September 24, 2018 / 1:05 PM / 23 days ago

CORR OFF-LEAD 1-La France émettra €195 mds de dette MT/LT en 2019 comme en 2018

(Bien lire au §7 que la baisse de l’encours de BTF en 2018 sera de €7,9 mds)

* Stabilité des émissions MT/LT malgré une hausse du besoin de financement

* Une augmentation de €15 mds de l’encours de BTF

* Projections de taux à 10 ans à 2,15% à fin 2019; +0,40% pour les taux à 3 mois

PARIS, 24 septembre (Reuters) - Le programme d’émission à moyen et long termes de la France restera stable l’année prochaine à 195 milliards d’euros en dépit d’une hausse des besoins de financement de l’Etat en partie transitoire, qui sera financée par une hausse de l’encours des titres de dette à court terme, a annoncé lundi l’Agence France Trésor.

Le besoin de financement de l’Etat atteindra 227,6 milliards d’euros en 2019 contre 198,5 milliards en 2018, selon le projet de Finances présenté ce même jour en conseil des ministres, une hausse reflétant celles du déficit budgétaire et de la dette à refinancer, explique l’AFT dans un communiqué.

Le déficit budgétaire de l’Etat est prévu à 98,7 milliards d’euros l’an prochain contre 81,3 milliards d’euros attendu pour cette année.

Le déficit budgétaire à financer en 2019 subira l’impact d’éléments non récurrents, parmi lesquels figure la bascule du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) en baisse de charges, qui aura un impact en trésorerie et en déficit de l’Etat d’une vingtaine de milliards d’euros, et le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, dont l’impact sera d’environ cinq milliards d’euros, a expliqué Anthony Requin, le directeur général de l’AFT, lors d’une conférence de presse.

“Nous ne souhaitons pas envoyer un signal de hausse du programme d’émission à moyen/long termes du fait d’éléments non récurrents qui affecteraient notre besoin de financement”, a -t-il ajouté.

L’amortissement de la dette à moyen et long termes devrait atteindre 130,2 milliards d’euros l’année prochaine contre 116,6 milliards en 2018, sous l’effet de la montée en charge du refinancement des “dettes de crise”, émises pour faire face au creusement des déficits lors de la grande crise financière de 2008-2009 et des années qui ont suivi.

La hausse du besoin de financement de l’Etat sera en partie couverte par la croissance de l’encours de titres à court terme (BTF), qui devrait augmenter de 15 milliards d’euros l’année prochaine après avoir baissé de 7,9 milliards en 2018.

La part de la dette à court terme dans la dette négociable de l’Etat remonterait ainsi d’un point bas de 6,7% cette année à 7,2% l’année prochaine.

CHARGE DE LA DETTE À €42,1 MILLIARDS EN 2019

L’AFT précise dans son communiqué que la charge de la dette est prévue à 42,1 milliards d’euros en 2019 contre 41,7 milliards attendus cette année et 41,2 milliards inscrits dans la loi de Finances initiale pour 2018.

L’augmentation de la charge de la dette de 500 millions d’euros cette année par rapport à la prévision en loi de Finances initiale résulte d’une part d’une hausse de 900 millions d’euros sur les titres indexés sur l’inflation du fait d’une progression plus élevée qu’anticipé des prix en France comme en zone euro et d’autre part d’un impact négatif de 400 millions d’euros liés à des taux moyens à l’émission inférieurs aux projections.

“L’année 2018 a été la deuxième meilleure a année de tous les temps en termes de taux à l’émission après 2016”, a dit Anthony Requin.

La hausse de 400 millions d’euros de la charge de la dette en 2019 par rapport à 2018 résulte d’un effet volume avec l’augmentation des émissions de dettes, d’un effet inflation qui devrait moins progresser l’année prochaine qu’en 2018 et d’un effet taux favorable lié à un refinancement de dettes à des taux toujours avantageux, a expliqué Anthony Requin.

Les projections de taux retenues dans le cadre du projet de Loi de Finances prennent en compte la perspective d’une poursuite de la normalisation de la politique monétaire de la Banque centrale européenne avec une hypothèse de taux à 10 ans à 2,15% à la fin 2019 contre 1,40% à la fin 2018 et une hypothèse de taux à trois mois à +0,40% à la fin de l’année prochaine contre -0,40% à la fin de celle-ci. (Marc Joanny, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below