October 19, 2018 / 2:13 PM / 20 days ago

USA/Immobilier-Les ventes de logements neufs au plus bas en près de 2 ans

WASHINGTON/NEW YORK, 24 octobre (Reuters) - Principaux indicateurs du marché immobilier américain publiés depuis le début du mois:

* BAISSE DE 5,5% DES VENTES DE LOGEMENTS NEUFS EN SEPTEMBRE

24 octobre - Les ventes de logements neufs sont tombées à leur plus bas niveau en près de deux ans au mois de septembre et les données des trois derniers mois ont été revues en baisse, dernier signe en date montrant que la hausse des taux d’intérêt et des prix pèse sur le marché américain du logement.

Les ventes ont baissé de 5,5% au rythme annualisé de 553.000 unités le mois dernier, montrent les données publiées mercredi par le département américain du Commerce. Il s’agit du rythme de ventes le plus faible depuis décembre 2016.

Le rythme des ventes du mois d’août, estimé dans un premier temps à 629.000, a été révisé en baisse à 585.000 et ceux de juin et juillet ont également été revus en baisse. Les ventes de logements neufs sont en repli pour le quatrième mois d’affilée.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 1,4% en septembre, au rythme de 625.000 unités.

Sur un an, les ventes, une donné qui tend à être volatile d’un mois sur l’autre ont diminué de 13,2%.

Les ventes de logements neufs représentent environ 9,7% du marché immobilier résidentiel aux Etats-Unis.

L’immobilier est à la traîne de l’économie américaine en raison de la hausse des coûts d’emprunt et des prix, qui rend les biens hors de portée pour beaucoup de primo-accédants.

Les crédits sur 30 ans sont actuellement octroyés à un taux fixe moyen de 4,85%, en hausse de plus de 80 points de base cette année, et ils devraient encore augmenter avec les nouveaux resserrements monétaires projetés par la Réserve fédérale.

Les ventes dans l’immobilier neuf dans le sud du pays, qui représentent la majeure partie des transactions, ont baissé de 1,5% en septembre, probablement en raison de l’ouragan Florence, à leur plus bas niveau depuis août 2017. Les ventes ont chuté de 12,0% dans l’Ouest, à un plus bas de deux ans, et de 40,6% dans le Nord-Est, qui est le segment le plus petit du marché du neuf. Dans le MidWest, elles ont augmenté de 6,9%.

Le prix médian des logements neufs a baissé de 3,5% à 320.000 dollars (280.594 euros) en septembre sur un an.

Au rythme de ventes de septembre, il faudrait 7,1 mois pour écouler le stock de logements disponibles sur le marché, la période la plus longue depuis mars 2011, contre 6,5 mois en août.

Tableau

* REVENTES DE LOGEMENTS -3,4% EN SEPTEMBRE

19 octobre - Les ventes dans l’immobilier ancien ont subi en septembre leur sixième mois de contraction d’affilée et celle-ci est la plus marquée depuis plus de deux ans, et ce en dépit d’un contexte économique favorable.

La fédération nationale des agents immobiliers (NAR) a dit vendredi que ces ventes avaient baissé de 3,4% au volume annuel CVS de 5,15 millions.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une baisse à 5,30 millions contre 5,34 millions annoncés en août.

Une offre insuffisante face à la demande provoque une hausse des prix qui décourage bien des primo-accédants à la propriété. C’est dans le sud que les ventes ont le plus baissé tandis qu’à l’ouest elles ont chuté de 12,2% par rapport à septembre 2017.

La hausse des taux d’intérêt explique cette baisse globale, dit Lawrence Yun, économiste en chef de la NAR.

A la hausse des taux des crédits immobiliers, il faut ajouter celle des prix des matériaux de construction, ainsi qu’une pénurie de main d’oeuvre et de terrains.

L’immobilier ancien représente 90% des ventes du secteur.

Au rythme de vente de septembre, il faudrait 4,4 mois pour écouler le stock de logement. Des stocks de six à sept mois sont considérés comme un bon équilibre entre l’offre et la demande.

Le prix médian d’une maison a augmenté de 4,2%, par rapport à septembre 2017, à 258.100 dollars.

Tableau:

* MISES EN CHANTIER -5,3% EN SEPTEMBRE

17 octobre - Le nombre des mises en chantier aux Etats-Unis s’est contracté plus que prévu en septembre, avec une baisse sans précédent depuis près de trois ans dans le sud du pays, sans doute liée au passage de l’ouragan Florence.

Les mises en chantier ont baissé de 5,3% le mois dernier pour revenir à 1,201 million en rythme annualisé, a annoncé le département du Commerce mercredi.

La statistique d’août a été révisée à la baisse, à 1,268 million d’unités et non plus à 1,282 million, la hausse par rapport à juillet revenant donc à 7,1% contre 9,2% en première estimation.

Dans le sud du pays, qui concentre la plus grosse partie des projets de construction, les mises en chantier ont chuté de 13,7% en septembre, un recul inédit depuis octobre 2015.

L’ouragan Florence a ravagé la Caroline du Nord et Caroline du Sud mi-septembre et les inondations qu’il a provoquées ont sans doute entravé la construction de logements.

Le nombre de permis de construire a diminué de 0,6% au volume annualisé de 1,241 million d’unités en septembre. C’est le deuxième mois consécutif de tassement (août avait subi un recul de 4,1%, confirmé mercredi), donnant à penser que le bâtiment n’est pas en phase dynamique.

Les économistes interrogés par Reuters projetaient une baisse des mises en chantier à 1,220 million et une hausse des permis de construire à 1,278 million.

La construction de maisons individuelles, principal segment du marché immobilier, a diminué de 0,9% à 871.000 unités annuelles en septembre. Ce segment ralentit depuis son record de plus de dix ans de 948.000 unités en novembre.

En revanche, les permis de construire des maisons individuelles ont augmenté de 2,9% en septembre à 851.000 en rythme annualisé. Ils restent cependant inférieurs aux mises en chantier, ce qui limite d’autant les possibilités d’un fort rebond.

Pour les immeubles d’habitation, un segment très volatil du marché, les mises en chantier ont plongé de 15,2% à 330.000 unités en septembre et les permis ont fléchi de 7,6% à 390.000 unités.

Tableau:

* HAUSSE DE LA CONFIANCE DES PROMOTEURS EN OCTOBRE-NAHB

16 octobre - L’indice de confiance des professionnels du secteur de l’immobilier a progressé plus que prévu en octobre, selon l’enquête de la fédération professionnelle NAHB publiée mardi.

L’indice s’établit à 68 contre 67 en septembre, alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une stabilité.

Le sous-indice mesurant l’opinion des professionnels sur les ventes de logements individuels a également progressé à 74 contre 73 (révisé) et celui mesurant leur opinion sur les ventes à un horizon de six mois a avancé à 75 après 74.

* HAUSSE DE 0,1% DES DÉPENSES DE CONSTRUCTION EN AOÛT

1er octobre - Les dépenses de construction n’ont que très légèrement progressé en août, la nette hausse des investissements dans les projets publics ayant été contrebalancée par une forte baisse dans la construction privée.

Elles ont progressé de 0,1% à 1.318,5 milliards de dollars (1.136,6 milliards d’euros) en rythme annualisé, selon les chiffres publiés lundi par le département du Commerce.

La hausse de juillet a été révisée à +0,2% au lieu de +0,1% annoncé précédemment.

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une progression de 0,4% en juillet.

Par rapport au mois d’août 2017, les dépenses de construction sont en hausse de 6,5%.

Les dépenses dans les projets de construction publics ont progressé de 2% en août, à leur plus haut niveau depuis juillet 2009, après déjà une hausse de 1,7% en juillet.

Les dépenses de l’Etat fédéral ont bondi de 5,9%, à un plus haut de dix mois, après une progression de 2,3% le mois précédent.

Les dépenses de construction des Etats et gouvernements locaux ont elles aussi augmenté, de 1,7% en août, à leur plus haut niveau depuis mars 2009. Elles avaient progressé de 1,6% en juillet.

En revanche, les dépenses de construction privée ont reculé de 0,5% en août, ce qui marque leur troisième mois consécutif de repli.

Les investissements dans les projets privés résidentiels ont baissé de 0,7% en août, après une hausse de 0,2% en juillet.

Les promoteurs souffrent de la hausse des coûts des matériaux, d’un manque de terrain et d’une pénurie de main d’oeuvre. L’investissement résidentiel s’est contracté sur l’ensemble du premier semestre et devrait avoir encore reculé au troisième trimestre.

Les indicateurs publiés en septembre (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below