November 1, 2018 / 11:03 AM / 20 days ago

GESTION-La correction sur les actions excessive, selon Barclays

PARIS, 1er novembre (Reuters) - Le brutal repli que viennent de connaître les marchés d’actions est excessif et n’annonce pas l’avènement d’un marché baissier (“bear market”), même si de nouvelles secousses à court terme ne peuvent être exclues, lit-on dans une note de Barclays.

Les Bourses mondiales ont souffert la semaine dernière, plongeant certains indices en zone de correction, après un semblable épisode début février.

Les investisseurs doivent-ils se préparer à un retournement du marché ?, s’interrogent les stratèges actions de la banque britannique.

“Nous ne le conseillons pas et nous pensons que la correction paraît excessive”, tranchent-ils. “Les marchés pourraient demeurer volatils à court terme mais nous pensons que la correction améliore la prime de risque sur les actions”.

Les craintes à l’origine des remous récents, au rang desquelles les risques géopolitiques, le ralentissement de la croissance mondiale et le ton moins accommodant employé par la Réserve fédérale, ne vont pas disparaître, prévient Barclays, qui n’en demeure pas moins modérément optimiste pour les actifs risqués.

“Nous nous attendons à un rebond d’ici à la fin de l’année”, lit-on dans la note. “Nous ne disons pas qu’il n’y aura pas de nouvelles secousses plus loin sur la route mais nous pensons qu’il est trop tôt pour se positionner pour la fin du cycle haussier global.”

Les perspectives à moyen terme sont peu réjouissantes, avec une expansion économique aux Etats-Unis qui tire à sa fin même si elle n’est pas terminée, estime-t-on chez Barclays, où l’on prévoit en outre un ralentissement de la croissance des bénéfices des entreprises en 2019.

Quant à l’Europe, elle reste l’otage d’une situation politique confuse, ce qui la rend très dépendante du sort du cycle mondial, ajoutent les stratèges de la banque britannique, qui disent préférer la France et l’Espagne à l’Allemagne et l’Italie.

Ils invitent par ailleurs les investisseurs à limiter leur exposition aux marchés émergents.

“La correction offre l’occasion d’ajouter du risque, de manière sélective” dans les portefeuilles, font-ils valoir en conseillant les valeurs financières et certaines valeurs cycliques sélectionnées avec soin plutôt que les valeurs défensives.

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below