October 1, 2018 / 1:44 PM / 2 months ago

LEAD 1-Le DRH d'Air France s'en va, Smith négocie

(Actualisé avec fin de la réunion avec les syndicats)

PARIS, 1er octobre (Reuters) - Le directeur des ressources humaines d’Air France Gilles Gateau quittera son poste le 12 octobre, lit-on dans une communication interne datant de lundi que Reuters a pu consulter, cinq jours après l’annonce de la démission du directeur général de la compagnie française Franck Terner.

Le nouveau directeur général de la maison-mère Air France-KLM Benjamin Smith, qui a pris ses fonctions mi-septembre, confie à Oltion Carkaxhija, venu comme lui d’Air Canada, la tâche de piloter à compter de ce lundi les négociations salariales avec le soutien de la DRH, précise aussi la note envoyée aux salariés du groupe.

Benjamin Smith, qui assurera l’intérim à la direction générale de la compagnie française jusqu’au 31 décembre au plus tard, a rencontré ce lundi l’intersyndicale d’Air France, à l’origine des grèves de cette année qui ont coûté 335 millions d’euros au groupe et entraîné la démission de son prédécesseur Jean-Marc Janaillac en mai.

L’intersyndicale a réaffirmé au Canadien sa revendication d’une hausse de 5,1% des salaires chez Air France et la nécessité de solder le conflit en cours très rapidement, a indiqué à Reuters Christophe Malloggi, secrétaire général de Force ouvrière (FO) chez Air France.

“Les discussions entre l’intersyndicale d’Air France et Benjamin Smith sont ouvertes. Elles ont été franches et directes. Elles ne sont pas terminées”, a-t-il ajouté.

Oltion Carkaxhija, récemment nommé responsable du planning chez Air France-KLM, dirigeait la stratégie, le réseau et la planification de la flotte chez Air Canada où il a passé dix ans.

C’est Patrice Tizon, actuel directeur des relations sociales d’Air France, qui assurera l’intérim du poste de DRH pour remplacer Gilles Gateau, ajoute la note interne révélée par Le Figaro sur son site internet.

Gilles Gateau était arrivé chez Air France début 2016 en provenance du cabinet du Premier ministre d’alors, Manuel Valls.

Trois mois auparavant, des syndicalistes avaient arraché la chemise de son prédécesseur Xavier Broseta après un comité d’entreprise mouvementé. (Cyril Altmeyer, édité par Matthieu Protard)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below