October 24, 2018 / 10:16 AM / 20 days ago

LEAD 3-Ascoval-L'Etat se dit prêt à aider, sursis judiciaire

(Actualisé avec Xavier Bertrand §§13-15)

PARIS/STRASBOURG, 24 octobre (Reuters) - La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg a accordé mercredi un sursis jusqu’au 7 novembre à l’aciérie Ascoval et à ses 280 salariés après que Bruno Le Maire eut promis sous conditions le soutien financier de l’Etat.

Les syndicats de l’entreprise de Saint-Saulve (Nord) comme les représentants de la direction et d’Altifort, seule société ayant déposé un plan de reprise, se sont dits rassurés.

“Je suis prêt à ce que l’Etat mette un euro d’investissement sur Ascoval dès lors qu’un euro d’investissement privé aura été trouvé pour un projet qui soit durable”, a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances sur RTL.

“Vallourec a des responsabilités vis-à-vis des 280 salariés d’Ascoval et je saurai les rappeler à Vallourec”, a ajouté le ministre de l’Economie.

Coentreprise d’Ascometal et de Vallourec, l’usine a été exclue début 2018 du périmètre de rachat d’Ascometal par le groupe suisse Schmolz + Bickenbach.

Son avenir est menacé depuis que Vallourec a annoncé lundi qu’il ne subventionnerait pas la société Altifort, présentée par les pouvoirs publics comme le “repreneur probable”.

Altifort, qui investirait directement 35 millions d’euros, dont 25 millions levés sur les marchés, a réuni 137 millions - sur les 200 nécessaires - avec le concours des banques pour 80 millions d’euros (dont la moitié auprès de la banque publique BPI France) et des collectivités locales pour 22 millions d’euros.

“NOUS, ON CROIT À L’INDUSTRIE”, DIT BERTRAND

Vallourec, invité à participer à hauteur de 50 millions d’euros, une somme incluant six millions de passif social, 12 de réhabilitation des bâtiments et le maintien de ses commandes à prix fixe durant 18 mois, a cependant décliné lundi.

“Les discussions vont se poursuivre avec l’Etat et avec Vallourec, mais compte tenu de la position très forte prise par le ministre, nous pensons que les planètes vont finir par s’aligner”, a déclaré à la presse Me Guilhem Brémond, avocat d’Ascoval.

“Ce n’est plus un dossier technique, c’est un dossier politique”, a de son côté estimé Bart Gruyaert, le directeur général d’Altifort, en rappelant que les banques avaient validé le plan de financement.

Les syndicats ont regretté les engagements fluctuants du gouvernement, tout en se félicitant de la volonté du tribunal de trouver une solution.

“L’Etat, c’est le yoyo permanent : ils suivent (le plan de financement), ils suivent pas”, a commenté Olivier Burgnies, délégué CFDT d’Ascoval, en estimant qu’il fallait maintenant “forcer Vallourec à revenir à la table de négociation”.

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, en a appelé directement à Emmanuel Macron.

“Je le dis au président de la République : vous nous dites que vous croyez en l’industrie, faites-en la preuve. Nous on croit à l’industrie dans les Hauts-de-France, montrez-nous que pour la France la stratégie industrielle ça veut dire quelque chose”, a-t-il déclaré sur France 3.

“L’Etat c’est dire à Vallourec : ‘continuez à acheter pendant 18 mois’”, a-t-il dit, ajoutant avoir reçu des garanties en ce sens “voilà neuf mois dans le bureau de M. Le Maire à Bercy”.

L’intersyndicale d’Ascoval a décidé mercredi matin de poursuivre le blocage de l’usine, entamé mardi à l’annonce du refus de Vallourec, jusqu’à ce qu’une date soit décidée pour une réunion entre Ascoval, Vallourec et le repreneur potentiel. (Simon Carraud, Elizabeth Pineau et Gilbert Reilhac, avec Pierre Savary à Lille, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below