September 27, 2018 / 8:20 AM / 20 days ago

Zone euro/Indicateurs-Le sentiment économique se dégrade pour le 9e mois de suite

BRUXELLES, 27 septembre (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés depuis le début du mois:

* L’INDICE DU SENTIMENT ÉCONOMIQUE EN BAISSE À 110,9 EN SEPTEMBRE

27 septembre - Le sentiment économique dans la zone euro s’est dégradé pour le neuvième mois d’affilée en septembre, une tendance observable aussi bien chez les entreprises que chez les ménages.

Les contentieux commerciaux entre grandes puissances économiques et les turbulences de certains marchés émergents affectent les différents indices du sentiment mondiaux, donnant à penser que la croissance risque de ralentir un peu partout à l’exception notable des Etats-Unis, qui jouissent de l’effet stimulant de baisses d’impôts massives.

L’indice du sentiment économique publié jeudi par la Commission européenne est revenue à 110,9 en septembre contre 111,6 en août alors que le consensus Reuters le donnait à 111,2. Il poursuit ainsi la baisse entamée après son pic de 115,2 en décembre.

Cet indice du sentiment a reculé à -2,9 contre -1,9 en août pour les consommateurs, tandis que l’indice mesurant leurs anticipations pour l’inflation à l’horizon d’un an a progressé à 20,1 contre 18,2.

L’indice du climat des affaires publié également par la Commission européenne, censé permettre d’identifier les phases des cycles économiques, est quant à lui resté stable à 1,21 en septembre, dépassant ainsi le consensus qui le donnait à 1,19. Il reste toutefois bien en deçà de son pic de 1,62 de janvier.

Dans l’industrie, l’indice du climat des affaires a fléchi à 4,7 contre 5,6 en août, tandis que dans les services, il est monté à 14,6 contre 14,4.

Le fléchissement de l’indice du climat industriel a surtout été notable dans des pays tels que l’Allemagne et la France, deux pays dans lesquels l’industrie automobile est importante. Le secteur est actuellement contraint de s’adapter aux nouvelles règles européennes en matières d’émissions polluantes, qui a conduit certains constructeurs à liquider les stocks ces derniers mois.

Tableau:

* CROISSANCE DU CRÉDIT PLUS ÉLEVÉE QUE PRÉVU

27 septembre - La croissance du crédit aux entreprises et aux ménages de la zone euro a atteint en août un nouveau pic d’après crise mais l’agrégat M3 de la monnaie en circulation, souvent un bon indice précurseur d’activité, a fléchi plus que prévu.

La croissance des crédits aux ménages a été de 3,1% en août après 3% en juillet, au plus haut depuis le début 2009, tandis que la croissance des crédits aux entreprises a été de 4,2% contre 4%, a annoncé la Banque centrale européenne (BCE) jeudi.

La croissance de l’agrégat M3, qui reflète en partie les masses de liquidités que la BCE injecte par elle-même, a fléchi à 3,5% contre 4,0% un mois auparavant, alors qu’elle était attendue à 3,9%.

* LA CONFIANCE DU CONSOMMATEUR SE DÉGRADE EN SEPTEMBRE

20 septembre - La confiance des consommateurs dans la zone euro s’est dégradée plus fortement que prévu en septembre, selon l’estimation flash publiée jeudi par la Commission européenne.

L’indice ajusté des variations saisonnières est ressorti en baisse d’un point à -2,9 ce mois-ci; pour l’ensemble de l’Union européenne, il recule également d’un point, à -2,8.

Les économistes interrogés par Reuters attendaient une baisse à -2,0 pour la zone euro.

* EXCÉDENT COURANT EN REPLI À €21 MDS EN JUILLET

19 septembre - L’excédent des comptes courants a diminué à 21 milliards d’euros en juillet, contre 24 milliards le mois précédent, dans le sillage de l’excédent commercial, montrent les données publiées mercredi par la Banque centrale européenne.

Sur les 12 mois à fin juillet, l’excédent a représenté 3,5% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro contre 3,3% un an auparavant, du fait notamment d’un bond de l’excédent des services.

Le surplus, régulièrement critiqué par l’administration américaine qui le juge excessif, devrait être réduit à 2,8% du PIB l’an prochain selon les projections de la BCE.

* L’EXCÉDENT COMMERCIAL EN BAISSE EN JUILLET À €17,6 MDS

14 septembre - L’excédent commercial de la zone euro a diminué en juillet pour revenir à 17,6 milliards d’euros, contre 21,6 milliards un an auparavant, montrent les statistiques publiées vendredi par Eurostat.

Les exportations des 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont augmenté de 9,4% en rythme annuel mais leurs importations ont progressé plus rapidement, de 13,4%.

Sur les sept premiers mois de l’année, l’excédent commercial de la zone euro a reculé à 118,5 milliards d’euros, contre 125,3 milliards sur la même période en 2017. La croissance des exportations sur janvier-juillet ressort à 4,0%, celle des importations à 5,1%.

Tableau

* BAISSE DE 0,8% DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN JUILLET

12 septembre - La production industrielle a baissé en juillet pour le deuxième mois consécutif et à un rythme plus rapide qu’attendu, ce qui pourrait annoncer un ralentissement de la croissance de la zone euro au troisième trimestre, a annoncé mercredi l’institut européen de la statistique Eurostat.

Elle a baissé de 0,8% en juillet par rapport à juin alors que les économistes attendaient une baisse de 0,5%. Celle de juin a été révisée à -0,8% contre -0,7% annoncé initialement.

Sur un an, la production a diminué de 0,1% en juillet, après avoir augmenté de 2,3% en juin (chiffre révisé), alors que es économistes anticipaient une hausse de 1,0%.

Cette contraction de la production est principalement due à une baisse de 1,9% de biens de consommation durables. La production de biens de consommation non-durables, notamment les vêtements, a reculé de son côté de 1,3% sur le mois.

En revanche, la production de biens d’équipement, comme les machines, a augmenté de 0,7% sur le mois, un signal positif concernant la tendance de l’investissement.

Tableau

* L’INDICE SENTIX DU MORAL DES INVESTISSEURS EN BAISSE

10 septembre - Le moral des investisseurs a baissé plus que prévu en septembre dans la zone euro en raison des inquiétudes autour des marchés émergents, de la situation politique en Europe et des tensions commerciales avec les Etats-Unis, montre l’enquête mensuelle de l’institut allemand Sentix.

Son indice pour la zone euro a reculé à 12,0 contre 14,7 en août. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un repli limité à 14,6.

Le sous-indice mesurant les anticipations a décroché à -8,8 contre -5,8 et celui sur les conditions actuelles s’est tassé à 35,0 contre 37,3.

“Les anticipations pour les pays émergents d’Asie et d’Amérique latine sont en nette baisse et pèsent aussi sur les perspectives des pays industriels développés”, explique Manfred Hübner, directeur général de Sentix, dans un communiqué.

A cela s’ajoutent les incertitudes autour du Brexit et des finances publiques italiennes, tandis que les frictions commerciales avec les Etats-Unis “ont maintenant un impact négatif notable” sur le sentiment, souligne-t-il.

“Malgré ces nuages qui viennent assombrir le ciel économique, les investisseurs ne s’attendent pas à ce que les banques centrales dévient de leur politique monétaire de plus en plus restrictive”, ajoute-t-il.

Sentix a interrogé 1.090 investisseurs du 6 au 8 septembre.

* CROISSANCE DU T2 CONFIRMÉE À 0,4%

7 septembre - L’économie a bien enregistré au deuxième trimestre une croissance de 0,4%, conforme à la première estimation, a annoncé vendredi Eurostat, l’institut de la statistique de l’Union européenne, une forte augmentation de l’investissement ayant compensé l’impact négatif du commerce extérieur.

En revanche, sur un an, le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays utilisant la monnaie unique a finalement augmenté de 2,1% sur la période avril-juin, contre une hausse de 2,2% annoncée en première estimation.

La formation brute de capital fixe a augmenté de 1,2% au cours du deuxième trimestre, ce qui a contribué à hauteur de 0,3 point de pourcentage à la croissance du PIB de la zone.

Les variations de stocks et les dépenses des ménages et du gouvernement ont chacune apporté 0,1 point de pourcentage.

En revanche, les exportations ont augmenté de 0,6% et les importations de 1,1% sur le trimestre, ce qui donne un impact négatif du commerce extérieur de 0,2 point de pourcentage.

Le commerce extérieur avait eu un impact négatif aussi au premier trimestre, mais positif pour les deux derniers de 2017.

Tableau

* LA CROISSANCE DES VENTES AU DÉTAIL A RALENTI EN JUILLET

5 septembre - Les ventes au détail ont accusé un léger repli en juillet par rapport à juin, sous l’effet d’une baisse des achats de vêtements, selon des données publiées mercredi par Eurostat.

Le volume des ventes du commerce de détail corrigé des variations saisonnières a diminué de 0,2% mais en affichant une hausse sur un an de 1,1%, a précisé Eurostat.

La hausse mensuelle de 0,3% annoncée pour juin a été confirmée et la hausse annuelle révisée à 1,5% au lieu de 1,2%.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un repli de 0,2% en juillet et une hausse de 1,5% sur un an.

Les ventes d’habillement ont reculé de 1,8% sur un an, leur sixième baisse sur les sept premiers mois de l’année. Les produits non alimentaires dans l’ensemble ont progressé de 0,9%.

Sur un an, les ventes en ligne et par correspondance ont bondi de 7,3% sur un an.

En variation annuelle toujours, la hausse des ventes au détail a été la plus forte en Lituanie (+7,2%) et en Irlande (+6,6%) et elles ont le plus diminué à Malte (-2,6%) et en Autriche (-1,0%). En France, elles ont progressé de 2,7%, à comparer à une hausse de 0,7% en Allemagne.

Tableau

* L’ÉNERGIE DOPE LES PRIX À LA PRODUCTION

4 septembre - Les prix à la production ont augmenté légèrement plus que prévu en juillet, en raison surtout du poste énergétique, montrent mardi des données publiées par Eurostat, l’agence de statistiques de l’Union européenne.

Les prix à l’entrée des usines dans les 19 pays partageant la monnaie unique ont ainsi progressé de 0,4% sur un mois et de 4,0% sur un an. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne des hausses de respectivement 0,3% et de 3,9%.

Les seuls prix énergétiques ont bondi de 1,1% sur un mois et de 10,7% sur un an. Hors énergie, les prix producteurs n’ont augmenté que de 0,1% sur un mois et de 1,7% sur un an.

Les prix à la production peuvent être un indicateur de l’évolution de l’inflation puisque toute hausse, à moins qu’elle ne soit compensée par des intermédiaires ou des détaillants, est répercutée dans les prix à la consommation.

Tableau

Les indicateurs économiques publiés en août (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below