September 4, 2018 / 8:07 PM / 2 months ago

LEAD 1-Salvini modère le ton sur le budget italien

(Actualisé avec déclarations de Salvini, précisions)

ROME, 4 septembre (Reuters) - Le ministre de l’Intérieur et vice-président du Conseil italien, Matteo Salvini, s’est efforcé mardi d’apaiser les craintes des investisseurs sur le déficit budgétaire de la Péninsule en assurant que les hausses de dépenses et baisses d’impôts annoncées pendant la campagne seraient mises en oeuvre de manière progressive au cours de la prochaine législature.

A l’issue d’une réunion de la direction de la Ligue, le parti d’extrême droite qu’il dirige, Matteo Salvini a déclaré que le gouvernement respecterait “toutes les règles, toutes les contraintes et tous les engagements pris”.

“Nous pouvons assurer la croissance de ce pays et améliorer le sort des Italiens sans irriter ceux qui nous regardent de haut”, a-t-il dit, ajoutant: “Nous essaierons d’être bons et convaincants.”

La mise en oeuvre des promesses de campagne, notamment l’assouplissement de la réforme des retraites, sera étalée sur les cinq ans à venir, a encore affirmé Matteo Salvini.

La coalition au pouvoir, qui réunit depuis juin dernier la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) au sein du gouvernement de Giuseppe Conte, doit présenter ses objectifs de croissance et de comptes publics à la fin du mois. Le budget 2019 doit être dévoilé à la mi-octobre.

Les règles de l’Union européenne limitent le déficit budgétaire à 3% du produit intérieur du brut et le niveau de la dette publique à 60% du PIB. En Italie, le ratio dette/PIB s’élève à plus de 130%, ce qui rend le pays vulnérable aux pressions des marchés financiers.

Le gouvernement italien envoie des signaux contradictoires depuis que l’agence de notation Fitch Ratings a confirmé vendredi la note souveraine à long terme de l’Italie mais a abaissé sa perspective à négative en évoquant un risque de dérapage budgétaire.

Le ministre de l’Economie Giovanni Tria, un universitaire qui n’appartient ni à la Ligue ni au M5S, préconise la prudence et plaide pour un déficit en dessous de 2% du PIB, a-t-on appris lundi de source proche des discussions budgétaires.

Selon une source au sein de la Ligue, Matteo Salvini milite quant à lui pour que le gouvernement accepte un objectif de déficit pour l’an prochain légèrement au-dessus de 2% du PIB.

Le M5S semble privilégier une approche moins soucieuse des marchés. Son chef de file, le ministre du Travail Luigi Di Maio, également vice-président du Conseil, dont le mouvement est partisan d’un revenu universel, a martelé dimanche sa volonté de “faire passer les Italiens en premier”.

Le fait que le gouvernement semble se diriger vers un objectif de déficit nettement inférieur à la limite de 3% imposée par l’Union européenne est bien reçu par les marchés puisque la Bourse de Milan a clôturé mardi en hausse de 1%. (Giuseppe Fonte, Angelo Amante, Patrick Vignal et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below