November 12, 2018 / 9:45 PM / a month ago

POINT MARCHÉS-Wall Street chute, plombée par Apple et ses fournisseurs

* Lumentum, fournisseur d’Apple, plonge après un avertissement

* Apple a perdu 5%, d’autres fournisseurs ont été touchés

* Goldman Sachs essuie la plus forte baisse du Dow Jones

* Le Dow a perdu 2,32%, le S&P 1,97%, le Nasdaq 2,78%

par April Joyner

NEW YORK, 12 novembre (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en net recul lundi, notamment le Nasdaq qui a perdu près de 2,8%, alourdie par une nouvelle chute d’Apple après les avertissements de trois de ses fournisseurs, qui ont pesé sur l’ensemble du secteur technologique.

Le dollar de son côté a grimpé à son plus haut niveau depuis 16 mois face à un panier de devises de référence, dans un contexte de tensions en Europe autour du Brexit et de l’Italie, tandis que le pétrole est retombé après une tentative de rebond.

L’indice Dow Jones a perdu 602,12 points, soit 2,32%, à 25.387,18. Le S&P-500, plus large, a reculé de 54,79 points, soit 1,97%, à 2.726,22. Le Nasdaq Composite a abandonné de son côté de 206,03 points (-2,78%) à 7.200,87.

Le secteur technologique, moteur de la récente phase de hausse du marché, a perdu 3,54%, plus forte baisse parmi les 11 indices sectoriels du S&P, tandis que l’indice des semi-conducteurs de Philadelphie a abandonné 4,44%.

“Ce sont des valeurs de croissance, chaque petite parcelle de croissance perdue pour la société la rend moins attrayante”, souligne Kim Forrest, gérante chez Fort Pitt Capital.

“Je ne pense pas que cela signifie nécessairement que les techs sont rejetées, mais il se peut que nous ayons trop attendu en termes de ventes de nouveaux téléphones à court terme.”

Les financières (-1,99%) ont elles aussi pesé lourdement sur la tendance, affaiblies notamment par Goldman Sachs, tout comme les valeurs liées à l’énergie (-2,14%) après une brève tentative de hausse à l’instar du pétrole.

Autre facteur peu encourageant, la fermeture du marché obligataire pour “Veterans Day” qui a freiné l’activité.

VALEURS

Apple a cédé 5,04% à 194,17 dollars, à son plus bas de clôture depuis fin juillet, sur fond d’inquiétudes sur les nouveaux iPhone après des avertissements de trois de ses fournisseurs - Lumentum Holdings aux Etats-Unis, Japan Display et IQE au Royaume-Uni - qui ont tous évoqué la faiblesse de la demande de smartphones.

Lumentum a plongé de 32,98%, entraînant d’autres fournisseurs d’Apple dans sa chute, notamment les fabricants de semi-conducteurs Cirrus Logic (-13,86%), Qorvo (-6,38%) et Skyworks Solutions (-4,98%).

Goldman Sachs a chute de 7,46% à 206,05 dollars, au plus bas en près de deux ans, après une information de Bloomberg News selon laquelle la Malaisie réclamerait le remboursement de toutes les commissions versées à la banque pour le fonds souverain malaisien 1Malaysia Development Berhad (1MDB). La banque a accusé la plus forte baisse de l’indice Dow Jones.

“On a assisté à un violent courant de ventes généralisées, mené par Apple et Goldman”, résume J.J. Kinahan (TD Ameritrade).

Par ailleurs, le nouveau patron de General Electric, Larry Culp, a déclaré que le conglomérat industriel américain ployait sous le poids d’un endettement trop important, ajoutant qu’il allait de toute urgence vendre des actifs pour stabiliser la situation. Le titre a perdu 6,88% à 7,99 dollars, passant sous les 8 dollars pour la première fois depuis mars 2009.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé en net repli, les craintes autour d’Apple et de la demande dans le secteur technologique s’étant greffées à des inquiétudes plus générales sur le commerce, la croissance mondiale et les risques politiques en Europe.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,93% à 5.059,09 points et à Londres, le Footsie britannique a perdu 0,74%. La baisse a été plus marquée encore pour le Dax allemand (-1,77%), pénalisé par le plongeon d’Infineon.

L’EuroStoxx 50 a reculé de 1,10%, le FTSEurofirst 300 de 0,82% et le Stoxx 600 de 1,01%, revenant à son plus bas niveau de clôture depuis la fin octobre.

Le doute grandit sur la capacité de la Première ministre Theresa May d’obtenir le feu vert du parlement et de Bruxelles sur un accord de sortie du Royaume-Uni de l’Europe.

Le décrochage d’Apple a là aussi nourri les dégagements sur le segment technologique, déjà plombé par le repli d’Infineon (-7,83%) qui a inquiété les investisseurs avec des commentaires prudents sur les perspectives économiques.

Les fournisseurs européens d’Apple ont également été lourdement sanctionnés: AMS a décroché de 22,41% à Zurich et STMicroelectronics a lâché 6,69% à Paris.

TAUX

Le regain d’aversion au risque a favorisé un retour des investisseurs sur les obligations souveraines, hormis celles de Rome. Le rendement italien à 10 ans a pris près de sept points de base, à 3,466%, en raison des tensions croissantes entre le gouvernement italien et la Commission européenne sur les finances publiques de l’Italie et des inquiétudes entourant le sort de Banca Carige.

Parallèlement, le rendement du Bund allemand de même échéance est retombé à 0,396%, ce qui a porté le “spread” avec le taux italien jusqu’à plus de 308 points de base, à un plus haut depuis le début du mois.

CHANGES

L’indice dollar, qui mesure l’évolution du billet vert face à un panier de devises de référence, a gagné 0,77%, à un plus haut depuis la fin juin 2017. Il a profité des replis de l’euro et de la livre sterling face aux tensions politiques en Europe, ainsi que du contexte d’aversion au risque généralisé.

Le dollar a gagné 1% face à l’euro, qui retombe sur le seuil de 1,1220 dollar, et il prend également près de 1% face à la livre sterling, qui efface ses gains enregistrés depuis le début du mois et se traite autour de 1,2850 dollar.

PÉTROLE

Le pétrole est repassé dans le rouge en fin de séance à New York après que Donald Trump a dit qu’il espérait qu’il n’y aurait pas de baisse de la production malgré les propos de Ryad affirmant le contraire. Il a ensuite nettement accentué son recul après la clôture du marché newyorkais.

Le contrat décembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) perdait 1,30 dollar, soit 2,16%, sous la barre des 60 dollars le baril, à 59,93 dollars.

Le WTI recule ainsi pour la 11ème séance d’affilée, sa plus longue séquence de baisse depuis que le contrat s’échange.

Le Brent cède de son côté 1,17 dollar, (-1,67%), repassant sous les 70 dollars, à 69,01 dollars.

A SUIVRE MARDI:

Les investisseurs seront attentifs à l’inflation et à l’indice ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne, ainsi qu’au rapport mensuel de l’Opep et au Budget fédéral américain. (April Joyner, Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below