October 10, 2018 / 11:41 AM / 9 days ago

GRAPHES-USA-Les anticipations d'inflation ne valident pas la hausse des taux

PARIS, 10 octobre (Reuters) - Les anticipations d’inflation à long terme par les investisseurs aux Etats-Unis ne valident pas la brusque remontée des taux longs provoquée par la tonalité plus restrictive du président de la Réserve fédérale et par les récents indicateurs économiques soulignant la vigueur de la croissance.

Les anticipations d’inflation à deux ans dans deux ans aux Etats-Unis sont orientées à la baisse depuis leurs points hauts du printemps alors que le rendement des Treasuries à deux ans a continué de progresser, enregistrant même une nouvelle poussée la semaine dernière après les déclarations du président de la Fed, Jerome Powell, sur la robustesse de la reprise américaine et les perspectives de relèvement de taux de la banque centrale.

Les anticipations d’inflation par les investisseurs mesurées par les swaps d’inflation ont reculé malgré plusieurs révisions du consensus des économistes sur les prévisions d’inflation pour les deux prochaines années, une hausse d’environ 20% des cours du pétrole depuis le printemps et la mise en oeuvre par Washington de droits de douanes sur plus de 200 milliards de dollars d’exportations chinoises vers les Etats-Unis, susceptible d’alimenter la hausse des prix à l’importation.

Le mouvement est encore plus marqué sur les échéances plus longues, avec des anticipations d’inflation à cinq ans dans cinq ans par les investisseurs stabilisées autour de 2,45% depuis le printemps et un rendement des Treasuries à dix ans qui a connu une première accélération en début d’année pour passer brusquement de 2,40% à près de 3% en moins de deux mois puis une deuxième depuis la fin août, qui l’a vu passer de moins de 2,80% à plus de 3,25% au plus haut.

Le hiatus entre les anticipations d’inflation par le marché et l’évolution des taux longs n’est pas neutre pour les marchés actions.

Certes, la corrélation entre taux d’intérêt et indices boursiers n’est ni stable, ni toujours statistiquement significative, comme le rappellent les économistes de Natixis sur la base d’une comparaison des évolutions de Stoxx 600 et des rendements européens à long terme.

L’accélération de la hausse des taux longs aux Etats-Unis en début d’année avait toutefois entraîné une correction de plus de 10% de l’indice Standard & Poor’s 500, passé d’un point haut de 2.872,87 points le 26 janvier à un point bas de 2.581,00 le 8 février en clôture.

L’indice phare de Wall Street n’a pour l’instant cédé que 1,72% par rapport à son plus haut record en clôture de 2.930,75 points atteint le 20 septembre.

Source :

*Tracking correlation between interest rates and equities. Strategic daily. Natixis. 10 octobre 2018

*Cross Asset Investment Strategy. Octobre. Amundi. 10 octobre 2018

*US Rates : Not so Powellfull moves. Global Rates Weekly. Merrill Lynch. 5 octobre 2018.

Marc Joanny, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below