September 24, 2018 / 3:48 PM / 3 months ago

ENCADRE-France-Réactions à la présentation du projet de loi de finances 2019

(Actualisé avec nouvelles réactions)

PARIS, 24 septembre (Reuters) - Le gouvernement a présenté lundi un projet de loi de finances pour 2019 qui prévoit une baisse des prélèvements obligatoires de six milliards d’euros pour les ménages et de 18,8 milliards pour les entreprises.

Voici les principales réactions aux annonces du gouvernement.

Pour VALÉRIE RABAULT, présidente du groupe Socialistes et apparentés, sur franceinfo, la présentation du gouvernement “oublie les moins”.

“Le gouvernement oublie de citer la non-revalorisation des retraites qui va concerner 13 millions de retraités, la non-revalorisation des allocations logement, la non-revalorisation des allocations familiales. “

“Il n’y a pas de rééquilibrage. Ceux qui ont l’allocation logement vont perdre du pouvoir d’achat, ceux qui perçoivent les allocations familiales vont perdre du pouvoir d’achat, les Français qui vivent à la campagne et qui n’ont pas de transport en commun vont perdre du pouvoir d’achat, les 13 millions de retraités français vont perdre l’équivalent de 2% de pouvoir d’achat”

LE GROUPE DE LA GAUCHE DÉMOCRATE ET RÉPUBLICAINE (GDR, communistes), dans un communiqué :

“Le budget 2019 confirme les véritables priorités du ‘Président des riches’ en s’attaquant pour la deuxième année consécutive au pouvoir d’achat des Français et en faisant de nouveaux cadeaux à la finance.”

“Adepte du jeu de bonneteau, l’exécutif ose même présenter la baisse de cotisations sociales comme une mesure favorable au pouvoir d’achat alors qu’elle vient à peine compenser la hausse de la CSG, à l’oeuvre depuis le 1er janvier 2018, et qui a frappé durement nos concitoyens”.

ERIC WOERTH, député Les Républicains et président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, dans un entretien au Monde :

“C’est un budget illisible.” “Il comprend des mesures dans tous les sens, parfois des contresens. Le message est brouillé, résultat d’une politique brouillonne”.

“C’est surtout un rendez-vous manqué. Avec l’assainissement des finances publiques, d’abord. Le déficit sera plus élevé en 2019 qu’en 2018 (2,8% contre 2,6% du produit intérieur brut-NDLR)”

ERIC COQUEREL, député La France insoumise sur LCI :

Ce budget “reste cohérent avec une politique de l’offre qui ne fonctionne pas parce que l’idée est toujours de donner de l’argent sans contrainte. C’est le CICE transformé en exemption : 20 milliards par an qui partent par la fenêtre sans créer un emploi ou presque. Donc c’est une politique qui continue à nous emmener dans le mur et de plus en plus rapidement”.

LE MOUVEMENT DE BENOÎT HAMON, GÉNÉRATION.S, dans un communiqué :

“Après de beaux discours sur la lutte contre la pauvreté, après l’appel aux consciences de Nicolas Hulot et de sa démission, après les mobilisations pour les services publics, plébiscités par les Français, le gouvernement et Emmanuel Macron répondent par un budget médiocre et détournent une fois de plus le regard des grandes transitions du futur et des urgences du quotidien.”

FLORIAN PHILIPPOT, chef de file des Patriotes, dans un communiqué :

“Les prétendus ‘6 milliards d’euros’ alloués aux ménages sous forme de baisses d’impôts ou de cotisations salariales ne sont que de la poudre de perlimpinpin au regard de tout ce qui leur est pris par ailleurs”

“Cette politique injuste socialement et stupide économiquement , qui s’en prend aussi bien au pouvoir d’achat des ménages qu’à l’investissement public (...) va contribuer à déprimer encore un peu plus l’activité en France.”

NICOLAS DUPONT-AIGNAN, président de Debout la France dénonce dans un communiqué “une nouvelle opération de communication qui cache la véritable spoliation des Français, mise en oeuvre par Emmanuel Macron”.

“Le Gouvernement communique sur une baisse fiscale de 6 milliards d’euros en 2019 pour dissimuler l’amputation de pouvoir d’achat qu’il impose aux Français. (...) En réalité, le Gouvernement prétend donner d’une main ce qu’il reprend de l’autre !”

LA CONFÉDÉRATION DES PME (CPME) dans un communiqué :

“La transformation du crédit d’impôt en baisse de charges se traduira par une mesure de trésorerie, positive pour les entreprises, les sommes dues au titre de 2018 venant s’ajouter à un allègement de charges au titre de 2019. Il ne s’agit cependant que d’une mesure ponctuelle de trésorerie et en rien d’un prétendu ‘cadeau aux entreprises’”.

“Même si ce projet de budget comprend indubitablement, au niveau national, certains éléments positifs pour les entreprises, il est à souligner que les chefs d’entreprise ne perçoivent pas, à ce jour, un desserrement de l’étau fiscal qui les étouffe.” (Julie Carriat et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below