October 10, 2018 / 11:36 AM / 2 months ago

Rome fera l'impossible pour regagner la confiance des marchés -Tria

ROME, 10 octobre (Reuters) - Le ministre de l’Economie italien a déclaré mercredi que le gouvernement ferait tout ce qui est en son pouvoir pour regagner la confiance des marchés financiers, devenus soupçonneux envers les titres de la dette locale en raison des nouvelles orientations budgétaires récemment annoncées.

La manière dont le marché valorise les emprunts d’Etat de l’Italie est en décalage avec les fondamentaux économiques du point de vue de la gestion de sa dette publique dans le temps, a dit Giovanni Tria à une commission parlementaire.

“Nous tenterons de faire tout ce que nous pouvons pour regagner la confiance des marchés”, a-t-il déclaré.

Ces propos ont eu pour effet de faire fléchir les rendements de la dette italienne, alors même que le gouvernement affirme également mercredi qu’il ne reviendra pas sur son projet d’augmenter la dépense publique.

Vers 11h20 GMT, le rendement du papier à 10 ans était en baisse de 3,5 points de base à 3,45%. Le “spread” avec l’équivalement allemand s’était resserré de quatre points de base autour de 295 pdb.

L’office parlementaire du budget (Ufficio Parlamentare di Bilancio) a refusé mardi de valider le budget pluriannuel, au motif que les prévisions économiques sont trop optimistes, ce qui dans un premier temps a poussé les investisseurs à vendre massivement de la dette italienne.

Les dégagements sur le marché obligataire se sont également appuyés sur les déclarations d’Alberto Bagnai, président de la commission financière du Sénat et membre de la Ligue, l’une des deux formations de la coalition gouvernementale.

Bagnai a dit à la radio qu’un déclassement de la dette italienne était possible “au vu du climat qui s’est créé”.

Le gouvernement italien de coalition en place depuis juin vise un déficit de 2,4% du produit intérieur brut (PIB) en 2019, le triple de l’objectif du précédent gouvernement.

La coalition formée par le Mouvement des 5 étoiles (M5S, anti-système) et la Ligue (extrême droite) prévoit ensuite de ramener le déficit à 2,1% du PIB en 2020 et à 1,8% en 2021.

Elle anticipe 1,5% de croissance en 2019, 1,6% en 2020 et 1,4% en 2021.

Même si l’opinion de l’office du budget n’est pas contraignante, son rejet des prévisions de croissance a obligé Tria, qui n’est membre d’aucun des deux partis de la coalition, à revenir s’expliquer devant le Parlement.

Le ministre a expliqué aux parlementaires que les dépenses liées au déficit totaliseraient 22 milliards d’euros en 2019, tandis que des recettes supplémentaires et des réductions dans d’autres domaines de dépense représenteraient au total 15 milliards d’euros.

Les leaders des deux formations politiques au pouvoir ont réaffirmé mercredi à la RAI qu’ils ne cèderaient pas aux pressions.

Luigi di Maio, chef de file du M5S, a dit qu’il ne “trahirait pas” les Italiens en changeant le projet de budget, tandis que Matteo Salvini, son homologue de la Ligue, a lancé un avertissement aux “spéculateurs”, déclarant qu’ils se trompent s’ils pensent que Rome fera marche arrière (Avec Virginia Furness Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below