October 3, 2018 / 10:10 AM / 12 days ago

AVANT-PAPIER-France-Le texte sur l'énergie s'annonce clément pour le nucléaire

* Le texte de programmation sur l’énergie est prévu fin octobre

* Il devrait donner la priorité à la lutte contre le CO2

* Peu de nouvelles fermetures de réacteurs en vue

* Le calendrier électoral va peser

* La filière nucléaire espère une réflexion sur de nouveaux EPR

par Benjamin Mallet

PARIS, 3 octobre (Reuters) - La lutte contre les émissions de CO2 va probablement conduire le gouvernement à trancher prochainement en faveur du maintien en France d’une part élevée d’électricité nucléaire, en dépit des appels pressants des écologistes en faveur d’une réduction drastique du parc des centrales, selon des sources industrielles interrogées par Reuters.

L’exécutif doit présenter fin octobre les grandes lignes de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028, un texte qui devra notamment préciser l’avenir des centrales d’EDF.

Selon plusieurs sources au fait de son élaboration, la PPE s’inscrira en toute logique dans le cadre de la “stratégie bas carbone” de la France à horizon 2050, préparée par la direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), qui induit elle-même de préserver le parc nucléaire pour éviter un dérapage des émissions de CO2 du pays.

“Ce scénario a été fait pour maintenir un niveau élevé d’énergie nucléaire dans le pays et satisfaire les intérêts patrimoniaux de l’Etat en tant qu’actionnaire d’EDF”, jugeait un haut dirigeant du secteur de l’énergie quelques semaines avant la démission de Nicolas Hulot et son remplacement par François de Rugy au ministère de la Transition écologique.

En annonçant il y a un an que la date de 2025 pour réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité en France ne serait pas respectée, Nicolas Hulot faisait lui même valoir que l’objectif ne pourrait être atteint sans recourir à des centrales thermiques (alimentées au charbon et au gaz).

La stratégie bas carbone “protège EDF dans la décennie qui vient”, estime aujourd’hui une source interne à l’entreprise - détenue à 83,7% par l’Etat français -, selon laquelle “décarboner, c’est d’abord se passer des produits pétroliers, et donc avoir de la visibilité sur les transports et les bâtiments de demain”.

“Je doute qu’il y ait d’autres décisions de fermetures de centrales (que celle de Fessenheim) avant la fin du quinquennat, sauf si l’Autorité de sûreté nucléaire l’impose”, ajoute cette source. “Reste à savoir si la PPE inclura une liste de réacteurs à fermer.”

“LE GOUVERNEMENT A BESOIN DE TOTEMS”

Même dans l’hypothèse où le texte envisagerait la fermeture d’un faible nombre de réacteurs - l’agence de presse spécialisée Montel évoquait récemment un projet dans ce sens qui concernerait huit unités en dix ans sur les 58 du parc français -, une décision de ce type serait un moindre mal pour EDF.

RTE, filiale indépendante du groupe chargée des lignes à haute tension françaises, calculait en effet l’an dernier que le respect de l’échéance de 2025 pour atteindre les objectifs de la loi de 2015 - portée par Ségolène Royal - impliquait la fermeture de 24 réacteurs et un quasi doublement des émissions de CO2 du système électrique.

Si le gouvernement reportait la réduction de la part du nucléaire à 2035, comme il l’envisage, il s’inscrirait plutôt dans la logique du scénario de RTE le plus favorable à EDF, selon lequel l’atome pourrait représenter 55% de l’électricité française à cet horizon en ne fermant que neuf réacteurs et en améliorant le bilan carbone du secteur.

Dans un scénario de ce type, “le gros des réacteurs aurait vraisemblablement plutôt vocation à être fermé entre 2025 et 2035”, estime Pierre Antoine Chazal, analyste chez Bryan Garnier.

“Il ne s’agit pas de dire qu’il faut fermer tel ou tel réacteur mais de fixer des étapes-clés pour que le secteur dans son ensemble ait de la visibilité, et la trajectoire de consommation sera un premier élément clé de la PPE.”

Tout l’enjeu pour Emmanuel Macron sera d’assurer un savant équilibre entre la préservation de la filière nucléaire française - qu’il a régulièrement défendue lorsqu’il était ministre de l’Economie - et la prise en compte des écologistes à l’approche des élections européennes, habituellement plutôt favorables aux Verts.

“Le gouvernement a besoin de totems (...). Serait-il tenable politiquement de ne rien annoncer sur le nucléaire alors que le président est affaibli sur les questions environnementales ?”, s’interroge une source proche de la direction d’EDF.

“LISTE DE COURSES”

Alors qu’EDF veut prolonger la durée de vie de son parc français de 40 à 50 ans - voire 60 ans - et n’envisage pas de fermer d’autres centrales que celle de Fessenheim (Haut-Rhin) avant 2029, la filière nucléaire dans son ensemble attend aussi de la PPE qu’elle donne a minima le coup d’envoi d’une réflexion sur la construction de nouveaux réacteurs de type EPR.

“Cette réflexion doit être menée sans délai avant 2020 pour tenir l’objectif de mise en service d’une première paire de réacteurs à l’horizon 2030”, selon la Société française d’énergie nucléaire, association de promotion du secteur.

François de Rugy, tout juste nommé, a cependant prévenu qu’EDF devrait avant tout démontrer la viabilité et la compétitivité de l’EPR, dont le démarrage de l’unité française de Flamanville (Manche) a une nouvelle fois été reporté cet été, à fin 2019.

Le gouvernement va aussi probablement attendre l’avis de l’ASN sur la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires françaises - prévu pour 2020 - avant de prendre des engagements précis sur le sujet, comme le chef de l’Etat l’a laissé entendre en début d’année.

Dans ce contexte, un bon connaisseur d’EDF pointe le risque d’une PPE ambiguë et sujette à interprétations : “J’ai l’impression qu’on va se retrouver avec une liste de courses et que chacun va pouvoir y piocher ce qu’il veut, de l’écologiste acharné au pronucléaire le plus affirmé.”

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below