October 1, 2018 / 10:19 AM / in 3 months

LEAD 1-France-Le marché auto rechute avec le WLTP,le diesel au plus bas

* Immatriculations -12,8% après +40% en août

* Contrecoup du déstockage avant la nouvelle norme d’homologation

* Les petits modèles Clio et 208 tirent leur épingle du jeu

* Les émissions repartent à la baisse, la part du diesel aussi (Actualisé avec commentaire, précisions)

par Gilles Guillaume

PARIS, 1er octobre (Reuters) - Le marché automobile français a rechuté en septembre, contrecoup du déstockage observé en août avant le durcissement des normes d’homologation en Europe, mais les petites voitures, moins équipées de moteurs Diesel et moins émettrices de CO2, ont mieux résisté.

Les immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 12,8% en données brutes à 148.752 unités, a annoncé lundi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

En août, pourtant traditionnellement un petit mois, le marché avait flambé d’environ 40%, donnant une hausse cumulée de 8,9% depuis le début de l’année.

Sur neuf mois, le marché automobile français affiche désormais une croissance de 6,5%.

Tous les segments ont fortement baissé en septembre (-21,4% pour les voitures compactes, -40% pour les grands modèles et -36% pour les très grands modèles).

Les petites voitures ont tiré leur épingle du jeu avec une hausse de 8% pour les petites citadines et un repli limité à -2% pour les citadines polyvalentes.

“Les modèles les plus concernés par l’anticipation des nouvelles normes étaient les plus grandes voitures, celles où le contrecoup logique est le plus marqué. En revanche, les voitures plus petites posent moins problème”, commente Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem de l’automobile.

“Mais ces mouvements ne changent rien au rythme de croisière de l’année.”

La structure particulière des ventes sur le mois explique que les émissions moyennes de CO2 sont parvenues à retomber à 111 grammes au kilomètre, alors qu’elle ne cessaient de remonter depuis cinq mois. En août, elles avaient atteint un plus haut de 114 grammes, s’éloignant de l’objectif européen de 95 grammes fixé pour 2021.

La bonne tenue des petits véhicules explique aussi que la part du diesel, stabilisée à 40% depuis six mois, soit repartie à la baisse pour toucher un plus bas de 36%.

Les immatriculations du groupe PSA, qui rassemble désormais les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont progressé de 2,6% par rapport à septembre 2017, après +22,7% en août, et la petite Peugeot 208 revendique la place de voiture la plus vendue le mois dernier sur le marché des véhicules particuliers.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine pour le marché français) a accusé de son côté une baisse de 17,8%, après +52,4% le mois précédent. Malgré cette rechute (qui a atteint 23,5% pour la marque au losange), le groupe Renault a enregistré en septembre son meilleur volume depuis huit ans, et la Clio 4 est restée sur neuf mois la voiture la plus vendue en France, devant la 208.

LES SUV CAPTENT 37% DU MARCHÉ

La deuxième partie de l’année s’annonce toujours incertaine, notamment avec la généralisation des normes d’homologation plus strictes WLTP pour lesquelles l’intégralité des modèles de plusieurs marques n’étaient pas prêts à la date du 1er septembre, entrée en vigueur officielle des nouvelles normes européennes.

Si Toyota, dont les immatriculations ont augmenté de 10% en septembre, et PSA ont tous deux annoncé à la fin de l’été que l’intégralité de leur catalogue avait passé les nouveaux tests d’homologation, Renault, Volkswagen ou Nissan n’avaient toujours pas homologué l’intégralité de leurs modèles mi-septembre.

Le mois dernier, les immatriculations du groupe Volkswagen ont ainsi dégringolé de 36,3% et celles de la marque éponyme de 34,4%, après respectivement +49,7% et +34,2% le mois précédent. Le contraste est encore plus spectaculaire pour la marque haut de gamme de Nissan, Infiniti, avec des ventes multipliées par près de six en août, et quasi nulles (-93,9%) en septembre.

Sauf rechute imprévue, le marché automobile français est néanmoins parti pour connaître en 2018 une quatrième année consécutive de croissance et retrouver son niveau d’avant-crise, à 2,2 millions d’unités environ.

La plupart des prévisions ont été revues à la hausse : le CCFA anticipe ainsi une progression d’environ 5% des immatriculations sur l’année et l’Observatoire Cetelem de l’automobile un marché en croissance de 5,2%.

En 2017, la croissance des immatriculations en France a atteint 4,7%, tirée par l’embellie des perspectives économiques et l’engouement pour les nouveaux SUV - cette silhouette représente désormais 37% du marché français.

En 2016, le marché avait progressé de 5,1% après +6,8% en 2015. Cette série faste était venue interrompre cinq années de stagnation ou de baisse imputable notamment au contrecoup de la fin des primes à la casse, instaurées face à la crise de 2008-2009.

La présentation du CCFA : bit.ly/2QlJWHA

Avec Nicolas Delame, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below