October 1, 2018 / 8:15 PM / 2 months ago

POINT MARCHÉS-Le Dow Jones et le S&P-500 démarrent bien le trimestre (actualisé)

(Actualisé avec précisions et commentaires)

* L’accord USA-Canada porte le Dow Jones et le S&P-500

* Les constructeurs automobiles en vedette

* Tesla bondit après l’accord entre Musk et la SEC

* Le Nasdaq perd un peu de terrain

* Le Brent repasse 85 dollars, un pic de près de 4 ans

par Laila Kearney

NEW YORK, 1er octobre (Reuters) - Le Dow Jones et le S&P 500 ont terminé lundi en hausse, les investisseurs de Wall Street accueillant favorablement un accord de libre échange entre les Etats-Unis et le Canada apaisant leurs craintes sur le front du commerce international.

L’indice Dow Jones a gagné 192,90 points (0,73)% à 26.651,21 points.

Le S&P-500, plus large, a pris 10,61 points, soit 0,36%, à 2.924,59 points.

Le Nasdaq Composite a en revanche cédé un peu de terrain, reculant de son côté de 9,05 points (-0,11%) à 8.037,30 points.

Les Etats-Unis et le Canada ont conclu dimanche un accord à l’arraché visant à sauver l’Aléna en tant que zone de libre-échange tripartite avec le Mexique, espace qui était sur le point de disparaître après presque 25 ans d’existence.

“C’est une bonne nouvelle, et pas seulement pour l’Aléna et l’Amérique du Nord”, commente Lindsey Bell, responsable de la stratégie d’investissement chez CFRA Research. “Beaucoup d’intervenants de marché estiment qu’il s’agit d’un signal positif pour les négociations à venir, en particulier avec la Chine.”

Cette avancée a incité les investisseurs à opter pour les actifs risqués en cette première journée du quatrième trimestre.

VALEURS

Les nouvelles sur le front du commerce ont profité en Bourse aux constructeurs automobiles, très sensibles à cette thématique. Ford a pris 0,76% et General Motors 1,57%.

Dans le même secteur mais pour d’autres raisons, Tesla a bondi de 17,35% après l’accord conclu entre son PDG Elon Musk et la Securities and Exchange Commission (SEC) qui prévoit que le patron emblématique du groupe quitte son poste de président mais conserve ses fonctions de directeur général.

En nette hausse également, General Electric a gagné 7,09% après l’annonce de la nomination de Larry Culp comme PDG du groupe.

LES INDICATEURS DU JOUR

L’activité manufacturière aux Etats-Unis a ralenti plus nettement que prévu, montre l’enquête mensuelle de l’Institute for Supply Management (ISM) publiée lundi.

Du côté de l’immobilier, les dépenses de construction n’ont que très légèrement progressé en août, la nette hausse des investissements dans les projets publics ayant été contrebalancée par une forte baisse dans la construction privée.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses de la zone euro ont également entamé le trimestre en hausse, soutenues elles aussi par l’embellie sur le front commercial, même si les inquiétudes entourant l’Italie n’ont pas disparu.

Le CAC 40 parisien a terminé en hausse de 0,24% à 5.506,82 points et le Dax allemand a pris 0,75%.

Le Footsie britannique (-0,19%) est resté à la traîne en raison notamment de l’avertissement sur ses résultats de Royal Mail, qui a chuté de 17,96%.

TAUX

Sur le marché obligataire, l’appétit pour les actifs risqués a pesé sur le prix des Treasuries à 10 ans dont le rendement a pris trois points de base pour se rapprocher de 3,1%.

En zone euro, les emprunts d’Etat italiens sont restés orientés en nette hausse : celui à dix ans a grimpé de plus de 20 points de base pour revenir à 3,32%, non loin de son pic à 3,388% touché en mai et qui marquait un plus haut depuis mars 2014.

CHANGES

Du côté des devises, l’accord commercial entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique a surtout profité au dollar canadien et au peso mexicain, qui s’apprécient face au dollar américain.

Ce dernier prend 0,2% face à un panier de devises de référence, aux alentours du pic de trois semaines touché vendredi.

Les tensions autour de la politique budgétaire italienne ont continué de peser sur l’euro, revenu à un creux de trois semaines face au dollar, autour de 1,157.

PÉTROLE

La perspective de l’entrée en vigueur des sanctions américaines visant l’Iran, le troisième producteur de l’Opep, qui risquent de peser sur l’offre globale, continue d’alimenter la hausse des cours du brut.

Le prix du baril de Brent a ainsi pris autour de 3% pour repasser la barre de 85 dollars pour la première fois depuis novembre 2014.

Les cours ont été soutenus également par l’accord de libre échange entre les Etats-Unis et le Canada qui, selon des analystes, stimule les prix en améliorant les perspectives de croissance pour l’ensemble de l’Amérique du Nord.

A SUIVRE MARDI :

Les marchés resteront fermés en Chine. A Wall Street, les investisseurs seront attentifs à la publication des résultats de Pepsico, le premier à publier ses comptes du troisième trimestre, et à l’intervention du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, sur “les perspectives de l’emploi et de l’inflation” à l’assemblée annuelle de la National Association for Business Economics, à 16h45 GMT.

Patrick Vignal pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below