October 9, 2018 / 1:35 PM / 11 days ago

Turquie-Baisses de prix massives pour contrer l'inflation

ISTANBUL, 9 octobre (Reuters) - Le secteur privé turc a accepté de baisser les prix de nombreux produits d’au moins 10% pour combattre l’inflation, a annoncé mardi le ministre des Finances, Berat Albayrak, en appelant à un sursaut national face à l’envolée du coût de la vie.

Le ministre, gendre du président Recep Tayyip Erdogan, a promis une “guerre totale” contre l’inflation, qui a atteint en septembre un pic de 15 ans à près de 25%.

Ses propos ont semblé laisser les marchés financiers de marbre, la livre turque fléchissant légèrement à 6,15 pour un dollar pendant son allocution à Istanbul.

La devise a perdu 38% de sa valeur cette année, entraînant une envolée des prix et sapant la confiance dans ce qui était autrefois une des économies émergentes les plus prisées par les investisseurs.

Le président Erdogan lui-même a favorisé la dépréciation de la devise par ses ingérences répétées dans la politique monétaire, s’opposant à des hausses de taux.

La Banque centrale de Turquie a finalement relevé son taux directeur le mois dernier pour le porter à 24%, au plus haut depuis 2004, mais selon les économistes d’autres resserrements seront nécessaires pour juguler la hausse des prix.

“La lutte contre l’inflation et pour la stabilité des prix ne peut être assumée par le seul Etat et les institutions”, a affirmé Berat Albayrak.

Les baisses de prix consenties librement par le secteur privé seront d’au moins 10% et s’appliqueront jusqu’à la fin de l’année, a-t-il dit. Seront notamment concernés la totalité des produits composant le panier de référence pour le calcul de l’inflation.

Le plan prévoit aussi un gel des prix de l’énergie jusqu’à la fin de l’année et une accélération des remises de TVA.

Le ministre n’a pas précisé combien de produits étaient concernés au total mais il a invité les Turcs a faire leurs courses chez les commerçants qui joueront le jeu.

Le président Erdogan avait appelé la population à signaler des augmentations de prix inhabituelles, ajoutant que le gouvernement n’hésiterait pas à saisir les stocks de magasins indélicats.

Le ministre du Commerce a annoncé lundi avoir demandé des explications à plus de 100 sociétés à la suite de près de 4.000 inspections portant sur plus de 69.000 produits au total.

Avec l’aggravation de la crise des changes en août, le gouvernement a interdit les hausses de prix qui ne seraient pas justifiées par le renchérissement des coûts d’approvisionnement ou l’évolution des taux de change. (Ezgi Erkoyun, Ali Kucukgocmen et Ece Toksabay, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below