October 14, 2018 / 12:45 PM / a month ago

Rome doit "se calmer" et arrêter de remettre l'euro en cause-Draghi (BCE)

NUSA DUA, Indonésie, 14 octobre (Reuters) - Les responsables politiques italiens doivent arrêter de remettre l’euro en cause et “se calmer” sur le débat budgétaire au vu des dommages qu’ils ont déjà provoqué pour les entreprises et les ménages italiens, a déclaré le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi, lors d’une conférence de presse à l’occasion de l’Assemblée générale du Fonds monétaire international en Indonésie.

Le président de la commission des Finances du Sénat italien, Alberto Bagnai, par ailleurs membre de la Ligue, l’une des deux formations de la coalition gouvernementale, a répliqué que c’était à Mario Draghi de se calmer plutôt que d’attirer l’attention sur des déclarations ponctuelles sur l’euro qui ne reflètent pas la position du gouvernement.

“Un budget expansionniste dans un pays fortement endetté devient beaucoup plus compliqué... si des gens commencent à mettre l’euro en cause”, a déclaré Mario Draghi, ancien gouverneur de la Banque d’Italie.

“Ces prises de position... ont provoqué de réels dégâts et il y a de multiples preuves que les spreads ont augmenté en lien avec ces déclarations”, a-t-il poursuivi. “Le résultat est que les ménages et les entreprises payent des taux d’intérêt plus élevés sur leurs prêts.”

Les rendements des emprunts d’Etat italiens se sont fortement tendus après l’annonce par le gouvernement italien de ses projets d’accroître le déficit budgétaire et l’affirmation par Claudio Borghi, responsable des questions économiques de la Ligue, que l’Italie réglerait la plupart de ses problèmes si elle avait sa propre monnaie nationale, et non pas l’euro.

Le gouvernement italien a toutefois pris ses distances avec cette prise de position et réaffirmé à plusieurs reprises qu’une sortie de l’euro ne figurait pas dans son programme et qu’il n’avait aucune intention de le faire.

“La toute première chose à faire est de baisser le ton. Et la deuxième chose est d’attendre et de voir ce que seront les faits”, a dit Draghi, soulignant la nécessité d’examiner précisément les projets de dépenses effectifs du gouvernement qui peuvent différer de sa communication.

“Draghi doit se calmer et arrêter de mentionner l’euro. Personne ne le fait ici”, a répliqué Alberto Bagnai sur Twitter.

Francesco Canepa, Marc Joanny pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below