October 31, 2018 / 11:00 AM / 15 days ago

RESUME DE L'ACTUALITE A 11H00 GMT (31/10)

ISLAMABAD - La Cour suprême du Pakistan a annulé la condamnation à mort pour blasphème prononcée en première instance contre la chrétienne Asia Bibi et a ordonné sa libération immédiate, une décision saluée par les défenseurs des droits de l’homme mais qui a provoqué la fureur des islamistes radicaux.

Asia Bibi, mère de quatre enfants, a été en 2010 la première femme à être condamnée à la peine capitale en vertu de la loi très stricte au Pakistan réprimant le blasphème. Elle avait fait appel de cette décision devant la Cour suprême.

Son cas a provoqué l’indignation des chrétiens du monde entier et a semé la division au sein de la société pakistanaise, où deux hommes politiques qui avaient pris position en faveur d’Asia Bibi ont été assassinés.

Une formation islamiste radicale, Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), a aussitôt organisé des manifestations et bloqué des rues dans les grandes villes du pays, tout en appelant ses partisans à assassiner les juges qui ont annulé la condamnation à mort d’Asia Bibi.

Le TLP a aussi réclamé la démission du gouvernement dirigé par le Premier ministre Imran Khan.

—-

WASHINGTON - Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé hier soir à la fin des hostilités au Yémen et déclaré que des négociations de paix devraient s’ouvrir en novembre.

Dans un communiqué, Mike Pompeo demande à la coalition menée par l’Arabie saoudite de stopper les bombardements contre les régions peuplées du Yémen et aux rebelles houthis - soutenus par l’Iran - de ne plus lancer de missiles contre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Une coalition régionale conduite par l’Arabie saoudite est engagée depuis plus de trois ans et demi dans une guerre contre les Houthis qui a fait plus de 10.000 morts, déplacé plus de trois millions de personnes et plongé le Yémen dans une grave crise humanitaire.

L’émissaire spécial de l’Onu pour le Yémen, Martin Griffiths, a déclaré que les Nations unies espéraient reprendre d’ici novembre les discussions auprès des deux camps.

—-

PARIS - La France ne s’interdit “rien” quant aux sanctions qu’elle pourrait être amenée à prendre contre les responsables de la mort de Jamal Khashoggi, et contre l’Arabie saoudite elle-même, a déclaré ce matin Jean-Yves Le Drian.

Invité de RTL, le ministre français des Affaires étrangères a réaffirmé que Paris attendait la conclusion des enquêtes, saoudienne et turque, sur le meurtre du journaliste saoudien pour se prononcer et que pour l’heure, “la vérité n’est pas au rendez-vous”.

—-

WASHINGTON - Donald Trump entame aujourd’hui une tournée dans les Etats où le scrutin s’annonce serré lors des élections des “midterms”, cruciales pour le contrôle du Congrès.

D’ici à mardi prochain, jour du scrutin, le président américain va se rendre dans huit Etats: Floride, Missouri, Virginie de l’Ouest, Indiana, Montana, Ohio, Géorgie et Tennessee.

Trump se démène pour empêcher les démocrates de conquérir la majorité à la Chambre des représentants, voire au Sénat où les républicains disposent d’une courte majorité.

Hier, Trump a effectué une visite controversée à PITTSBURGH pour exprimer son soutien aux victimes de la tuerie qui a fait onze morts samedi dans une synagogue de la ville.

Le président américain, déclaré “persona non grata” par une association juive qui lui reproche d’encourager dans ses discours le racisme et l’antisémitisme, s’est brièvement rendu à la synagogue de l’Arbre de vie où a eu lieu l’attaque. Il était accompagné de son épouse Melania. Sa fille Ivanka Trump et le mari de celle-ci, Jared Kushner, qui sont juifs, étaient également présents.

Parallèlement, environ 2.000 personnes ont organisé une marche de protestation contre le président. Elles criaient : “Les mots ont un sens” et arboraient des pancartes telles que “Nous construisons des ponts, pas des murs”.

Signe de la gêne que cette attaque a provoquée à Washington, aucun des dirigeants du Congrès n’a souhaité accompagner Trump à Pittsburgh à une semaine des élections de mi-mandat.

—-

WASHINGTON - La justice américaine a inculpé des agents des services de renseignement chinois qu’elle accuse d’avoir conspiré avec des hackers pour pirater les systèmes informatiques de plusieurs sociétés privées dans l’intention de voler des données d’un moteur turbofan utilisé par de nombreux avions de ligne.

Selon l’acte d’inculpation rendu public hier, une entreprise chinoise sous contrôle de l’Etat travaillait au moment où les piratages ont eu lieu au développement d’un modèle comparable de turboréacteur à double flux (turbofan) destiné à un appareil produit en Chine et à l’étranger.

Le département de la Justice américain évoque une dizaine de sociétés ciblées par le piratage, dont une société française (qu’il ne nomme pas) qui co-développait un moteur turbofan avec une société américaine.

Le seul constructeur civil français de moteurs turbofans, Safran, co-développe un tel moteur avec l’américain General Electric dans le cadre de leur coentreprise CFM International, numéro un mondial des moteurs d’avions de ligne en termes d’unités vendues.

Leur modèle le plus récent, appelé LEAP, équipe notamment les avions gros-porteurs d’Airbus et de Boeing ainsi que le nouvel appareil chinois C919 de Comac (Commercial Aircraft Corporation of China).

—-

JAKARTA - Les équipes de recherches indonésiennes ont détecté un objet long de 22 mètres dans les profondeurs sous-marines, au nord de l’île de Java, dans la zone où s’est abîmé lundi un Boeing 737 de la compagnie Lion Air avec 189 personnes à bord, a déclaré cette nuit un représentant de la marine.

Le commandant Haris Djoko Nugroho a précisé que la marine utilisait un sonar à balayage latéral pour déterminer si cet objet, situé à environ 32 mètres de profondeur, était une partie de l’épave de l’avion. Des plongeurs de la marine vont aussi inspecter les lieux.

—-

JUBA - Le chef rebelle et ancien vice-président du Soudan du Sud Riek Machar est rentré ce matin à Juba pour entériner un accord de paix, plus de deux ans après avoir fui le pays à la suite de l’effondrement d’un précédent accord avec le président Salva Kiir.

Machar a été accueilli par les présidents du Soudan et de l’Ethiopie, dont la médiation a permis la signature d’un nouvel accord de paix prévoyant un partage du pouvoir, en septembre à Addis Abeba. La guerre civile qui a éclaté au Soudan du Sud fin 2013, deux ans après l’indépendance du pays, a fait près de 400.000 morts, selon une étude récente.

—-

PARIS - Le gouvernement français a présenté hier soir une série de mesures pour lutter contre l’homophobie en réponse à l’augmentation du nombre d’agressions de cette nature.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a proposé de permettre de porter plainte en ligne, d’améliorer la formation des magistrats, de développer les référés civils permettant de bloquer les sites diffusant des contenus haineux sur internet, ainsi que de développer les ordonnances pénales qui “permettent de réagir beaucoup plus rapidement”.

Selon le ministère de l’Intérieur, les plaintes pour agressions homophobes sont en augmentation de 15% depuis le début de l’année.

—-

PARIS - Les premières conclusions de l’enquête nationale décidée après l’identification de 11 nouveaux cas de nourrissons nés sans bras ou sans mains dans l’Ain seront rendues publiques le 31 janvier prochain, a annoncé ce matin Agnès Buzyn.

Cette enquête, qui explorera notamment la piste environnementale, sera menée conjointement par Santé publique France et l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

L’Anses a dit hier avoir identifié 11 cas supplémentaires de nourrissons nés sans bras ou sans mains dans le département de l’Ain entre 2000 et 2014, en plus des sept déjà constatés.

Une première enquête n’avait pas permis de trouver de cause expliquant les malformations dans deux autres départements, le Morbihan et la Loire-Atlantique, et avait conclu au début du mois qu’il n’existait, dans l’Ain, “pas d’excès de cas” par rapport à la normale.

—-

PARIS - Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire à la suite d’une plainte pour agression sexuelle contre le réalisateur Abdellatif Kechiche, a-t-on déclaré ce matin de source proche de l’enquête.

Selon BFM TV, qui a révélé l’information, une actrice de 29 ans accuse le réalisateur de “La Vie d’Adèle”, Palme d’or au festival de Cannes en 2013, de s’être livré à des attouchements après un dîner en juin dernier à Paris. Le cinéaste conteste ces accusations.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below