September 21, 2018 / 3:34 PM / a month ago

ENQUÊTE-Le marché obligataire américain signale une prochaine récession

* Graphique sur l'évolution de la courbe : tmsnrt.rs/2ODdyQ1?eikon=true

* Graphique sur les écarts de rendement : reut.rs/2MO07Lx

* Sondage sur les Treasuries : reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/mm-bondyield-polls?s=6J&st=G

* Sondage sur les Gilts : reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/mm-bondyield-polls?s=7J&st=G

* Sondage sur les Bunds : reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/mm-bondyield-polls?s=AL&st=G

* Sondage sur les JGBs : reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/mm-bondyield-polls?s=41&st=G

par Hari Kishan

21 septembre (Reuters) - Les rendements des emprunts d’Etat américains à court terme vont progresser au-delà des taux longs - un signal souvent perçu comme annonciateur d’une récession économique - dans les deux ans, voire dès l’an prochain, selon des stratèges de marché interrogés par Reuters.

L’écart de rendement entre la dette américaine à deux ans et celle à dix ans n’est que de 27 points de base actuellement, et il devrait se réduire à 17 points dans un an. Il s’agit du “spread” le plus faible observé depuis le début de la crise financière.

Bien que le marché table sur deux nouvelles hausses de taux de la Réserve fédérale (Fed) cette année, et encore deux ou trois l’an prochain, les 90 stratèges interrogés par Reuters entre le 12 et le 20 septembre estiment que les taux courts américains comme les taux longs ne devraient progresser que de près de 30 points de base supplémentaires cette année.

“Les rendements sur la partie longue de la courbe américaine ont probablement atteint un pic en 2018 quand le 10 ans a franchi le seuil de 3%. Le récit sur les marchés de taux a changé (...) en se centrant plus sur les risques de récession à venir”, indique Guy LeBas, responsable de la stratégie sur les taux chez Janney Montgomery Scott.

Selon le sondage, le rendement des emprunts d’Etat américain à deux ans devrait atteindre 3,14% d’ici un an, contre environ 2,8% vendredi. Celui de la dette à dix ans s’élèverait à environ 3,3% dans un an, contre autour de 3,06% actuellement.

Cela ferait tomber l’écart de rendement entre ces deux échéances à environ 17 points de base, un niveau jamais observé depuis juin 2007, un peu plus d’un an avant la faillite de Lehman Brothers qui a précipité l’économie mondiale dans une des pires récessions de son histoire.

Une majorité de stratèges interrogés (34 sur 46), qui ont répondu à une question additionnelle, ont indiqué que la courbe des rendements aux Etats-Unis devrait s’inverser dans les deux prochaines années.

Une inversion de la courbe signifie que le taux des maturités à court terme devient plus élevé que celui des échéances à long terme.

Sur ces 34 stratèges, 14 ont estimé que cette inversion de la courbe interviendra d’ici un an.

Le sondage réalisé par Reuters auprès des spécialistes du marché obligataire fait écho à celui conduit auprès d’économistes : la probabilité médiane d’une récession économique aux Etats-Unis dans les deux ans a été estimée à 35%.

“Si nous n’envisageons pas sérieusement une récession en 2018, un certain nombre de signaux de marché pointent vers un ralentissement à la fin de 2019 ou en 2020”, indique Guy LeBas, qui prévoit que la courbe des taux s’inversera dans les six prochains mois.

“Il semble probable que les marchés vont commencer à intégrer (ce risque) dans les prix avec des taux longs plus faibles au cours du second semestre 2018”.

En dépit de la santé affichée par l’économie américaine, des hausses successives de taux de la Fed et de l’offre élevée d’emprunts pour financer le budget fédéral, les rendements des Treasuries n’ont pas progressé autant que ce que l’on pouvait attendre.

Le faible niveau des rendements sur d’autres obligations souveraines, comme le Bund allemand, et les tensions commerciales persistantes ont alimenté l’intérêt des investisseurs pour les Treasuries, poussant les rendements à la baisse.

“Le risque inflationniste et l’émission de Treasuries devraient faire monter les rendements”, indique James Orlando, économiste chez TF Securities. “(Mais) si cela n’est pas intégré dans les prix, la trajectoire actuelle de hausse des taux de la Fed causera une inversion de la courbe dans l’année qui vient”.

Les observateurs reconnaissent toutefois que le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine a rendu les prévisions sur l’évolution de la courbe des taux plus difficiles.

“Si vous avez au final une véritable guerre commerciale qui crée beaucoup d’incertitudes sur le marché, alors vous avez un retour vers les actifs refuges que sont les Treasuries, ce qui tendrait à maintenir la courbe plus plate qu’autre chose”, indique John Herrmann, directeur de la stratégie sur les taux chez MUFG Securities.

“Dans cette logique, le risque est que la guerre commerciale en elle-même pousse la Fed à ne pas relever aussi rapidement que prévu ses taux”, ce qui repentifierait la courbe, ajoute-t-il.

Avec Sarmista Sen pour le sondage, Indrapid Gohsh et Vivek Mishra pour les graphiques, Blandine Hénault pour la version française, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below