October 23, 2018 / 12:14 PM / 2 months ago

France/TV-Franck Riester ouvert à la publicité ciblée

PARIS, 23 octobre (Reuters) - Le nouveau ministre de la Culture Franck Riester s’est montré ouvert mardi à la possibilité d’autoriser la publicité ciblée à la télévision, une mesure réclamée de longue date par les principaux groupes privés français de télévision.

Interrogé sur France Inter, le député Agir (centre-droit) désigné la semaine dernière pour remplacer Françoise Nyssen, a esquissé plusieurs des chantiers qui vont occuper son ministère ces prochains mois, dont la réforme du secteur audiovisuel.

Familier du sujet, le ministre, qui a été rapporteur des lois Hadopi et a siégé à la Commission des Affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée, s’est montré ouvert à des évolutions du cadre réglementaire, notamment sur la publicité ciblée.

L’enjeu pour les annonceurs est d’atteindre plus efficacement leurs cibles en utilisant par exemple des données sur la localisation, le profil ou les préférences de consommation des foyers.

Réclamée par TF1, M6 ou encore Altice propriétaire de BFM TV, RMC Découvertes ou RMC Story, la publicité ciblée, qui n’est pas autorisée en France pour les campagnes nationales, permettrait de dégager de l’ordre de 200 millions d’euros de revenus publicitaires additionnels d’ici 2022, selon des estimations, soit 6% du marché.

“Je pense que c’est important d’avoir une meilleure personnalisation de la publicité avec la possibilité éventuellement de mieux cibler la publicité en fonction des lieux et en fonction des antennes et des programmes”, a expliqué le ministre sur la radio publique.

Un rapport remis au début du mois par la mission d’information parlementaire “sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique” prônait déjà une ouverture en ce sens dans le cadre d’une expérimentation.

Sur la question particulière de l’audiovisuel public, le ministre, qui s’était dit partisan d’une “BBC à la française”, s’est gardé de faire des annonces à ce stade, estimant simplement que la publicité n’était pas “la priorité” sur les groupes audiovisuels publics.

“Il y a un modèle actuel qui mixe publicité et redevance. Je pense que ce modèle-là sur le temps long, avec toute la réforme que j’appelle de mes voeux, mérite d’évoluer et de revenir à des fondamentaux qui me paraissent essentiels”, a ajouté Franck Riester qui s’est prononcé par le passé pour une suppression de la publicité sur les antennes publiques.

Il s’est dit favorable à une évolution du système de la redevance qui assure aujourd’hui une grande partie du financement de l’audiovisuel public afin, a-t-il dit, de tenir compte de l’évolution des usages.

Les parlementaires ont plaidé pour une universalisation la redevance, indépendamment de la possession ou non d’un téléviseur.

Le ministre a par ailleurs réaffirmé que la loi se substituerait aux acteurs du secteur faute d’accord sur la “chronologie des médias”, qui réglemente en France les délais de diffusion des oeuvres, alors que les négociations en cours depuis de nombreux mois sont aujourd’hui dans l’impasse.

Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below