August 30, 2018 / 11:57 AM / in 3 months

Franc succès pour une adjudication obligataire test en Italie

MILAN, 30 août (Reuters) - Une adjudication d’obligations d’Etat italiennes à cinq et dix ans a rencontré jeudi un franc succès, témoignant de l’appétit des investisseurs pour la dette souveraine de la péninsule à la veille de la décision très attendue de Fitch sur la note de crédit du pays.

Le Trésor italien a vendu pour 7,75 milliards d’euros au total d’obligations sur quatre lignes différentes, deux à taux fixe et deux à taux variable, un montant qui correspond au haut de la fourchette indicative donnée vendredi dernier.

La demande a été forte, la récente hausse des rendements italiens face à leurs homologues de la zone euro ayant aiguisé l’appétit des investisseurs.

Cette adjudication “montre clairement que les valorisations ont atteint des niveaux qui incitent de plus en plus les investisseurs à faire travailler de nouveau leur argent”, a commenté Christoph Rieger, responsable de la stratégie de taux chez Commerzbank.

L’adjudication à dix ans a été réalisée avec un rendement brut de 3,25%, au plus haut depuis mars 2014, contre 2,87% il y a un mois. La demande de titres a représenté 1,37 fois l’offre, contre 1,42 fois lors de la précédente adjudication.

Le rendement brut de l’émission à cinq ans a atteint 2,44%, au plus haut depuis décembre 2013, contre 1,80% il y a un mois. Elle été souscrite 2,12 fois.

Sur le marché secondaire, le rendement à dix ans montait de près de deux points de base vers 11h50 GMT à 3,147% tandis que le rendement à cinq ans prenait un peu plus de deux points à 2,426%.

Le ministre italien de l’Economie, Giovanni Tria, a demandé à Luigi Di Maio et Matteo Salvini, les deux hommes forts du gouvernement, de modérer leurs commentaires sur le prochain projet de budget, a rapporté jeudi le journal Il Messaggero.

Giovanni Tria, actuellement en visite en Chine, a téléphoné mercredi aux deux vice-présidents du Conseil pour leur dire que des messages contradictoires sur les questions économiques pouvaient nuire au pays.

Ces dernières semaines, pendant que Giovanni Tria s’efforçait de rassurer les marchés financiers sur la volonté du gouvernement de réduire le poids de la dette, Luigi Di Maio et Matteo Salvini mettaient l’Union européenne en demeure d’accepter une trajectoire budgétaire plus expansive en Italie.

Le pays a le deuxième ratio de dette le plus élevé de la zone euro après la Grèce, à environ 130% du produit intérieur brut, et les marchés financiers craignent une nouvelle dégradation si le gouvernement antisystème met en oeuvre ses promesses de baisses d’impôts et de hausse des dépenses sociales.

Elvira Pollina et Francesca Landini, Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below