November 14, 2018 / 7:08 AM / a month ago

PHARMA-L'allemand Merck abaisse sa prévision de bénéfice annuel

14 novembre (Reuters) - L’allemand Merck KGaA a abaissé mercredi sa prévision de bénéfice annuel, après un recul de son résultat brut au troisième trimestre, la dépréciation de certaines devises en Amérique latine réduisant la valeur de ses ventes à l’étranger.

Son bénéfice avant intérêts, taxes, dépréciations et amortissements (Ebitda) s’est contracté de 5,9% au troisième trimestre, à 963 millions d’euros, un résultat cependant supérieur au consensus des analystes qui l’attendaient à 933 millions.

Le groupe allemand s’attend désormais à voir son Ebitda ajusté tomber entre 3,7 et 3,9 milliards d’euros, contre une précédente fourchette de 3,75 à 4,0 milliards.

Merck a réalisé en 2017 un Ebitda de 4,25 milliards d’euros, sans tenir compte de ses activités de santé grand public vendues à Procter & Gamble pour 3,4 milliards d’euros.

Principaux résultats trimestriels des autres entreprises du secteur de la pharmacie :

* BAYER RÉSISTE MALGRÉ L’EURO FORT ET LA SANTÉ ANIMALE

13 novembre - Bayer a publié mardi un bénéfice opérationnel ajusté stable au titre du troisième trimestre, la bonne surprise de la forte croissance des ventes de son anticoagulant vedette Xarelto ayant été contrebalancée par un recul dans la santé animale et par l’impact de l’euro fort.

Le titre cédait 1,38% en début de séance à la Bourse de Francfort.

L’Ebitda ajusté des éléments exceptionnels s’est inscrit à 2,2 milliards d’euros au troisième trimestre, au-dessus du consensus Reuters qui était 2,05 milliards.

Le chiffre d’affaires du Xarelto a été supérieur aux attentes, à 933 millions d’euros, mais le bénéfice de la santé animale a été divisé par près de deux à 44 millions, en raison principalement de ventes de l’antiparasitaire Advantage qui avaient été déportées vers le premier semestre aux Etats-Unis.

Bayer a signalé que le nombre de plaintes déposées aux Etats-Unis contre Monsanto, qu’il a racheté cette année, avait grimpé à 9.300, contre 8.000 à fin juillet. Monsanto a été condamné le 10 août à verser 289 millions de dollars à un agent d’entretien, la justice ayant considéré que son désherbant Roundup était à l’origine du cancer développé par cet homme.

Bayer a confirmé qu’il prévoyait un bénéfice ajusté de 5,70 à 5,90 euros par action en 2018, contre 6,64 euros réalisé en 2017.

* PERRIGO ABAISSE SA PRÉVISION DE BÉNÉFICE

8 novembre - Perrigo, spécialiste des médicaments génériques, a abaissé jeudi sa prévision de bénéfice par action 2018 dans une fourchette de 4,45 à 4,65 dollars, au lieu de 4,75 à 4,95 dollars auparavant, et a dit s’attendre à un chiffre d’affaires de 4,72 milliards, inférieur au consensus de 4,85 milliards, en raison d’une révision en baisse de son activité de médicaments sur ordonnance.

* ASTRAZENECA PRÉDIT DES ANNÉES DE CROISSANCE

8 novembre - La forte demande pour les nouveaux médicaments d’AstraZeneca - particulièrement ceux contre le cancer- a permis une hausse des ventes du laboratoire britannique au troisième trimestre, qui dit désormais anticiper une croissance durable au cours des prochaines années.

Les ventes de médicaments sur les trois mois à fin septembre ont progressé de 8%, ou 9% à taux de change constants, la référence retenue par le groupe pour évaluer son retour à la croissance.

Le titre gagnait près de 2% à la Bourse de Londres vers 7h40 GMT, signant l’une des plus fortes hausses du Footsie, qui avançait de 0,4% à ce stade.

AstraZeneca a dû faire face à une perte massive de brevets sur des médicaments plus anciens depuis 2012, réduisant de plus de la moitié ses ventes, mais un portefeuille de 10 nouveaux médicaments - dont les ventes ont augmenté de 85% au dernier trimestre - ouvre désormais la voie de la croissance.

“Aujourd’hui est un jour important pour l’avenir d’AstraZeneca. La performance du trimestre et de l’exercice témoignent de ce nous prévoyons être le début d’une période de croissance soutenue pour les années à venir”, a déclaré le directeur général, Pascal Soriot.

Parmi ces derniers, figurent Imfinzi et Tagrisso pour le cancer du poumon, Lynparza pour le cancer de l’ovaire et Fasenra pour l’asthme grave.

La Chine a une fois de plus tenu ses promesses, AstraZeneca continuant de faire mieux que la concurrence sur le deuxième marché pharmaceutique mondial où ses ventes ont progressé de 32%.

En dépit de ces bonnes nouvelles sur le front des ventes, le chiffre d’affaire global et le bénéfice ont tous les deux baissé au troisième trimestre, comme les analystes l’anticipaient.

Le chiffre d’affaires global a chuté de 14% à 5,34 milliards de dollars (4,67 milliards d’euros) et le bénéfice “core” par action, qui exclut certains éléments exceptionnels, a chuté de 37% à 71 cents.

Les analystes prévoyaient un bénéfice par action de 72 cents pour un chiffre d’affaires de 5,30 milliards de dollars, selon des données Refinitiv.

Autres résultats trimestriels des entreprises du secteur pharmaceutique :

* LE BÉNÉFICE D’ELI LILLY AU T3 MEILLEUR QUE PRÉVU

6 novembre - Le laboratoire américain Eli Lilly a relevé mardi son objectif annuel de bénéfice après avoir publié un résultat meilleur que prévu au troisième trimestre, soutenu par la forte demande pour son traitement du diabète Trulicity et pour le Taltz contre le psoriasis.

Les ventes du Trulicity ont représenté 816,2 millions de dollars (715 millions d’euros) sur les trois mois à fin septembre, en hausse de 55% sur un an. Elles dépassent le consensus des analystes de Wall Street, qui attendaient en moyenne 801 millions, selon SunTrust Robinson Humphrey.

Les ventes de Taltz se sont elles élevées à 263,9 millions de dollars, contre 250 millions anticipés en moyenne par le consensus.

Le groupe a relevé sa prévision de bénéfice annuel ajusté entre 5,55 et 5,60 dollars par action, contre une fourchette précédente de 5,40 à 5,50 dollars.

Le bénéfice net trimestriel a plus que doublé à 1,15 milliard de dollars. Hors exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 1,39 dollar, contre une prévision moyenne des analystes de 1,35 dollar, selon les données de Refinitiv.

Le titre avançait de 3,5% dans les échanges d’avant-Bourse après l’annonce de ces résultats.

* ABBVIE RELÈVE SA PRÉVISION DE BÉNÉFICE ANNUEL

2 novembre - AbbVie a relevé vendredi sa prévision de bénéfice annuel après avoir réalisé au troisième trimestre un résultat supérieur aux attentes de Wall Street en raison notamment des ventes élevées de l’Imbruvica, son traitement phare contre le cancer.

Les ventes de l’Imbruvica, qu’AbbVie commercialise avec Johnson & Johnson, se sont élevées à 972 millions de dollars (849 millions d’euros) au troisième trimestre, en hausse de 41% sur un an, alors que les analystes attendaient 885,6 millions.

AbbVie prédit désormais un bénéfice par action compris entre 7,90 et 7,92 dollars en 2018 contre une précédente fourchette de 7,76 à 7,86 dollars. Les analystes prévoyaient 7,88 dollars.

Hors exceptionnels, le laboratoire a dégagé un bénéfice par action de 2,14 dollars au troisième trimestre, supérieur au consensus de 2,02 dollars.

* REPLI MOINS MARQUÉ QUE PRÉVU DU BÉNÉFICE DE TEVA AU T3

1er novembre - Teva Pharmaceutical Industries, a relevé jeudi ses prévisions pour 2018 après avoir publié un bénéfice en repli au troisième trimestre, mais meilleur que prévu.

Hors exceptionnels, le bénéfice par action du premier génériqueur mondial ressort à 68 cents (0,60 euro) sur la période juillet-septembre, contre un dollar il y a un an.

Les analystes avaient anticipé un bénéfice de 54 cents.

Le chiffre d’affaires du laboratoire pharmaceutique israélien, lourdement endetté, a reculé de 19% à 4,53 milliards de dollars, conformément aux attentes des analystes selon des données Refinitiv.

Le groupe a relevé sa prévision de bénéfice ajusté par action en 2018, désormais attendu entre 2,80 et 2,95 dollars contre une fourchette précédente de 2,55 à 2,80 dollars.

Le titre gagnait 6,1% dans les échanges d’avant Bourse à Wall Street.

* LES VENTES DE NOVO NORDISK SUPÉRIEURES AUX ATTENTES AU T3

1er novembre - Novo Nordisk, numéro un mondial des traitements du diabète, a publié jeudi des ventes meilleures que prévu pour ses médicaments vedettes et annoncé de nouvelles suppressions d’emplois en raison de pressions sur les prix aux Etats-Unis.

Les ventes de l’antidiabétique Ozempic, dont le laboratoire danois espère qu’il prendra des parts de marché au Trulicity de son concurrent Eli Lilly, ont été supérieures aux attentes.

Celles de Victoza ont représenté 6,1 milliards de couronnes danoises (818 millions d’euros) en juillet-septembre, contre 5,9 milliards de dollars attendus par les analystes.

Le bénéfice d’exploitation au troisième trimestre ressort à 11,81 milliards de couronnes, légèrement inférieur au consensus Reuters de 11,93 milliards.

Le groupe, qui avait annoncé en septembre une restructuration de sa division recherche & développement et la suppression de 650 emplois, a annoncé jeudi que ses réductions d’effectif atteindraient au total 1.300 personnes d’ici la fin de l’année.

L’entreprise, qui emploie plus de 42.000 personnes dans 79 pays, subit un ralentissement de la croissance de ses activités du fait notamment d’une pression sur les prix aux Etats-Unis, où elle réalise environ la moitié de son chiffre d’affaires.

Novo a également resserré sa prévision de croissance de ses ventes pour 2018, la voyant dans une fourchette de 4 à 5%, contre 3 à 5% auparavant. Il a confirmé anticiper une croissance de son bénéfice comprise entre 2 et 5% en devises locales.

Novo a indiqué augmenter son programme de rachats d’actions d’un milliard de couronnes pour le porter à 15 milliards de couronnes.

* GLAXOSMITHKLINE PORTÉ PAR SON VACCIN CONTRE LE ZONA

31 octobre - GlaxoSmithKline a battu le consensus avec des hausses de 3% de son chiffre d’affaires et de 10% de son bénéfice par action au troisième trimestre, au cours duquel il a profité de la forte demande rencontrée par son nouveau vaccin contre le zona, Shingrix.

Le chiffre d’affaires a atteint 8,09 milliards de livres sterling (9,11 milliards d’euros) et son bénéfice par action ajusté 35,5 pence, au-dessus du consensus de 8,02 milliards et 33,3 pence respectivement.

Hors effets de changes, le BPA a progressé de 14%.

Le groupe britannique a resserré à la hausse sa prévision de croissance du BPA ajusté, désormais vue entre 8% et 10% à changes constants contre 7%-10% précédemment, en fonction du lancement ou non d’un générique de l’Advair (traitement contre l’asthme) aux Etats-Unis.

Pour le vaccin Shingrix, GSK table sur des ventes entre 700 millions et 750 millions de livres sur l’exercice 2018, en hausse de 100 millions par rapport à l’objectif fourni en juillet.

* SANOFI-LA CROISSANCE AU RDV GRÂCE À GENZYME ET AUX VACCINS

31 octobre - Sanofi a relevé pour la deuxième fois cette année sa prévision de bénéfice après avoir signé au troisième trimestre des résultats meilleurs que prévu grâce à la croissance robuste des ventes de sa division de vaccins et de sa filiale américaine Genzyme spécialisée dans les maladies rares.

Le groupe pharmaceutique français, pénalisé par le déclin de ses ventes dans le traitement du diabète ces dernières années, a annoncé mercredi qu’il visait désormais une croissance comprise entre 4% et 5% de son bénéfice net par action en 2018 alors qu’il tablait sur une fourchette de progression comprise entre 3-5% précédemment.

* PFIZER ABAISSE SA PRÉVISION DE CHIFFRE D’AFFAIRES

30 octobre - Pfizer a abaissé mardi la limite haute de sa prévision de chiffre d’affaires annuel en raison de la vigueur du dollar et d’une baisse des revenus de son activité de traitements injectables.

Cette révision éclipse le bénéfice meilleur que prévu réalisé au troisième trimestre par le plus grand groupe pharmaceutique américain, porté par le dynamisme des ventes de son vaccin contre la pneumonie Prevnar.

* ALLERGAN DÉÇU DES OFFRES POUR SES DIVISIONS À VENDRE

30 octobre - Allergan a exprimé mardi sa déception au vu des premières offres d’acquéreurs potentiels pour les deux activités qu’il essaie de vendre depuis le mois de mai, ce qui fait chuter le titre du groupe pharmaceutique.

Le groupe américain, dont le siège est à Dublin, a mis en vente ses divisions de santé féminine et maladies infectieuses à la suite d’une revue stratégique destinée à redresser son cours de Bourse.

Allergan a relevé mardi sa prévision de bénéfice annuel après un profit supérieur aux attentes au troisième trimestre, à la faveur d’une croissance à deux chiffres des ventes du Botox.

* CELGENE FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU T3, RELÈVE SES OBJECTIFS

25 octobre - Celgene a réalisé au troisième trimestre un bénéfice meilleur que prévu et relevé jeudi ses prévisions de résultats annuels alors que les ventes de son traitement contre le psoriasis, Otezla, ont rebondi de manière spectaculaire.

Les ventes d’Otezla, largement inférieures aux attentes l’an dernier, se sont envolées cette fois-ci de 40,3% à 432 millions de dollars (380 millions d’euros) alors que les analystes les attendaient en moyenne à 383,31 millions de dollars, selon les données Refinitiv.

Les ventes de Revlimid, traitement contre le myélome multiple et depuis longtemps vache à lait du groupe, ont continué de résister pour s’établir juste en-dessous du consensus, à 2,45 milliards (+18%).

* BRISTOL-MYERS SQUIBB RELÈVE SA PRÉVISION DE BÉNÉFICE 2018

25 octobre - Bristol-Myers Squibb a publié jeudi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes et relevé sa prévision de profit annuel avec la forte demande pour ses traitements par immunothérapie contre le cancer.

Son bénéfice net du troisième trimestre a plus que doublé, à 1,9 milliard de dollars contre 845 millions il y a un an.

Le chiffre d’affaires a en revanche été légèrement inférieur aux attentes malgré une progression de 8% à 5,69 milliards de dollars, contre un consensus de 5,72 milliards.

* MERCK RELÈVE SA PRÉVISION DE BPA, RESSERRE CELLE DE CA

25 octobre - Merck a fait jeudi d’un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, le géant pharmaceutique américain ayant tiré parti de l’envolée des ventes du Keytruda, son traitement par immunothérapie contre le cancer.

Le groupe, qui a également annoncé un programme de rachat d’actions de 10 milliards de dollars, a de ce fait revu à la hausse sa prévision de bénéfice ajusté par action pour 2018, voyant désormais une fourchette allant de 4,30 à 4,36 dollars, contre 4,22-4,30 dollars précédemment.

En revanche, dans l’anticipation de l’effet d’un dollar plus fort, Merck table aujourd’hui sur un chiffre d’affaires annuel compris entre 42,1 et 42,7 milliards de dollars contre un éventail précédent allant de 42 à 42,8 milliards.

* NOVARTIS RELÈVE SES PRÉVISIONS, FAIT UNE ACQUISITION

18 octobre - Novartis a relevé jeudi son objectif de chiffre d’affaires annuel en raison de la croissance des ventes de Cosentyx, son médicament contre le psoriasis et l’arthrite, et des performances d’Entresto, son traitement de l’insuffisance cardiaque, dont les ventes ont plus que doublé au troisième trimestre.

Le groupe pharmaceutique suisse anticipe désormais une croissance de ses ventes d’environ 5%, contre une fourchette de 0 à 5% auparavant.

Le bénéfice net courant a augmenté de 2% à 3,1 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) au troisième trimestre, contre un consensus Reuters de 3 milliards de dollars. Les ventes ont progressé de 3% à 12,78 milliards de dollars, légèrement inférieures au consensus moyen de 12,84 milliards de dollars.

Novartis a également annoncé le rachat en numéraire de la société biopharmaceutique Endocyte pour 2,1 milliards de dollars, soit 24 dollars par action.

* ROCHE DÉPASSE LÉGÈREMENT LES ATTENTES AU T3

17 octobre - Le groupe pharmaceutique suisse Roche a publié mercredi un chiffre d’affaires trimestriel légèrement supérieur aux attentes, soutenu par les ventes de nouveaux médicaments, dont son traitement contre la sclérose en plaques Ocrevus, qui ont compensé l’impact des produits concurrents sur ses médicaments vedettes.

Roche a confirmé sa prévision de ventes annuelles d’une croissance autour de 5%. Le bénéfice net par action, est pour sa part, attendu en hausse autour de 15%.

* J&J RELÈVE SA PRÉVISION ANNUELLE APRÈS SON T3

16 octobre - Johnson & Johnson a publié mardi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes et a relevé ses prévisions pour l’ensemble de l’année, la hausse des ventes de ses médicaments anticancéreux Zytiga et Darzalex ayant permis de compenser la baisse des ventes de son traitement vedette Remicade contre la polyarthrite rhumatoïde.

Le géant américain de la santé prévoit désormais pour l’exercice 2018 un bénéfice par action compris entre 8,13 et 8,18 dollars, contre 8,07-8,17 dollars auparavant.

Hors éléments exceptionnels, Johnson & Johnson a dégagé un bénéfice par action de 2,05 dollars, contre 2,03 dollar anticipés en moyenne par les analystes, selon les données Refinitiv I/B/E/S. Les ventes ont crû de 3,6% à 20,35 milliards de dollars, également au-dessus du consensus qui était de 20,05 milliards de dollars. (Service Entreprises)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below