October 11, 2018 / 9:08 AM / 2 months ago

MARCHÉS-Le "bull market" n'est pas mort-UBS

PARIS, 11 octobre (Reuters) - Le net repli accusé mercredi par Wall Street est un ajustement caractéristique d’un cycle économique en phase tardive mais n’annonce pas la mort imminente de la longue séquence de hausse (“bull market”) des marchés d’actions, dit-on chez UBS.

Les trois indices de référence de la Bourse de New York ont perdu mercredi plus de 3%, un mouvement qui s’est propagé jeudi aux places asiatiques puis, avec une intensité moindre, aux Bourses européennes.

“Les périodes de hausse de la volatilité et les replis du marché seront probablement plus fréquents avec la maturation du cycle”, écrit dans une note Mark Haefele, directeur des investissements d’UBS Wealth Management.

“Nous considérons la réaction des marchés sur la semaine passée comme relativement normale à ce stade d’un bull market qui devrait toutefois se prolonger encore un peu”, ajoute-il.

“Etant donné les perspectives des fondamentaux, nous continuons à recommander une position à surpondérer sur les actifs risqués dans notre allocation d’actifs tactique”, dit-il.

Mark Haefele voit trois raisons à la correction qui paraît s’amorcer : la hausse des rendements obligataires, qui rend les actions moins attractives ; la prise en compte tardive dans les cours de l’impact des tensions commerciales sur les résultats des entreprises ; et enfin les inquiétudes concernant un ralentissement de la croissance de l’économie mondiale.

Le rendement des emprunts d’Etat américains à 10 ans a pris 40 points de base sur les six dernières semaines pour évoluer autour de 3,2%, rappelle le stratège de la banque suisse.

“Pour mémoire, le taux du 10 ans avait également pris 40 points de base en janvier, un élément déclencheur de la correction observée en février sur les marchés, avant de se stabiliser pour six mois”, écrit-il.

Il note en outre que ce rendement est reparti à la baisse avec le recul des actions, ce qui indique qu’il joue encore son rôle de “stabilisateur de portefeuille”.

“Ce qui n’a pas changé sur la semaine passée, c’est la solidité des fondamentaux de l’économie américaine et des bénéfices des entreprises”, ajoute-t-il alors qu’une nouvelle saison de résultats trimestriels est sur le point de démarrer.

“De plus, la forte dynamique de croissance devrait permettre à l’économie d’absorber aisément des taux plus hauts, même s’ils continuent à monter de manière modérée.”

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below