October 11, 2018 / 7:38 AM / 2 months ago

Dissensions sur le diesel au sein du gouvernement allemand

BERLIN, 11 octobre (Reuters) - Les ministres conservateurs du gouvernement allemand ont rejeté jeudi une proposition des sociaux-démocrates, partenaires de la coalition au pouvoir, visant à infliger des amendes aux constructeurs automobiles qui ne remettraient pas à neuf le système antipollution des vieux véhicules diesel.

Le gouvernement d’Angela Merkel a dévoilé au début du mois un accord permettant de réduire les émissions polluantes dans les grandes villes tout en évitant de recourir aux interdictions de circuler.

Il prévoit que les propriétaires de voitures diesel anciennes devraient avoir le choix entre une prime à la casse ou une modernisation des modèles anciens.

Mais les sociaux-démocrates veulent aller plus loin en menaçant de sanctionner financièrement les constructeurs qui ne proposeraient pas une remise à neuf.

Le ministre de l’Economie Peter Altmaier, membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Merkel, et son collègue des Transports Andreas Scheuer, membre de la CSU (Union chrétienne-sociale), alliée bavaroise de la CDU, ont critiqué cette idée du SPD, mettant en cause sa légalité.

“Dans le droit allemand, les amendes se justifient quand on enfreint ses obligations légales. Mais je doute que cette idée soit réalisable sur le plan constitutionnel”, a déclaré Altmaier à la radio Deutschlandfunk.

“Je ne peux pas faire adopter une loi qui chasse des rues les vieux véhicules diesel parce que leur présence sur les routes est totalement légale”, a déclaré pour sa part Andreas Scheuer dans une interview au quotidien Bild.

Depuis le retentissant scandale Volkswagen en 2015, quand le constructeur emblématique allemand a reconnu avoir faussé ses tests antipollution, les voitures diesel font l’objet d’une attention accrue en Allemagne en raison de leurs émissions de dioxyde d’azote (NOx), jugées responsables de maladies respiratoires.

Mercredi, le député social-démocrate Carsten Schneider, chef adjoint du groupe parlementaire SPD au Bundestag, s’est dit favorable à l’instauration d’amendes pouvant atteindre 5.000 euros par véhicule pour les constructeurs qui n’effectueraient pas les remises à neuf des vieux modèles diesel.

Il a dit douter qu’Andreas Scheuer s’attaque au problème de la pollution automobile avec l’urgence requise. “Il ne devrait pas se comporter comme s’il était le VRP en chef de l’industrie automobile”, a déclaré Carsten Schneider.

“Je ne suis pas le porte-parole de l’industrie automobile”, s’est défendu le ministre des Transports dans les colonnes du Bild.

Cette polémique fragilise un peu plus le gouvernement de coalition allemand, en place seulement depuis mars dernier, qui a déjà failli voler en éclats à plusieurs reprises en raison de dissensions sur l’immigration ou l’extrême droite. (Michael Nienaber Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below