September 27, 2018 / 7:42 AM / in 3 months

LEAD 5-Italie/Déficit-Le ministre de l'Economie cède aux chefs de partis

* Objectif de déficit : 2,4% du PIB pour l’an prochain

* Le ministre de l’Economie aurait voulu moins de 2%

* Giovanni Tria aurait mis sa démission dans la balance

* Son bureau a démenti qu’il ait eu cette intention

* L’objectif de 2,4% sera maintenu jusqu’en 2021 (Actualisé avec décision effective du conseil des ministres)

par Giuseppe Fonte et Angelo Amante

ROME, 27 septembre (Reuters) - Le gouvernement italien s’est entendu jeudi sur un objectif de déficit de 2,4% du produit intérieur brut dans le projet de budget pour 2019, ont annoncé les chefs de file des deux partis de la coalition au pouvoir.

Le Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système) et la Ligue (extrême droite) semblent ainsi avoir forcé la main au ministre de l’Economie, Giovanni Tria, qui prônait un déficit inférieur à 2% du PIB, voire de 1,6% seulement, alors que les deux partis au pouvoir voulaient un objectif de l’ordre de 2,4% pour financer leurs promesses de campagne.

Il s’agit notamment de financer le “revenu de citoyenneté”, marqueur du M5S, et la révision de la réforme de 2011 sur les retraites, révision qui permettrait aux Italiens de faire valoir plus tôt leurs droits à la retraite.

“Le gouvernement dans son ensemble s’est mis d’accord sur 2,4%, nous sommes satisfaits, c’est un budget de changement”, ont déclaré Luigi di Maio et Matteo Salvini, qui sont aussi tous deux vice-présidents du Conseil, dans un communiqué commun.

Cet accord reste dans la limite du plafond de 3,0% prescrit par les règles de l’UE, mais l’Italie avait promis à l’Union européenne de réduire son déficit de manière significative pour contenir sa dette élevée.

Or, le gouvernement italien prévoit que le déficit budgétaire sera stabilisé à 2,4% du PIB pendant les trois années fiscales de 2019 à 2021, a indiqué le ministre de la Justice Alfonso Bonafede, confirmant des informations du M5S.

La Bourse italienne pourrait être malmenée vendredi, alors que les marchés financiers avaient misé sur le professeur d’Economie Tria pour résister à la pression des politiques Salvini et Di Maio.

“JOUR HISTORIQUE”

“La bonne nouvelle, c’est qu’il y a enfin un accord”, commente Francesco Galietti, directeur du cabinet de conseil en politique de risques basé à Rome, Policy Sonar. “La partie plus complexe, cependant, est que, jusqu’à aujourd’hui, les marchés pariaient sur la capacité de Tria à freiner les forces politiques. Cette hypothèse est en train de s’effondrer.”

“A compter de maintenant, les choses vont se compliquer pour l’Italie”, ajoute Armando Marozzi, analyste chez Medley Global Advisors. “La Commission européenne va rejeter ce budget et il est fort possible que les agences de notation dégradent les obligations italiennes le mois prochain.”

Giovanni Tria n’avait pas officiellement réagi jeudi soir, mais, selon des sources gouvernementales, il n’a pas l’intention de démissionner.

Dans la matinée, le ministre de l’Economie avait dû faire démentir par sa porte-parole des informations du quotidien La Stampa selon lesquelles il serait prêt à partir en raison des tensions et des désaccords avec les partis de la coalition sur l’ampleur du déficit budgétaire.

A la Chambre des députés, Riccardo Molinari, chef du groupe parlementaire de la Ligue, avait confirmé: “Si Tria est d’accord avec nous, alors OK, sinon, nous trouverons un autre ministre”, a-t-il dit à Reuters.

“Aujourd’hui est un jour historique, aujourd’hui, l’Italie a changé”, a déclaré Luigi Di Maio sur Facebook après l’annonce de l’objectif de déficit.

Il a été convenu, a-t-il ajouté, que le budget 2019, qui doit être présenté d’ici le 20 octobre, prévoira une enveloppe de dix milliards d’euros pour le “revenu citoyenneté allant jusqu’à 780 euros par mois. Quelques 6,5 millions d’Italiens sont concernés.

Matteo Salvini a déclaré que le budget permettrait également un départ à la retraite plus tôt, ce qui libérera environ 400.000 emplois pour les jeunes.

Le M5S, dépassé par la Ligue dans les sondages, était particulièrement désireux de présenter le budget comme une victoire politique. Ses ministres se sont rendus sur le balcon de la résidence du président du Conseil dans le centre de Rome, saluant les partisans du parti. (Avec Massimo Di Giorgio et Giselda Vagnongi à Rome et Francesco Guarascio à Bruxelles Eric Faye, Henri-Pierre André, Véronique Tison et Danielle Rouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below