November 16, 2018 / 4:08 PM / a month ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 16H00 GMT (16/11)

Brexit: Theresa May lutte pour sa survie politique

LONDRES - La Première ministre britannique Theresa May lutte pour sa survie politique face à la crise provoquée par l’accord de Brexit qu’elle a négocié avec l’Union européenne et qui a entraîné la démission de plusieurs de ses ministres.

Des élus eurosceptiques de son Parti conservateur ont déposé des lettres appelant au vote d’une motion de censure contre son gouvernement. Il en faut 48 pour qu’un tel vote soit organisé.

Ce scrutin ne concernerait que les seuls élus du parti de Theresa May. Si 158 députés conservateurs, sur 315, devaient voter la censure, la Première ministre serait renversée.

Les partisans du Brexit s’attendent à ce que ce vote ait lieu mardi, affirme le journal The Telegraph. Vendredi à la mi-journée, seuls 21 députés avaient cependant confirmé publiquement avoir déposé une lettre en ce sens.

Theresa May a reçu vendredi le soutien de son ministre de l’Environnement Michael Gove, fervent défenseur du Brexit, et de quatre autres de ses ministres eurosceptiques, dont celui du Commerce international, Liam Fox, qui a jugé vendredi matin qu’”un accord vaut mieux que pas d’accord”.

D’après The Telegraph, les ministres “Brexiters” se réuniront la semaine prochaine pour discuter d’une nouvelle formulation de la “clause de sauvegarde” (“backstop”) visant à éviter le rétablissement d’une frontière physique entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord. Ils veulent en effet s’assurer que le Royaume-Uni ne sera pas lié indéfiniment à l’UE dans une union douanière.

—-

Bruxelles s’apprête à lancer une procédure contre l’Italie

BRUXELLES - La Commission européenne prendra la semaine prochaine une première mesure disciplinaire contre l’Italie au sujet de son projet de budget de 2019, ont déclaré vendredi trois hauts fonctionnaires au fait du dossier, après le refus de Rome de prendre en compte les objections de Bruxelles.

Le gouvernement de Giuseppe Conte a de nouveau soumis mardi un projet de loi de finances intégrant les prévisions de déficit que la Commission avait pourtant rejetées le mois dernier en jugeant qu’elles contrevenaient aux règles du Pacte de stabilité.

La prochaine étape du différend entre Rome et Bruxelles sera le déclenchement d’une procédure de déficit excessif (PDE) le 21 novembre, qui s’appuiera sur l’absence de réduction de la dette italienne, ont précisé les sources.

—-

Les Pays-Bas opposés à l’idée d’une armée européenne

AMSTERDAM - Les Pays-Bas ne sont pas favorables à la formation d’une armée européenne et considèrent que l’Otan doit rester le pilier de la défense du continent, a déclaré vendredi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Le président français Emmanuel Macron a relancé le débat sur la constitution d’une armée commune et a obtenu sur ce point le soutien de la chancelière allemande Angela Merkel, en dépit de l’hostilité affichée du président américain Donald Trump à cette idée.

Ce projet, longtemps combattu par le Royaume-Uni qui s’apprête à sortir de l’Union européenne, ne fait cependant toujours pas l’unanimité parmi les pays européens. “L’idée d’une armée européenne va trop loin pour les Pays-Bas. L’Otan est et demeurera le pilier de notre politique de défense”, a déclaré Mark Rutte.

—-

Israël vers des élections législatives anticipées

JERUSALEM - Benjamin Netanyahu s’est attribué vendredi le portefeuille de la Défense laissé vacant par Avigdor Lieberman, après avoir semble-t-il refusé de le confier à Naftali Bennett, dirigeant du parti d’extrême droite Le Foyer juif, ce qui rend plus probable la tenue d’élections législatives anticipées en Israël.

“Il est maintenant clair (...) qu’il faut aller vers des élections au plus tôt, il n’est pas possible de continuer avec le gouvernement actuel”, a dit une source proche de Bennett à l’issue d’une rencontre entre celui-ci et le Premier ministre.

Bennett est actuellement ministre de l’Education. Il succéder à Lieberman qui a démissionné mercredi pour dénoncer le cessez-le-feu conclu avec le Hamas et les groupes armés de la bande de Gaza.

—-

Volkswagen investit €44 mds dans l’électrique et l’autonome

FRANCFORT - Volkswagen espère devenir le constructeur de voitures électriques le plus rentable du monde et investira près de 44 milliards d’euros dans les véhicules électriques, la voiture autonome et les nouveaux services de mobilité d’ici 2023, a déclaré vendredi le président du directoire du premier groupe automobile d’Europe.

VW étudie aussi d’autres domaines de coopération avec l’américain Ford, a ajouté Herbert Diess lors d’une conférence de presse à Wolfsburg, où se trouve le siège mondial de VW et sa plus grande usine.

—-

Le gouvernement “écoute” la colère des gilets jaunes

PARIS - Le gouvernement a assuré vendredi “écouter” la colère des “Gilets jaunes”, à la veille des quelque 1.500 actions d’automobilistes excédés par la hausse des taxes sur les carburants sans aucun mot d’ordre syndical.

Après l’annonce de mesures d’aide de 500 millions d’euros pour apaiser la fronde sur les carburants, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a filé la métaphore d’une France “accidentée”, appelée à être respectée plutôt que réprimandée.

“C’est un cri, comme il y en a eu un pendant la présidentielle, et on le sait et on l’écoute”, a-t-il dit sur BFM TV, avant de défendre la cohérence de la politique fiscale verte du gouvernement. “L’argent que nous dépensons pour l’écologie (...) c’est 34 milliards d’euros, l’argent que nous récoltons c’est 34 milliards d’euros.”

Le gouvernement a cependant mis en garde contre tout débordement ou blocage total des axes routiers lors de cette journée de contestation pour laquelle 2.500 policiers et gendarmes sont prévus en renfort.

—-

Les syndicats radicaux de la SNCF en danger

PARIS - La bataille fait rage entre les syndicats de cheminots à l’approche des élections professionnelles à la SNCF, qui pourraient se traduire par un affaiblissement du front radical CGT/Sud-Rail au profit d’une montée des syndicats réformistes.

Les élections professionnelles du 16 au 22 novembre, qui permettront de nommer pour quatre ans les membres des CSE (Conseil social et économique) du groupe ferroviaire, pourraient donc entraîner un changement de ton crucial avec la direction.

Au coeur des enjeux, on trouve la nouvelle convention collective d’entreprise prévue par la réforme de la SNCF qui a autorisé l’ouverture à la concurrence et la fin des embauches au statut des cheminots à l’issue du long bras de fer du printemps.

—-

Réclusion criminelle à perpétuité requise contre le couple Fourniret-Olivier

VERSAILLES - L’avocat général de la cour d’assises des Yvelines a requis vendredi la réclusion criminelle à perpétuité contre Michel Fourniret et Monique Olivier, déjà condamnés en 2008 pour le meurtre de sept adolescentes et jeunes femmes entre 1987 et 2001, jugés cette fois pour un assassinat qui leur a permis de s’emparer d’un magot.

“L’ogre des Ardennes” et sa complice ont reconnu avoir tué en avril 1988 Farida Hammiche, compagne d’un braqueur côtoyé en prison, Jean-Pierre Hellegouarch, pour faire main basse sur plusieurs dizaines de kilos de lingots et de pièces d’or, un trésor d’origine criminelle récupéré dans un cimetière.

Le corps de Farida Hammiche n’a jamais été retrouvé, une zone d’ombre essentielle que ce procès n’a pas permis de lever.

Le verdict est attendu dans la soirée.

—-

Affaire Grégory: la garde à vue de Murielle Bolle jugée inconstitutionnelle

STRASBOURG - La garde à vue en 1984 de Murielle Bolle, un témoin clé dans l’affaire Grégory Villemin a été déclarée contraire à la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen par le Conseil constitutionnel, ce qui aura un impact important pour l’une des grandes énigmes judiciaires de ces quarante dernières années.

La jeune fille, qui était âgée de 15 ans, donc mineure à l’époque des faits, n’avait pas été assistée par un avocat.

Selon un communiqué publié vendredi, “le Conseil constitutionnel juge contraires à la Constitution des dispositions de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante (...)” qui s’appliquait à l’époque.

La garde à vue de Murielle Bolle ne pourra donc plus être invoquée dans le dossier, relancé en juillet 2017 par le parquet général de la Cour d’appel de Dijon.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below