October 31, 2018 / 12:35 PM / in 18 days

L'offre d'Altifort pour Ascoval, sans Vallourec, sera remaniée-Le Maire

PARIS, 31 octobre (Reuters) - L’Etat, les collectivités, le repreneur potentiel et les salariés se sont donné mercredi jusqu’au début du mois de décembre pour “crédibiliser” l’offre du groupe belge Altifort pour la reprise de l’aciérie Ascoval, sans la participation de Vallourec, a déclaré Bruno Le Maire.

“L’urgence est à la consolidation de l’offre d’Altifor, sur le plan des carnets de commandes et des financements, pour qu’elle soit jugée crédible et puisse aboutir”, a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances à l’issue d’une réunion avec tous les protagonistes du dossier.

Coentreprise d’Ascometal et de Vallourec, l’usine a été exclue début 2018 du périmètre de rachat d’Ascometal par le groupe suisse Schmolz + Bickenbach.

Son avenir est menacé depuis que Vallourec a annoncé qu’il ne subventionnerait pas la société Altifort, présentée par les pouvoirs publics comme le “repreneur probable”.

Altifort, qui investirait directement 35 millions d’euros, dont 25 millions levés sur les marchés, a réuni 137 millions - sur les 200 nécessaires - avec le concours des banques pour 80 millions d’euros (dont la moitié auprès de la banque publique BPI France) et des collectivités locales pour 22 millions d’euros.

Vallourec, invité à participer à hauteur de 50 millions d’euros, une somme incluant six millions de passif social, 12 de réhabilitation des bâtiments et le maintien de ses commandes à prix fixe durant 18 mois, a décliné. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below