October 2, 2018 / 5:13 PM / 2 months ago

LEAD 1-Première étape dans le big bang du marché du jouet en France

(Avec précisions, perspectives, contexte)

PARIS, 2 octobre (Reuters) - Le tribunal de commerce de Paris a validé mardi le plan de continuation proposé par le groupe familial Ludendo pour son enseigne La Grande Récré, dont la Financière immobilière bordelaise (FIB) deviendra le principal actionnaire.

C’est la première étape d’un big bang sur le marché du jouet en France, qui représente un chiffre d’affaire de 3,4 milliards d’euros par an, estime une source proche du dossier.

“C’est une bonne nouvelle. C’est un premier pas dans la consolidation du secteur face à Amazon”, dit-on de même source. “Noël va pouvoir être mis en place dans les temps.”

Le PDG de Ludendo, Jean-Michel Grunberg, avait déposé en juin ce plan de continuation, qui prévoit notamment de recentrer sur la France les activités du distributeur de jouets en redressement judiciaire, en fermant ou en cédant plus d’une soixantaine de filiales à l’étranger.

Ce plan prévoit également le remboursement sur neuf ans de 150 millions d’euros de dettes, dont 100 millions de créances financières, précise-t-on de même source.

En entrant au capital de La Grande Récré, la FIB deviendra de facto le nouveau propriétaire de l’entreprise et de la centaine de magasins qu’il conservera en France, sans compter à peu près autant de franchisés.

La Grande Récré, c’est aujourd’hui environ 800 salariés, un chiffre d’affaires d’environ 320 millions d’euros et près de 9% du marché français du jouet.

Dans ce secteur fragilisé par la montée en puissance du commerce en ligne (+20% par an en moyenne), une autre décision est attendue mercredi au tribunal de commerce d’Evry, concernant la reprise de Toys’R’Us France et de ses 53 magasins.

Là aussi la FIB est sur les rangs. Sa proposition de reprise est en concurrence avec celle d’Orchestra, enseigne de vêtements pour enfant et de puériculture.

Selon une source familière du dossier, la FIB serait le mieux placé des deux repreneurs potentiels.

Son patron, Michel Ohayon, souhaite placer les magasins Toys’R’Us sous enseigne La Grande Récré tout en gardant deux réseaux distincts, précise-t-on de même source.

“Ce serait bâtir un grand leader français du jouet, avec des capitaux français. C’est un plan qui plaît beaucoup au ministère de l’Economie et des Finances”, souligne cette source.

Les magasins de Toys’R’Us France représentent près de 1.100 salariés en contrats à durée indéterminée pour 9,8% de part de marché. Sur le papier, les deux réseaux de distribution réunis dans la même main représenteraient ainsi près de 20% du marché français du jouet et près de 2.000 salariés. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below