October 19, 2018 / 3:23 PM / a month ago

LEAD 3-La Turquie n'a donné aucun enregistrement sur Khashoggi

(Actualisé avec fin des fouilles, détails sur l’enquête)

par Ece Toksabay et Turan Gurumkcu

ANKARA, 19 octobre (Reuters) - La Turquie n’a partagé avec aucun autre pays des enregistrements sonores liés au journaliste saoudien Jamal Khashoggi, porté disparu et présumé mort après s’être rendu au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre, a déclaré vendredi le ministre turc des Affaires étrangères.

“La Turquie n’a pas donné d’enregistrement audio à (Mike) Pompeo (ndlr-le secrétaire d’Etat américain) ni à aucun autre officiel américain”, a dit Mevlüt Cavusoglu lors d’une visite en Albanie, alors que des médias ont rapporté que les autorités turques ont remis ces enregistrements aux Etats-Unis.

“Nous partagerons dans la transparence avec le monde entier les résultats qui émergeront”, a-t-il ajouté mais à ce stade, a-t-il poursuivi, “nous n’avons partagé aucune information avec un pays, quel qu’il soit”.

D’après la chaîne CNN Türk, le ministre a confirmé qu’Ankara disposait de preuves de la mort de Jamal Khashoggi rassemblées par les enquêteurs.

Le président américain Donald Trump, après avoir semblé tergiverser sur l’affaire, a déclaré jeudi qu’il semblait “certain” que le journaliste saoudien a été assassiné et a prévenu que les conséquences seraient “très sévères” s’il était avéré que des dirigeants saoudiens sont impliqués. Ryad nie toute responsabilité dans cette affaire.

“A moins que le miracle des miracles ne se produise, je reconnaîtrai qu’il est mort”, a précisé le président américain dans une interview accordée par ailleurs au New York Times. Il y exprime en outre sa confiance dans les informations du renseignement suggérant une implication saoudienne de haut niveau dans l’assassinat de Khashoggi mais ajoute qu’il est encore “un peu trop tôt” pour tirer des conclusions définitives sur les commanditaires du meurtre.

ABC News, citant une source turque haut placée, a rapporté jeudi que Mike Pompeo, dépêché par Trump à Ryad puis Ankara, avait entendu lors de son escale en Turquie un enregistrement audio établissant, selon des médias pro-gouvernementaux turcs, que Khashoggi a été assassiné à l’intérieur du consulat.

Pompeo, qui s’est entretenu avec Trump avant les dernières déclarations de ce dernier, est reparti à Washington avec une transcription de cet enregistrement, a ajouté ABC News.

Mais le chef de la diplomatie américaine a démenti: “Je n’ai entendu aucun enregistrement, je n’ai aucune transcription”, a-t-il dit à des journalistes.

FOUILLES DANS UNE FORÊT AU NORD D’ISTANBUL

La police turque, qui recherche toujours le corps de Khashoggi, a procédé à des fouilles dans une forêt située aux abords d’Istanbul et dans une ville proche de la mer de Marmara, a-t-on appris jeudi soir auprès de responsables turcs.

Les enquêteurs, qui ont travaillé sur les déplacements des voitures sorties le 2 octobre du consulat d’Arabie saoudite, ont élargi le champ de leurs recherches et pensent désormais que les assassins du journaliste se sont peut-être débarrassés du corps dans la forêt de Belgrad, qui jouxte Istanbul vers le nord, et dans une zone rurale proche de la ville de Yalova, à 90 km au sud d’Istanbul.

Ils ont par ailleurs collecté de “nombreux échantillons” lors des perquisitions qu’ils ont menées au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul et dans la résidence officielle du consul saoudien, a-t-on ajouté de même source.

Dans le cadre de l’enquête, 15 employés turcs du consulat, parmi lesquels des comptables, des techniciens et un chauffeur, ont été entendus vendredi comme témoins dans les bureaux du procureur, a rapporté l’agence de presse Anadolu.

Le malaise provoqué par la disparition du journaliste a gagné les milieux d’affaires, poussant de nombreux dirigeants d’entreprises et de banques à annoncer leur retrait du “Davos du désert”, une conférence internationale sur l’investissement qui aura lieu du 23 au 25 octobre à Ryad.

Jeudi, le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, a annoncé à son tour qu’il ne se rendrait pas à cette conférence. La directrice générale du FMI Christine Lagarde, le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire ou encore le ministre britannique du Commerce Liam Fox avaient déjà pris une telle décision.

Vendredi, la liste des annulations s’est encore allongée, avec celles de Dirk Hoke, patron d’Airbus Defence&Space , de Christian Sewing (Deutsche Bank) et d’Ulrich Spiesshofer, dirigeant du groupe suisse ABB. Le Fonds d’investissement russe RDIF a en revanche annoncé l’envoi d’une importante délégation à Ryad. (Avec Yesim Dikmen et John Revill; Tangi Salaün, Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below