronique Tison, Blandine Hénault, Danielle Rouquié et Tangi Salaün pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below